Vivre et travailler ici

Il y a de ça 3 ans maintenant, après avoir bataillé sur le plan privé pendant 2 mois, Batman et moi entamions une bataille pour obtenir une mutation conjointe sur l'île. Contrairement à ce qu'on pourrait croire la mutation ne fut pas dure à obtenir à cause d'un nombre important de candidats sur les postes (Batman était seul sur le sien et moi j'étais la seule à avoir une expérience pour le mien) mais à cause de règles de l'administration (nous n'avions pas fait nos 3 ans obligatoires sur nos précédents postes).

Et oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, les gens ne se bousculent pas pour venir travailler et vivre ici. Pour passer quelques vacances, dire que les paysages sont magnifiques, il y a du monde mais pas pour travailler.

Les raisons ?

L'insularité d'abord. C'est vrai, nous sommes sur une île. On ne se déplace pas aussi facilement que sur le Continent. Mais on n'est pas non plus dans le Pacifique. Moi, ma famille vit en Provence et avant de venir, j'étais en région parisienne. Alors, la différence entre se prendre un RER puis un TGV ou la voiture et se prendre un avion ou un bateau, je ne la vois guère ... Si, sur un bateau, on occupe plus facilement un enfant qu'en voiture (voire on dort si la traversée est nocturne) et en avion, ben c'est beaucoup plus rapide qu'en train.

Mais la raison principale est la réputation de mon île. Elle fait encore peur à beaucoup de continentaux, notamment de fonctionnaires. Et c'est vrai, le travail n'est pas facile tous les jours. Parfois, il est même pénible. Parfois plus que sur le Continent, les inerties sont difficiles à bouger. Parfois plus que sur le Continent, notre hiérarchie freine des quatre fers pour faire avancer les dossiers et contraindre les élus. Ca se voit sur le Continent mais c'est parfois pire ici.

Mais il y a des satisfactions. Aujourd'hui, cela fait 2 ans 1/2 que je travaille ici. J'ai eu des bas.  De gros bas même : je me suis lancée dans des concours pour changer complètement de métier. Je suis dans une période haute où je vois les résultats de nos ramages à contre-courant porter. Aujourd'hui, des élus nous appellent régulièrement pour les aider administrativement dans leurs démarches. La confiance s'est instaurée, le partenariat est là.

Hier un maire m'a appelée pour un souci sur son réseau. Il pensait que nous passerions la semaine prochaine. Nous sommes passés en urgence aujourd'hui. Il était content et nous aussi : le travail avance.

Et puis, quand on voit le paysage, le cadre, pas une minute je regrette d'être venue ici.


Commentaires

  1. Réponses
    1. La photo, c'est le village où je suis allée hier pour le travail, pas chez moi ;-)

      Supprimer
  2. C'est vrai que c'est beau! Rien à voir avec mes paysages normands pourtant magnifiques aussi, mais ya pas à dire, c'est vraiment un paysage qui sent bon le soleil! J'entends d'ici les cigales...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles ne chantent pas encore ...

      Supprimer
    2. Oui mais chut, dans mon imaginaire merveilleux, les cigales chantent toute l'année chez toi...

      Supprimer
  3. je te comprends les débuts sont durs meme si pour moi ce n'était pas une île c'était quand même un tout autre vie ... paris --> perpignan !!! le grand changement !!! tu bosses chez edf ? là je suis curieuse ;-)
    profitez bien en ts les cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas mal l'habitude de changer complètement de vie ... Mais là, que je suis posée, ça me fait bizarre de me dire que je vais encore vivre plusieurs années ici (même si j'adore !)

      Pour le boulot, non, je ne suis pas chez EDF. Je travaille dans une DDT (oui, ça fait insecticide mais je n'y peux rien ...) sur l'assainissement et la mise aux normes des stations d'épuration.

      Supprimer
  4. la photo fait envie...en tout cas bravo, ce n'est pas évident de déménager, changer de voie, et tout et tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. C'est vraiment magnifique et là, on attaque la meilleure saison ///

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?