Faune corse

En Corse, on peut rencontrer quatre types d’hominidés :

  • Le touriste
  • Le Pinsute fraîchement arrivé (présence inférieure à 1 an, à une queue de cochon corse près) ; pou plus de facilités, nous le nommerons ici « Le Bleu »
  • Le Pinsute en cours de maturation que nous nommerons ici « Le Pinsute ».
  • Et le Corse ; cette dernière catégorie ne sera pas décrite dans ces lignes car je ne la connais pas encore assez (et puis, j’aurais trop peur de vexer mes charmants hôtes) …

Le touriste :

Signes distinctifs : a la peau blanche ou rouge, selon le temps qu’il a passé sur l’Ile quand tu le croises. Sens très fort la crème solaire. Il porte des fringues ridicules et généralement un MA-GNI-FI-QUE chapeau.

Alimentation : le touriste se nourri de sanglier, de charcuterie corse (qu’il a achetée dans une paillote estampillée « Produits Corses ») et a une affection particulière pour le Figatellu et le Brucciu en plein été …

Comportement : roule à 70 km/h en pointe mais peut très rapidement tomber en dessous des 40 km/h à la moindre esquisse de virage ou quand la pente augmente passe au dessus de 0,5 %.

Le Bleu :

Signes distinctifs : se baigne encore au mois de décembre et y retourne dès le mois de février. Passe ses week-ends (qu’il pleuve, vente ou neige) sur les routes à visiter l’île, appareil photo à la main. S’extasie lorsqu’il croise des cochons, vaches ou chèvres au milieu de la route.

Alimentation : Le Bleu vit en Corse et n’est donc pas un touriste. Il ne s’alimente donc pas QUE de charcuterie, que d’ailleurs il trie sur le volet : celle qu’il préfère c’est celle de S., Label Rouge (parce que la « pas Label Rouge », c’est du cochon breton et pas corse). Il a bien compris, lui, que le Figatellu et le Brucciu, ce n’est qu’en hiver. Et le saucisson d’âne n’est pas une spécialité corse.

Comportement : affectionne particulièrement les lundis. Il peut en effet envoyer ses photos de week-end à ses anciens collègues restés sur le continent … Trouve que les Corses conduisent quand même un peu vite sur ces routes.

Le Pinsute :

Signes distinctifs : au niveau vestimentaire, ne se distingue plus du Vrai Corse. Il met des gilets dès que la température devient inférieure à 25°C, des pulls en dessous de 20°C et tout l’équipement d’hiver lorsque les températures deviennent inférieures à 18°C. Au bout de 2 jours de pluie, il passe commande en antidépresseurs …

Alimentation : craque de temps en temps pour un morceau de sanglier. Il fait attention à ne pas manger trop de charcuterie : il faut penser au mois de mai quand il va falloir remettre le maillot de bain. Il ne se sert plus en grande surface : il s’est ENFIN trouvé un vrai producteur et il ne mange que quand c’est la saison adéquate et que la marchandise est correctement affinée ; idem pour les différentes sortes de fromages. C’est que la bête deviendrait difficile avec l’âge …

Comportement : quand il y a de quoi, ne se prive pas de narguer ses anciens collègues, surtout si ça fait un mois ou plus qu’ils galèrent avec la neige et les records de froid … mais ce n’est plus hebdomadaire : les promenades se limitent aux jours de soleil, sans vent. Il peut tout de même se faire avoir par une promenade à Bonifacio en plein mois de décembre, histoire de voir la ville sans ses touristes.

Sur la route ? Maintenant, quand une voiture a l'audace de se trainer à 90 km/h devant lui en montée à 15 %, avec pleins de virage, il s’assure qu’il a un peu de visibilité (50 m, c’est bien le minimum quand même) et double.

Commentaires