Quand je me déteste

Il y a des jours comme ça, où je me déteste, où je m'insupporte. Des jours où je me dis qu'il vaudrait mieux pour elle que je me taille et qu'elle n'ait pas une telle mère.

Ces jours-là, elle n'a pas le droit de me parler en chouinant.

Ces jours-là, elle n'a pas le droit de me coller aux basques.

Ces jours-là, elle n'a pas le droit de ne se tenir que 2 minutes à chaque activité.

Ces jours-là, elle n'a pas le droit d'être une petite fille de 2 ans et 5 mois qui fait n'importe quoi.

Ces jours-là, tout ce que je voudrais qu'elle fasse, c'est qu'elle joue seule dans son coin et que de mon côté je ne fasse rien.

Ces jours-là, je passe mon temps à lui dire "non", "arrête", à la punir ... jusqu'au moment où je hurle. Jusqu'au moment où j'éclate en sanglots et où je lui dis que ce n'est pas de sa faute, où je lui demande pardon d'être une aussi mauvaise maman, où je la prends dans mes bras et je lui fais un énorme câlin. Malheureusement, ce moment là où j'arrive ENFIN à me calmer est en fin de journée.

Pourquoi je ne le fais pas dès le matin ? Pourquoi faut-il que je monte en pression toute la journée avant de me rendre compte qu'il n'y a pas de quoi ?

Généralement, ces jours-là, je suis seule avec elle, et nous sommes toutes les deux fatiguées. Et pour peu qu'on soit en novembre et qu'il pleuve, c'est l'apothéose.

Au milieu de tous ces cris (les miens mais aussi les siens) et de tout cet énervement, il y a :
  • un sourire amusé quand elle s'est ramenée victorieuse avec ses doudous qu'elle avait réussi à dénicher,
  • un cri de victoire quand elle m'a redemandé 2 fois des brocolis,
  • des moments câlins en regardant le Roi Lion,
  • des histoires lues,
  • un énorme câlin pendant le biberon du soir.

Commentaires

  1. ahhhh que ça me rassure de lire ça !!!! je vis aussi très mal ces jours où je me sens prête à mordre dés le réveil... et je le vis d'autant plus mal que chez moi j'ai une miss de 2 ans et 6 mois et un ptit loup de presque 9 mois (oui oui, on est tarés, promis on recommencera pas, c'est clair ! ;) ) ... bon courage...

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que l'on passe toutes par ces moments là, difficiles certes, mais quand tes enfants quittent le nid, et que tu es seule (moment que tu as souhaités des centaines de fois avant), tu en viens à les regretter, car au moins pendant ces journées difficiles, tes enfants étaient là près de toi.

    RépondreSupprimer
  3. @ MamanDragon : ton message me soulage ... Pour les petits : vous êtes effectivement tarés de les avoir eu aussi près ;-) mais au moins, c'est fait maintenant (moi, suis encore en train de calculer quand est ce que ce sera le bon moment pour le deuze) !

    @ Marie-Do : c'est clair que de les voir s'envoler et vivre leur propre vie, c'est un cap bien plus douloureux ...

    RépondreSupprimer
  4. je suis exactement la même que toi ! rien à ajourter je partage tout ... dans les cas extrêmes je me dis que je n'ai pas le droit de lui imposer ça, c'est moi l'adulte c'est moi qui dois me maîtriser ...

    RépondreSupprimer
  5. Ça fait du bien de ne pas être la seule dans ce cas-là ... et de voir qu'il y en a d'autres qui réagissent pareil !

    RépondreSupprimer
  6. @Catwoman : disons que ça s'est fait dans des circonstances particulièrement car missdragonne n'est pas notre première mais notre 2e enfant... notre premier est mort à la naissance donc du coup on a choisit de faire rapproché pour les suivants... je dis pas ça pour faire pleurer dans les chaumières hein, juste pour expliquer. Sinon je pense que dans un cadre normal, on aurait plus attendu. Là pour le prochain j'attends que mon 3e ait au moins 3ans à la naissance...

    RépondreSupprimer
  7. et par contre moi l'autre jour après une journée particulièrement infecte pour eux et pour moi, je me suis promis vraiment de ne plus refaire des journées comme ça : plus de cris comme ça, quitte à quitter la pièce aller respirer un coup, mais plus jamais je ne crie comme ça, c'est trop frustrant et enervant, et angoissant aussi, car ces jours là je me sens vraiment horrible. Et j'ai pas envie de transmettre ça.

    RépondreSupprimer
  8. Ma maison est faite en sorte que je ne peux même pas franchement dire de quitter la pièce. La fois qui fut la pire, je l'ai collée dans son lit pour qu'elle arrête de me pessuguer (patois de chez moi que je ne connais pas l'écriture) et je suis allée me calmer dans le mien.
    A vrai dire, hier, je n'ai même pas tant crié que ça (je me retiens de plus en plus en fait, quand même il y a du mieux) mais voilà quoi, elle n'avait même pas le droit de jouer à taper sur la table sans que j'essaie de la faire arrêter (sans cri mais avec la voix plus qu'agacée).

    RépondreSupprimer
  9. T'inquète Catwoman, le nombre de fois où les bibous me sortent par les yeux pour pas grand chose, comme je culpabilise après. Bibou 1 avait 21 mois quand Bibou 2 est né, on est tarés aussi je crois...
    Petit message à MamanDragon qui écrit ici: toutes mes pensées pour vous et ce bébé que vous avez perdu, quelle épreuve terrible ça doit être. Je comprends que vous les ayez voulus rapprochés ensuite.

    RépondreSupprimer
  10. Marilou : je confirme, vous êtes complètement timbrés ;-)

    RépondreSupprimer
  11. je vous recommande un bon livre ( en tant que papa ayant élevé deux enfants )

    et maintenant une petite fille, mais pas tout seul cette fois

    les enfants viennent du paradis john gray

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?