Pacte pour l'égalité - 1

Je suis féministe, je ne m'en cache pas, voire même je le revendique (y a qu'à voir l'accueil du blog). Mais se déclarer féministe n'empêche pas de garder un regard critique sur les actions des féministes.

Alors, quand un collectif, le Laboratoire pour l'Égalité en l'occurrence, propose aux citoyen(ne)s et aux candidat(e)s à l'élection présidentielle de signer un pacte pour l'égalité, forcément, ça m'interpelle, forcément.

Je suis même, de prime abord, fort satisfaite.

Mais mon fichu esprit critique me dit de lire et d'analyser avant de signer. Alors, je lis et analyse leurs propositions et, comme je tiens un blog, je partage mon opinion sur le sujet ...

Je cous propose d'analyser ensemble ce pacte et de vous faire part de mon ressenti de citoyenne lambda sur ce sujet (mes propos seront en bleu et en italiques). Comme ça risquait d'être très long en une seule fois, je découpe, pour plus de lisibilité.

Aujourd'hui, le premier enjeu :

1
PARITÉ
ET ACCÈS DES FEMMES AUX RESPONSABILITÉS

1. Renforcer la parité en politique
a) Réserver le financement public aux partis qui présentent 50 % de candidates aux élections (à des places éligibles) (heureusement qu'ils/elles précisent ...). Instaurer la règle du non cumul des mandats. (Ça n'existe pas déjà ?)
b) Instaurer une répartition équitable femmes-hommes selon des critères objectifs au regard de la probabilité de remporter une élection.
c) Adopter le système proportionnel de liste avec alternance femmes-hommes pour l’élection des conseillers territoriaux, afin d’atteindre 50 % de femmes élues.
d) Réserver à une femme toute fonction élective abandonnée en cours de mandat par son titulaire, tant que la parité ne sera pas atteinte.

Ça commence mal : on veut de la discrimination positive. Je suis absolument contre toute discrimination, qu'elle soit positive ou négative. Ça n'apporte rien et quand une femme (ou une personne de couleur ou un handicapé) arrive à un poste de haut niveau, on ne sait pas si c'est grâce à ses capacités ou grâce à la discrimination.


2. Faire « exploser le plafond de verre » dans les entreprises et les services publics
a) Évaluer l’application de la loi portant à 40 % la part des femmes dans les conseils d’administration des entreprises. Pour les autres instances de décision (directoires, comités exécutifs et comités de direction), rendre obligatoire un plan de progression de la mixité, avec ce même objectif de 40 %.
b) Atteindre la proportion de 50 % de féminisation, dans les instances de direction des trois fonctions publiques (d’État, territoriale et hospitalière) sans omettre les postes de professeur et les postes de responsabilités dans les universités, ainsi que dans le monde de la création artistique.
c) Exiger la parité de tous les modes de recrutement des hauts fonctionnaires : mixité des jurys de concours, parité dans les promotions internes.
d) Publier les résultats concernant la féminisation dans les entreprises et les services ainsi que les moyens mis en œuvre. Mettre en place un dispositif de contrôle et d’évaluation. Imposer la production d’indicateurs sexués dans les bilans sociaux annuels, dans le privé comme dans le public.

On reste dans la discrimination positive.


3. Dans les organisations syndicales et les associations, faciliter, par tous les moyens, l’accès des femmes aux postes de décisions et de responsabilité, jusqu’à obtention de la parité.

4. Dans tous les domaines, accompagner les femmes candidates à l’accès à des fonctions électives et de responsabilité (mentoring, réseaux…). Mobiliser largement les élu-es sur la lutte contre les stéréotypes pour lever les freins au partage entre femmes et hommes de l’exercice du pouvoir.

Là, il y a du neuf : on cherche à lutter contre les stéréotypes (le fameux "Qui va garder les gosses ? de Jack Lang, il y a 5 ans). Ça me plait d'avantage mais ça ne fait qu'une ligne ...


Commentaires

  1. C'est dingue quand même, qu'en 2012, on soit obligé de lire des trucs comme ça, que l'on ne regarde pas les gens par leur qualité mais par leur crédibilité parce qu'ils sont hommes ou femmes... Comme quand on se fout du look de Roselyne Bachelot mais qu'on remarque soudainement que Hollande a fait un régime... ça me fout la gerbe.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, sur certaines choses on évolue vraiment trèèèèèèèèès lentement, c'est pénible à force !

    RépondreSupprimer
  3. Désolé de ne pas être d'accord mais la discrimination positive est le seul moyen pour arriver à une égalité hommes-femmes.

    C'est ainsi qu'ont procédé les pays scandinaves et plus personne aujourd'hui dans ces pays là ne considère qu'une femme a tel salaire ou telle fonction parce que c'est une femme, mais bien parce qu'elle a les compétences.

    Les incantations, les principes, c'est bien. Mais on les entend depuis 1945 sans grand succès... Les actes c'est mieux. Ce sera plus efficace, vous verrez !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les lois, elles existent depuis quand ? Combien y en a t'il sur le sujet ? J'ai l’impression qu'à chaque 8 mars, ils en pondent une nouvelle sur l'égalité homme-femme ...

      Tant que les partis politiques et les entreprises préfèreront payer des amendes, on n'avancera pas !

      Supprimer
  4. un petit exemple de discrimination positive : nos élites ont voté une loi pour la proportion de femmes et d'hommes dans les listes électorales ( avec des pénalités pour les partis qui ne respectent pas ) ce fut les fameuses listes chabla dada; ....

    http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/enjeux/citoyennete-democratie/parite-egalite-hommes-femmes-realite.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton lien, je le mettrai plus en évidence, certainement dans un article plus étoffé

      Supprimer
  5. Les lois prenant de vraies mesures sur la discrimination positive ont 10 ans. Avant on était dans l'incantation (ce serait bien que...).

    Je suis persuadé, comme beaucoup de féministes, qu'il n'y a que comme ça qu'on y arrivera. La représentativité au Parlement Européen en est le meilleur exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en 10 ans, on en est au même stade ... Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elles ne sont pas appliquées.

      Les partis et les entreprises préfèrent nettement payer des amendes qui sont ridicules que d'embaucher des femmes !

      On fait appliquer l'arsenal de lois qui existent, on les renforce le cas échéant (ce qui n'est pas proposé là) puis on avise.

      Supprimer
  6. 10 ans c'est rien du tout dans la vie d'une démocratie...

    Ce que je ne comprend pas très bien dans tes deux articles c'est que tu es pour tout en disant que ça ne sert à rien. C'est un raisonnement qui me perturbe un peu ;-)

    Concernant les amendes, je peux t'assurer que c'est le meilleur moyen pour arriver à faire fléchir les entreprises. Dans les années 80, après les lois Roudy, j'étais syndicaliste et jeune (plein de fougue, comme toi aujourd'hui) et nous essayions de faire avancer le sujet de l'égalité hommes-femmes au niveau salarial. C'était comme de pisser dans un violon...

    Le porte-monnaie, il n'y a que ça qui marche en France ! Il suffit de regarder les résultats obtenus en sécurité routière. Tout le monde râle, mais on est passé de 10 000 morts par an en 1990 à 5000 aujourd'hui. Auparavant, les bonnes intentions, les messages publicitaires, les slogans n'ont strictement abouti à rien. Pour l'égalité des sexes c'est exactement la même chose. La prise de conscience c'est bien, taper où ça fait mal c'est mieux !

    Enfin... c'est ce que je pense ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?