Privilégiée

Toute à l'heure, je lisais cet article de Sophia où elle parlait d'un livre qui conseillait d'être zen pour tomber enceinte. Même si elle a envie d'essayer la technique, elle en a aussi marre de cette sempiternelle phrase "arrête d'y penser et ça viendra tout seul".

Je n'ai aucun problème pour être enceinte, bien au contraire. Il y a des fois, la tête au dessus de la cuvette des WC, j'envie les femmes qui peuvent oublier ou faire une pause dans leur contraception sans conséquences. Et j'avoue que parfois je lis les articles sur yahoo qui donnent des conseils pour enfin être enceinte en me diasant que peut être en faisant l'exact inverse je pourrai à l'avenir faire des pauses contraceptives sans conséquences ... 

La conclusion est immanquablement qu'après Numérobis, c'est stérilet et, si ça ne va pas, ligature.

Mais, je comprends cette souffrance de ne pouvoir en avoir ou d'éprouver des difficultés. Il m'arrive de lire des articles ou des blogs qui parlent de ce parcours du combattant. Généralement, je ne sais que dire. Je ne me sens pas autorisée à commenter.

Deux femmes très proches de moi ont vécu cette épreuve : ma maman et ma meilleure amie. La première, tout ce que je sais, c'est qu'elle est passée par des piqures pour arriver à m'avoir et à ce que je tienne. Elle ne m'a jamais parlé de ce qu'elle avait ressenti, de ce qu'on avait pu lui dire ; on ne dit pas ce genre de choses là.
La deuxième, je l'ai vue le vivre. Elle avait beau dire qu'elle ne se mettait pas la pression, que ça viendrait quand ça viendrait, chaque fois qu'elle faisait l'amour, elle y pensait. Elle regardait les ventres ronds avec jalousie, amertume : "pourquoi pas moi ?". Elle a eu des piqures, des fausses couches, son couple a morflé. Quand elle a mis ce sujet au second plan parce que les difficultés autres étaient devenues importantes, elle a finalement été enceinte.

Comment peut on dire à une femme qui veut un enfant "arrête d'y penser, ça va venir" ? Voir les mois défiler et aucune grossesse s'installer, forcément qu'elle va y penser, c'est obligatoire. Il faut avoir un sacré mental pour ne pas y penser ... Pour dire des choses pareilles, il faut ne jamais l'avoir vécu.

Ce que je ressens c'est que je suis une privilégiée. Privilégiée de pouvoir avoir des enfants sans problèmes (2 grossesses, 0 fausse couche, une seule attente, celle de trouver le père, privilégiée est un bien faible mot), privilégiée d'avoir un homme qui en veuille aussi.

A toutes, je vous souhaite de le vivre un jour.

Commentaires

  1. C'est vrai que nous qui sommes tombées enceintes sans que cela ne soit "programmé" nous met dans une position étrange face à celles qui espèrent (parfois désespèrent) tant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je me sens mal à l'aise vis à vis de ces femmes.

      Supprimer
  2. Merci Catwoman, c'est top cet article. :D
    Alors, moi et mon positivisme, on a trouvé un autre avantage à l'attente... et bien la surprise quand elle arrive doit être intense, multipliée peut-être par tous les mois de déception ahahah! Si c'est ça, je risque d'exploser! ahahah

    Oui, ma très bonne amie ici, a arrêté la pilule dans l'idée de tomber enceinte dans l'année, elle voyait ça un an plus tard et puis BINGO le deuxième mois (sans forcer dit-elle!) mais elle a découvert à 7 semaines. Elle n'a pas été aux anges tout de suite et il lui a fallu du temps pour digérer. Elle m'a même dit: "J'aurais bien aimé avoir un peu plus de temps après mon mariage pour en profiter!"
    Voilà. Et toi? Heureuse les deux fois? (bien sûr heureuse, mais surprise heureuse ou surprise choquée?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ma chère.

      Pour répondre à ta question : très très très heureuse la première fois. La deuxième fois, j'ai mis du temps à en être contente et sur le moment, malheureusement, non, ça n'a pas été du bonheur.

      Et je pense que pour vous le bonheur sera d'autant plus grand que vous avez dû attendre ! Tu verras, il arrivera.

      Supprimer
  3. Terriblement génial cet article !!! Je le relis pour la peine !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?