Catwoman, le glaçon

Avoir froid, être frigorifiée, gelée, glacée, ... et j'en passe et des meilleures. C'est mon lot quotidien depuis des années.

Il ne se passe pas un jour sans que j'aie la chair de poule, les mains glacées. Même en plein été, même en pleine canicule insulaire, je peux avoir la chaire de poule.

Vu de l'extérieur, c'est rigolo : voir en plein mois d'août, ici, quelqu'un se promener avec une polaire, forcément, passée la minute de surprise, c'est drôle.

Mais, imaginez ne serait-ce qu'une minute ce que c'est au quotidien. Vous pouvez être assis(e) en peignoir à côté d'un poële à bois et frissonner. Vous pouvez être dans une pièce à 20°C avec un T-shirt à manches longues, une polaire, sous une couverture et avec une boule chauffante (votre enfant) et être glacé(e).

C'est pénible, très pénible. Ça arrive d'un coup et on ne s'en débarrasse pas : fatigue, stress, faim ou rien du tout peuvent être des facteurs déclenchant. On ne sait jamais.

Alors on me parle de ma fichue thyroïde qu'il faudrait faire vérifier. Et pourquoi ne seraient-ce pas des chutes de tensions ? Je n'en sais strictement rien. Des fois, je me dis qu'il faudrait que je consulte mais ... Mais je pars de la maison le matin à 7h et j'y rentre le soir à 18 h. Quand trouver le temps de consulter ? Et lui dire quoi que j'ai tout le temps froid ? Il va se foutre de ma gueule, oui, et je vais voir les euros s'afficher dans ses yeux.

Et s'il me trouve vraiment quelque chose ? Je vais devoir prendre des médicaments toute ma vie ? Je n'ai que 30 ans, je préfère me geler les ovaires et entasser les couches de fringues (au moins, on ne voit pas ma bouée de sauvetage ...).


Et encore, elle est réchauffée elle par rapport à moi sous la couverture ...

Commentaires