Jeunes et cons

"Un jour, on encense la jeunesse pour sa mobilisation au lendemain du 21 avril et l'autre, on la montre du doigt en disant qu'elle va voter fn ... Il faudrait savoir !"
T'es gentil mais juste une petite imprécision dans ton raisonnement : ce n'est pas la même jeunesse ! Oui, en France, la jeunesse, c'est la classe d'âge comprise entre 18 et 24 ans. Tu as 25 ans ? Tu n'es pas un jeune, c'est bizarre mais c'est comme ça !
Revenons à nos moutons jeunes, je disais donc que ce n'est pas la même jeunesse. Celle qui s'est mobilisée au lendemain du 21 avril, il y a bientôt 10 ans, elle a aujourd'hui (c'est mathématique) entre 28 et 34 ans. Autrement dit, cette classe d'âge n'est pas la jeunesse d'aujourd'hui. Ils ne sont pas vieux, ils ne sont pas classés, pas considérés.


Le 21 avril 2002, j'étais jeune (et con), je votais O. Besancenot. Le 22 ou le 23 (je ne sais plus exactement), je m'activais sur des forums virtuels et réels (place Grenette, mon amour). La jeune fille timide que j'étais allait voir les commerçants et collait des affiches contre les nazis partout. La jeune fille timide intervenait dans les amphis pour exhorter ses congénères à aller manifester et voter. La jeune fille révoltée bouillait contre les-dits congénères, vraiment très mous à son goût et trop bien élevés, qui préféraient réviser leurs partiels plutôt que d'aller sauver la France du péril facho ! Elle se prenait le bec avec tous ceux qui évoquaient l'abstention au second tour.

Aujourd'hui, 10 ans après, je suis vieille et toujours aussi con, les cicatrices se sont plus ou moins refermées, je ne regrette rien. Ni mon vote au premier tour, ni ma mobilisation entre les deux et presque pas mon vote au second (j'étais convaincue à l'époque que c'est ce qu'il y avait de mieux à faire). Mais aujourd'hui, j'ai aussi appris, évolué et tiré les conclusions des conséquences de cette présidentielle 2002. Aujourd'hui, contrairement à hier, je comprends les gens qui ne veulent ou ne peuvent pas voter car je sais que j'en ferais partie si j'avais un second tour sarkozy-le pen.

Aujourd'hui, je regarde cette nouvelle jeunesse (là, ça fait très "vieille conne"), j'en ai quelques spécimens à étudier dans la famille. Certains, aux fêtes de noël, évoquaient effectivement la possibilité de voter pour la le pen, pour mettre un coup de pied dans la fourmilière, espérant avoir enfin la révolution. Heureusement, la montée de Mélenchon le fait changer d'avis ... Il n'est pas plus ni moins con que moi, il a reçu la même éducation que moi. J'étais et je suis incapable d'envisager ne serait ce qu'un millième de seconde cette possibilité mais lui, oui (ou alors était ce de la provocation ?). Alors pourquoi ? Pourquoi cette différence ? Je n'en sais strictement rien. Les 10 5 ans du sarkome qu'on se traîne comme un boulet ? Avec sa banalisation de l'extrême droite ? Le désabusement ? Plus d'idées nouvelles à gauche ? Leur incapacité à se trouver un leader charismatique ? Je ne sais pas, je ne vais pas faire de psychologie de comptoir ?
Mais le vote fn n'est pas l'apanage de la jeunesse. J'ai une grande tante, fille d'un résistant et d'une féministe, encartée au PS depuis la nuit des rats, qui est elle aussi tentée par les sirènes de la marine.
Que se passe t'il ? Cette famille dont je parle, ses votes les plus à droite (si on excepte ce fameux 21 avril) vont au PS. Pourquoi des gens de cette famille moyenne, qui ne connaît pas le chômage, la précarité, les quartiers HLM, élevés dans les principes de la gauche bien-pensante. Pourquoi des gens de cette famille sont ils attirés par ces sirènes nauséabondes ? J'aimerais comprendre.

Non, nous ne sommes pas la même jeunesse et, même si nous n'avons connu, les uns comme les autres, que la crise, nous évoluons. Quand j'ai voté en 2002, nous sortions de 5 ans de légère embellie et de Jospin ; nous avions connu la gauche au pouvoir et Mitterrand. Nous étions déjà beaucoup moins idéalistes que nos prédécesseurs et ça s'aggrave. Il n'y a pas d'idée neuve qui soit sortie depuis des lustres. Le communisme c'est bien beau mais ça a quand même plus de 100 ans comme idéologie ... Et le capitalisme, on voit bien ce que ça donne ! Alors quoi ?


Commentaires

  1. Hé oui, on passe par là, toutes générations confondues...

    À 20 ans plein d'illusion on ne comprend pas que les autres s'encombrent de réalisme ennuyeux.

    À 30 on voit déjà sa jeunesse s'échapper, mais on s'accroche pour ne pas devenir comme ses aînés.

    À 40 ceux de 20 ne vous comprennent déjà plus et vous classent sans rien dire chez les vieux cons.

    ...

    Quand j'écoute Damien Saez je réentend les Trust, Renaud et Balavoine de ma jeunesse. Qu'est-ce qui a changé ? Rien. Et c'est tant mieux. Que serait la jeunesse sans ses illusions ? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que malheureusement, nous avons de moins en moins d'illusion :-( et ça m'attriste !

      Supprimer
    2. Les "jeunes" que je côtoie on des illusions aussi. Pas les mêmes que moi au même âge, ni celles de mes parents et sans doute pas que les mêmes que les tiennes, mais ils en ont.

      En vieillissant on a simplement l'impression que les jeunes ne sont pas ce qu'ils devraient être. C'est une fausse perception, et elle date de Socrate, c'est pour dire ;-)

      Rassure-toi, la révolte a encore de beaux jours devant elle ! Regarde les intentions de vote pour Mélenchon !

      Supprimer
  2. ouais bah c'ets juste surréaliste ! moi non plus je ne comprends plus ... comme si on ne s'occupait que de l'enveloppe et pas de ce qu'elle contient ! c'est révoltant ! à mon époque (la même que toi) c'était les vieux qui votaient FN ... et maintenant c'est tout le monde et n'importe qui ! je vis dans un département où ce parti enregistre les + gros scores ... je ne comprends pas pourquoi ! aucune menace par chez nous ... même pas de banlieues qui feraient flipper les petits blancs bien pensant ! je ne comprends pas que l'humanité ne tire pas les enseignements du passé ... le vote des extrêmes n'a jamais rien résolu en cas de crise ... alors pourquoi continuer à s'accrocher à ces idéologies ??? ça fait vomir ... comment l'Homme peut-il tomber aussi bas !?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'une région où ce parti fait des sommets et où il a eu des maires :-( Ca m'a toujours fait fulminer de voir ce vote dans des endroits aussi tranquilles et calmes ...

      Supprimer
    2. J'ai l'impression que c'est parce que, à chaque fois qu'on entend parler des jeunes de banlieux, c'est parce qu'il y a eu des violences, jamais pour en dire du bien.
      Du coup, les gens qui n'en voit jamais peuvent se persuader qu'ils sont dangereux, uniquement composer de gens d'origine "pas bien de chez nous ma pov'dame" etc etc...
      Je ne vois pasd'autre explication... -.-'

      Supprimer
    3. Je ne sais pas d'où viennent ces sondages et sur quels jeunes ils ont été réalisés.

      Mais les exemples que je prends dans mon article n'ont pas grandi en banlieue et n'y vivent pas. Ils font partie de la classe moyenne et sont même privilégiés dans le sens où le chômage, ces enfoirés, ils ne connaissent pas !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?