L'amour en plus, Elisabeth Badinter

Soyons honnête, il n'y a pas si longtemps, pour moi, Elisabeth Badinter était une féministe certes, mais elle était surtout la femme de Robert. Quand on y pense, on a là un sacré couple ...

Et puis, il y a bientôt 2 ans, elle a sorti un livre qui a "légèrement" fait polémique à  l'époque : Le conflit, La Femme et La Mère. Il a été dit qu'elle avait certes fait beaucoup pour la condition féminine mais que bon, la vieille, elle ferait mieux d'arrêter de nous faire ch*** avec ses combats d'arrière garde, qu'on faisait bien comme on voulait et qu'en fait elle critiquait l'allaitement juste parce qu'elle était actionnaire d'une boite de lait en poudre d'abord, non mais oh !
J'avoue, au début, quand j'en ai entendu parler, j'ai un peu pensé : elle ne va pas s'y mettre elle aussi, j'ai déjà assez à faire avec ma féministe de mère qui ne comprend pas mon allaitement, elle ne va pas s'y mettre elle aussi, merde alors ! Et puis, par curiosité d'abord, et puis pour ne pas critiquer sans savoir, j'ai acheté le livre et je l'ai lu.

J'ai adoré et, surtout, j'ai eu envie de lire un de ses précédents livres : L'amour en plus.


C'est désormais chose faite (depuis mi octobre à peu près mais le temps que l'article murisse dans mon crâne de piaf, il faut du temps ...).

Et, comme pour le Conflit, j'ai adoré. Ce que j'aime avec Elisabeth Badinter, c'est que ses ouvrages sont extrêmement documentés, elle a de nombreuses références et ses théories ne sortent pas comme par enchantement de son chapeau.

Sa thèse, et tout le monde la connaît, nous sommes d'ailleurs nombreuses à la relayer à travers nos blogs : il n'y a pas d'instinct maternel. Il y a de l'amour, certes, mais il a besoin de se développer. Pas un instinct.

Mais son livre, c'est surtout l'histoire de cet amour maternel. Elle y retrace l'évolution du comportement des femmes vis-à-vis de leur(s) enfant(s) au fil des derniers siècles. Elle y montre surtout, comme dans Le Conflit, la pression que l'on a mis sur les épaules des femmes pour s'occuper de leurs enfants, les textes très culpabilisants qui ont pu être écrits.

Personnellement, j'ai été particulièrement frappée par le passage suivant :
Toutes les mères ont la même « mission », toutes doivent « se consacrer entièrement à ce sacerdoce », « sacrifier leur volonté ou leur plaisir pour le bien de leur famille » ; toutes enfin ne peuvent trouver leur salut « qu’en se dévouant à leur devoir maternel ».

Ces quelques lignes sont des extraits de l'ouvrage "Le Devoir maternel", écrit par Ida Sée en 1911. Moi, ça m'a fait froid dans le dos et j'ai rétrospectivement encore mieux compris son propos du Conflit. Parce que depuis, je me suis mise à lire les blogs de parents, j'y vois des discours moralisateurs dans certains, pas tous heureusement. Et je trouve qu'ils se rapprochent dangereusement des thèses tenues au début du dernier siècle.

Voudrait-on nous renvoyer dans nos foyers ? Pour cela réutiliserait-on le vieux concept du "C'est mieux pour les enfants". Tout ce qui a été fait dans les années 60, 70, 80 serait-il en train de s'écrouler ? Et pour nous, femmes, qu'est-ce qui est le mieux ? Y avez-vous pensé ?

Bloguant par plaisir et non pour la polémique, je ne me permettrai pas de répondre mais si vous avez bien lu cet article et le sous-titre de mon blog, vous saurez exactement ce que j'en pense ! Je ne peux faire qu'une seule chose : vous conseiller vivement la lecture de ce livre. Pour ma part, je vais bientôt le prêter à ma féministe de mère et, quand elle sera capable de le lire, j'encouragerai vivement Batgirl à le lire ...

Commentaires

  1. J'ai trouvé ce "lynchage vis à vis d'Elisabeth Badinter assez moyen. Surtout qu'elle n'attaque pas l'allaitement en soi mais le mattraquage dont nous sommes "victime". Et puis finalement ce livre ne parle pas QUE de ça... MOi j'ai beaucoup aimé le passage sur la tradition française de "faire garder ses enfants" qui n'existent qu'en France. Je continue, comme toi, comme elle, de penser que l'on doit accompagner les femmes dans leurs choix et arrêter d'imposer les choses. Mais ce qui a fait débat c'est surtout qu'elle a attaqué la leche league

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu aussi "Le conflit" mais je n'avais aucune idée qu'il avait fait polémique à ce moment-là, je l'ai donc lu avec aucun a priori et j'ai beaucoup aimé. Je ne l'ai pas fini... car je l'ai oublié en France et que je vis en Asie.

    Elle s'appuie sur beaucoup de statistiques, c'est un énorme boulot qu'elle a fourni et j'ai trouvé que nombreuses de ses conclusions étaient intéressantes.

    Merci de nous présenter un autre de ses livres.

    RépondreSupprimer
  3. @ Mowgouaille : Le livre dont je parle s'étend encore plus longuement sur cette tradition française et montre toutes les pressions qu'on a fait peser sur les femmes pour qu'elles arrêtent. Grâce à elle, j'ai su ce qu'était la Leche League, je l'en remercie et j'ai arrêté d'aller sur leur site (toutes façons, l'allaitement n'avait à l'époque plus aucun secret pour moi ...). Et oui, nous sommes d'accord : on demande de l'accompagnement et pas des obligations ou de la culpabilisation.

    @ Sophia : Je n'ai lu que deux livres d'elle mais les deux représentent un énorme travail. Et les deux ont fait polémique chacun à leur époque ...

    RépondreSupprimer
  4. ah je cherche à l'emprunter le fameux "le conflit..." afin de me faire ma propre idée :D !

    RépondreSupprimer
  5. Je l'avais acheté à sa sortie, dévoré et prêté moi aussi à ma féministe de mère, qui ne me l'a toujours pas rendu d'ailleurs! J'ai beaucoup aimé, elle dénonce très bien l'hypocrisie ambiante qui veut nous ramener au foyer, j'en suis intimement persuadée, et tout cela en utilisant la culpabilité dont est capable toute jeune maman qui veut bien faire pour son enfant.
    Moi je condamne fortement la Leche League pour cela, car c'est une association limite sectaire, et pourtant je suis personnellement pour l'allaitement! E. Badinter propose de laisser les mères libres de choisir sans avoir à subir les jugements de la société.
    Nous on a choisi: chez nous, j'ai allaité, l'Homme fait les petits pots maison, et c'est lui qui a pris le congé parental à mi-temps! (il est fou, il voudrait faire papa au foyer...)

    RépondreSupprimer
  6. @ MamanDragon : personne de ton entourage ne l'a ?

    @ Marilou : hihi, ces féministes alors, elles ne savent pas rendre les livres ! Elles ont vraiment tous les défauts ;-) En tout cas, ça fait plaisir de voir que celles qui l'ont lu en ont eu la même analyse que moi : une condamnation non pas de l'allaitement mais de l’hypocrisie qui veut nous ramener au foyer.
    Et pourquoi pas un papa au foyer tiens c'est vrai ! C'est super chou en tout cas :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?