Alcool et grossesse - Un autre point de vue

La semaine dernière, j'ai écrit un article volontairement provocateur sur l'alcool pendant la grossesse. Je voulais voir si j'étais capable de déclencher les ires des autres ...

Raté. Ou alors, je suis encore une fois passée à côté.

Par contre, j'ai eu un commentaire fort intéressant de Bulle de Plume qui ne veut pas prendre le risque et qui a ses raisons, issues de son expérience. Les voilà.

Je ne suis pas du tout d'accord avec le point de vue exposé dans cet article (ICI, si vous ne l'avez pas lu, mais ça m'étonnerait) : de par ma formation et mon métier, je sais qu'un seul verre peut suffire, tout comme plusieurs verres ne peuvent avoir aucune incidence.

Pourquoi ? Tout simplement parce que le placenta et le cordon ombilical n'assurent pas leur rôle de filtre face à l'alcool comme ils le font pour les autres substances. En pratique :  chaque gramme d'alcool bu, le bébé en ingère autant. Donc, en fonction de son stade de maturation et des fonctions qui se mettent en place à ce moment là, ça peut n'avoir aucune conséquence comme être gravissime ! 

Je t'assure que j'ai rencontré des enfants qui avaient des handicaps liés a l'alcool, pour "1 seul verre". Tout comme j'ai rencontré des enfants en pleine santé, malgré des mamans véritablement alcooliques. 

Je suis la première à râler contre les grossesses trop aseptisées. Moi même enceinte, j'ai fait attention a la toxo, et à mon alimentation, mais sans en faire une psychose. J'ai vu dans les commentaires qu'une personne évoquait les chats et la grossesse et je suis la première à râler contre la mésinformation sur les risques toxo/chats. (l'article sera là la semaine prochaine, promis juré craché).
Par contre, en ce qui concerne l'alcool j'ai été intransigeante avec moi même : bébé niché dans mon ventre  = 0 alcool. Et dieu sait que j'aime un bon pinard pourtant ... un Merlot ...  un pinot gris ... j'en rêve la nuit lol ! Mais à mes yeux, le risque est trop grand et 9 mois, c'est bien peu.


Voilà : maintenant, vous avez les deux points de vue, à vous de voir lors de votre prochaine grossesse. Et un grand merci à Bulle de Plume.

Commentaires

  1. Ah ma chère Catwoman, je dois te dire que je suis entièrement d'accord avec Bulle de Plume. Je trouve qu'elle a tout à fait raison et qu'on ne peut pas faire de généralités face à l'alcool pendant la grossesse. Comme elle dit, ça dépend de ce qui est en train de se former chez le foetus, c'est un peu la roulette russe je trouve, ça passe ou ça casse. Certains bébés morfleront pour un verre, d'autres seront en pleine santé malgré plusieurs verres quotidiens. Pour ma part, j'ai préféré ne pas prendre ce risque quand j'étais enceinte, même si c'est parfois rageant.
    Pour l'allaitement, c'était autre chose, le bébé n'étant plus relié à moi, je me suis autorisé des alcools légers de temps en temps, mais toujours après une tétée ou alors je tirais du lait.
    Après, pour le déclenchement des ires, je pense que tes fidèles copinautes sont suffisamment intelligentes (oue je sais je suis modeste) pour ne pas te juger, et exprimer leur opinion sans te foudroyer de leur sainte bible de Laurence Pernoud, non ? Comme quoi il reste des endroits de la blogo où on peut échanger sans que des fouteuses de merde rappliquent. Bulle de Plume donne d'ailleurs son avis et ses arguments sans animosité et je trouve ça très respectueux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jusqu'au commentaire de Bulle de Plume, je pensais en toute sincérité que le danger était situé dans les 3 premiers mois ... Maintenant, il faudrait que je me renseigne vraiment mais quand j'entends que certains médecins n'interdisent pas un verre de temps en temps, je me sens moins coupable.

      Pour l'allaitement, honnêtement, je ne faisais pas vraiment attention si elle avait tété ou pas juste avant que je ne boive. Mais, comme je l'ai déjà dit, je ne vais pas bien loin sur l'alcool enceinte allaitante ou dans la vie normale car ça me fait vite dormir ...

      Pour les ires, je me doutais bien que si elles venaient, ce ne serait pas de vous mais d'ailleurs car il semble qu'il y a beaucoup de moralisatrices sur la toile. Mais apparemment, elles évitent de se frotter à une super-héroïne armée d'un fouet ;-)

      Pour Bulle de Plume, c'est bien parce qu'elle exprime son avis sans animosité que je l'ai publié dans un article !

      Supprimer
    2. C'est à peu près la teneur du contenu de la formation que mon amie AS avait suivi. Alertée sur le côté complètement aléatoire du risque pour l'embryon ou le foetus, j'avais préféré m'abstenir purement et simplement. Après difficile à dire...

      Supprimer
  2. coucou!!! hihi ça fait très plaisir ton article! et je te félicite aussi pour cette ouverture a d'autres avis que le tien! crois moi, quand j'ai essayé (ailleurs) de répondre a ce sujet, je me suis faite jeter bien comme il faut!
    La semaine prochaine je viendrais avec plaisir lire ton article sur la toxo (si j'ai pas accouché d'ici là ^^)
    Ce qui m'enerve au plus haut point c'est que des médecins eux mêmes (donc des professionnels) continuent de diffuser de la mésinformation...
    Pendant mes études j'avais rencontré une pédiatre spécialisée dans les syndromes d'alcoolisation foetale et c'est dans ce cadre là que j'ai appris que le placenta et le cordon n'étaient pas des filtres face a l'alcool... et je trouve ça grave qu'on n'ai pas accès a ce type d'info de façon facile...
    enfin, petit a petit je suppose qu'on y viendra! en attendant, vivement mon accouchement, mes copines m'attendent avec le sauc' et le pinard!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien ma chère ! Tant que les opinions sont exprimées sans animosité et argumentées, je suis ouverte à d'autres points de vue que le mien (sauf si on m'explique qu'il faut voter MLP mais là je disgresse ...), surtout en la matière ! Et ton commentaire m'a faite réfléchir ... donc voilà.

      On va éviter de parler du saucisson, parce que là, c'est encore pire que le vin :(

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?