Il n'y a rien à faire, je préfère la terre ferme.

Aujourd'hui, pour les besoins de l'enquête la connaissance du territoire, nous avons pris le bateau pour voir des embouchures de rivières inaccessibles par la route et ainsi connaître l'état écologique de ces cours d'eau.

Au début, je n'étais pas prévue au programme des réjouissances mais deux des collègues s'étant désistés à la dernière minute, j'ai accepté d'être volontaire désignée d'office. 

J'aurais mieux fait de me tordre une cheville ou d'être en train de vomir mes tripes au moment où le chef cherchait un volontaire !

Non pas que la promenade ne fut pas belle (bien au contraire, j'ai même vu plein de dauphins) mais que, et ça c'est vraiment définitif, je n'ai vraiment mais alors vraiment pas le pied marin ou alors sur une mer encore plus plate qu'un miroir !

Tant que je suis sur un ferry, voire une vedette, ça va encore à peu près mais dès qu'il faut embarquer sur une barcasse pneumatique, ça ne va plus du tout : je suis morte de trouille ! 
Tout d'abord, je n'aime pas être au ras de l'eau et ne pas voir le fond et me dire qu'il y a plusieurs mètres entre moi et le sol recouverts d'eau salée. J'aime pas, je me cramponne. J'aime le sol, le sentir sous mes pieds et voir le plancher des vaches. Une pente forte peut me faire peur, voire me tétaniser des fois mais ce n'est pas pareil : je finis toujours par passer et en ressentir une fierté, être légèrement grisée. Là, je ne maîtrise rien (un autre maîtrise pour moi), là, quand c'est fini, je suis juste soulagée.
Et puis, je n'aime pas les vagues non plus. Je ne suis pas malade. J'ai peur. Je suis terrorisée. Je m'agrippe si fort à tout ce qui m'entoure qu'il faut couper la corde pour arriver à me faire lâcher les bords. Je perçois une simple vague de 1 mètre comme un creux de 10 mètres. La courbe est exponentielle.

Aujourd'hui, il y avait de la houle. Alors, en plus de ma peur classique, j'ai eu la trouille. A chaque creux, j'avais la trouille pour Numérobis (il est hors de question que maintenant que je vois le bout des nausées je le perde celui-là !). Je suis capable de grimper dans des rochers et faire de la simili-escalade à 9 mois de grossesse mais incapable de faire 1/2 h de zodiaque à 2 mois 1/2 la Catwoman !

 Voilà ce que nous devions vérifier

Commentaires

  1. oh punaise que je te comprends ... j'aime pô le bateau ! je n'ai pas autant la trouille que toi mais je ne m'y sens pas bien , j'ai le mal de mer bref vive la terre ferme (je sais je pars sur une île en vacances et alors ? ;) le bonheur de la famille prime j'suis pas crédible là je sais ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, quand je suis venue vivre ici, j'ai d'abord pensé au bonheur de ma famille ;-)

      Supprimer
  2. La prochaine fois, appelle-moi, j'y vais à ta place!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça marche ! J'ai déjà prévenu que ce n'était pas la peine de penser à moi la prochaine fois ;-)

      Supprimer
  3. et elle ne parle pas du repas pique nique dans une baie au milieu d'un paysage de carte postale, bercé par un clapot leger sous un soleil !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était beau mais j'ai eu la peur de ma vie : j'étais complètement flippée !

      Supprimer
  4. Ben dis donc, Catwoman doit pouvoir tout affronter! Tu es une super héroïne ou pas? Sans rire, fais gaffe à toi quand même, tu es fragile maintenant! Tu bosses vraiment dans un cadre magnifique en tout cas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En général, j'arrive à surpasser ma peur mais pas là (à chaque fois qu'on rebondissait dans les vagues, ça augmentait et c'est justement à cause de Numérobis).

      Oui, le cadre est splendide et puis de pouvoir voir des dauphins dans la mer, j'étais contente. Mais j'ai fini par rester dans la navette et devoir faire face à ma mauvaise conscience par rapport au taf.

      Supprimer
  5. je confirme que les vagues, le zodiac qui file à 30 nœuds entrainent un bon moyen de se faire secouer !! pour info, la stagiaire est absente aujourd’hui : bobo au dos aussi

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?