Une histoire de famille

Ce soir, j'ai envie de vous parler un peu de mon histoire personnelle et familiale.

Il y a de cela bientôt 3 ans (déjà !), j'annonçais à mes parents ma grossesse, dans un moment fortement chargé en émotions ... Je pensais que cette nouvelle leur ferait plaisir (surtout à ma mère qui désespérait d'être un jour mamie) mais je ne me doutais pas de la suite de l'histoire.

La suite ?

La suite, c'est que ça m'a énormément rapprochée d'elle et que j'ai appris beaucoup de choses sur mon passé, son passé et celui de sa mère. Entre autres choses, j'ai compris certains de ses choix en terme de nourrissage pour ses enfants.

Maman ne nous a pas allaités. Personnellement, j'ai toujours pensé que la cause était à rechercher dans la mode de cette époque fort fort lointaine qui aurait voulu que les femmes se libèrent et préfèrent le biberon au sein.

Il n'en n'est rien. En fait, déjà à l'époque, on avait commencé à emm**** les femmes pour qu'elles allaitent (précisons tout de suite : je n'ai rien contre l'allaitement, j'ai juste une dent contre la politique actuelle qui consiste à culpabiliser celles qui donnent le biberon !).

Ses raisons étaient multiples : liberté certes, corps à se réapproprier sûrement mais surtout, surtout, la volonté de ne pas blesser sa propre mère.

En effet, un an avant ma naissance, on avait diagnostiqué à ma grand-mère un cancer du sein. En 1980, elle a certes été traitée par rayons mais aussi et surtout par une ablation du sein concerné, ça je le savais. Ce que je ne savais pas c'est l'attachement qu'elle avait pour ses seins et le fait qu'elle même avait allaité et avait été très "maternante", ne laissant guère la place à mon grand-père dans les soins aux enfants.

Maman n'a donc pas voulu déballer la marchandise devant elle, s'est heurtée à l'incompréhension de sa mère vis-à-vis de son choix de biberon et a dû se battre à la maternité pour ne pas nous allaiter.

Bref, tout ça pour dire deux choses :
  •  Foutez-nous la paix : vous ne savez pas le pourquoi du comment de nos choix !
  •  Les filles : le cancer du sein est une véritable saloperie mais dont on peut guérir (ma grand-mère a encore vécu 18 ans après son cancer ...) alors faites vous dépister !
Et je voulais aussi relayer cette opération au profit de la lutte contre le cancer du sein : http://octobreroze.wordpress.com/

Commentaires

  1. J'adore quand on est sur la même longueur d'onde!!!!! Bravo Catwoman!!!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce très joli billet!

    RépondreSupprimer
  3. @ Mowgouaille : nous sommes souvent sur la même longueur d'onde ! Mais j'adore aussi ...
    @ Marie : c'est moi qui te remercie pour le compliment !

    RépondreSupprimer
  4. Le seul mauvais choix est l'absence de choix.
    [Amélie Nothomb]

    RépondreSupprimer
  5. Eh bé dis donc tu m'épates là !

    RépondreSupprimer
  6. Bravo :) moi j'avais 5 ans puis 9 ans quand ma mère a été malade. Elle s'en est remis mais ça a tout changé... Y a vraiment trop de pression sur les femmes pour être des mamans parfaites - il me semble qu'on en demande moins aux papas ;)

    RépondreSupprimer
  7. Merci French Girl
    Ca a dû être super difficile à vivre la maladie de ta mère et je comprends que ça ait changé beaucoup de choses.
    Pour ce qui est de la pression mise sur les femmes quant à la maternité, je suis en train de cogiter un article sur le dernier livre que je viens de lire ... Il retrace bien tout ça et c'est assez édifiant ! Mais c'est vrai que je n'ai pas l'impression qu'on leur mette la même pression, ce qui n'empêche pas que certains s'impliquent énormément dans l'histoire mais ça semble rester de l'ordre du cas par cas.

    RépondreSupprimer
  8. d'acoord avec toi à 100% je suis pour l'allaitement mais n'emm... pas les autres avec mes choix comme je n'aimerais pas qu'on me le fasse ! si t'as le tps j'avais fait un post sur le sujet : http://babidji.blogspot.com/2011/09/la-voie-lactee.html
    on vient de perdre une des meilleures amies de ma mère suite à un cancer du sein ... alors oui je suis sensibilisée ... par le pire des chemins ... la presse m'aurait suffit. Merci d'en parler ... moi je suis bloquée pour le moment sur le sujet, je n'y arrive pas.

    RépondreSupprimer
  9. Sherpa : Là, j'ai le wifi qui merde grave, je viendrai lire ton article dès que possible ... Toutes mes condoléances pour l'amie de ta mère. Je peux en parler parce que ma grand-mère y a survécu et que je ne l'ai pas vue malade de celui-là. Mais le cancer qui l'a tuée, 13 ans après, je ne peux simplement pas !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?