Des nouvelles de Numérobis - mois 5

La moitié de la grossesse est déjà passée. Autant les premiers mois, j'ai trouvé super long, autant là, ça s'accélère !

C'est un peu un mois en demi-teinte en fait. Numérobis gigote beaucoup et est déjà bien vigoureux : mon ventre fait de sacrés bonds par moments ! Il y a des fois, je me demande comment un machin qui pèse 500 g à tout casser peut donner des coups aussi forts ...

Quand je dis que le mois est en demi-teinte, c'est parce que je culpabilise encore beaucoup. Je culpabilise de ce début foiré et, quand il me donne des coups, les sentiments ne sont pas forcément au rendez-vous. En fait, pour être honnête, si j'ai le "malheur" de poser ma main sur mon ventre et que Numérobis y donne un coup, je l'interprète comme un "casses-toi de là, tu m'emmerdes" (oui, rien de moins).

Je culpabilise aussi par rapport à Batgirl, ma grande. J'ai l'impression de lui faire un mauvais coup, qu'elle est bien contente d'être la seule. Et puis, il faut dire ce qui est et appeler un chat un chat, la jalousie est un peu là : quand nous sommes ensemble en train de lire une histoire, si je pose ma main sur le ventre, il lui arrive de l'en enlever ...

Bref, il a fallu attendre la deuxième échographie (mercredi dernier) que je n'étais pas aussi impatiente de voir arriver que lors de ma première grossesse pour que les choses s'arrangent. Quand j'ai vu son visage à l'écran, j'ai eu ma larmichette à l’œil, j'ai enfin été sa mère :  le bébé est parfait et super mignon (si, si, ça se voit sur un écran d'échographie !). Depuis, quand je reçois un coup dans la main posée sur le ventre, je l'interprète plutôt comme sa façon de me dire bonjour ... C'est quand même plus sympa !

Et puis Batgirl. Batgirl à qui je ne parle peut être pas assez de la grossesse et du futur petit frère ou petite sœur par peur de l'emm****. Mercredi, quand je l'ai prise à la crèche et que je l'ai posée dans la voiture, elle a vu mon dossier médical. Elle sait qu'il y a dedans les photos du bébé. Elle s'est ruée dessus pour voir les photos de la "petit sœur" (oui, Batgirl a décidé que ce serait une petite sœur), elle avait un sourire d'enfer qui allait d'une oreille à l'autre et a voulu lui faire une caresse, un bisou.

C'est mignon tout plein.

Bref, les grossesses ne se ressemblent pas, c'est certain. Et pour ma part, même si les conditions d'accueil de Numérobis sont des centaines de fois plus favorables à celles de sa grande sœur, je me pose beaucoup plus de questions, je suis plus stressée et je culpabilise plus que pour Batgirl. Peut être est ce dû à mon expérience de la maternité mais je suis loin d'être dans une bulle, comme je l'avais espéré pour au moins une grossesse.


Commentaires

  1. je pense que c'est normal ce que tu ressens. moi aussi j'ai eu du mal avec ma 2ème grossesse pour les raisons que tu évoques. j'ai même eu peur de ne pas autant aimer le 1er. et pis finalement quand il arrive, ton coeur se dédouble et tu les aime pareil même s'ils sont différents. je te confirme chaque grossesse est différente...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire : ça rassure de voir qu'on n'est pas seule à avoir ces sentiments !

      Supprimer
  2. c'est surréaliste j'ai l'impression de me lire ! j'ai l'impression que tu es en train de raconter ma grossesse n°2 !!! (je t'avoue que je n'ai pas pensé que le bébé me disait casse-toi quand même mais tte la culpabilité etc. c'était exactemt ça ! ) sinon Cerise aussi ne voulait qu'une petite soeur :) OUF !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ce que je vois, on culpabilise toutes ;-) C'est vrai qu'en plus on a en commun l'arrivée surprise de ce n°2

      Et tu veux que je te dise ? J'ai ma meilleure amie qui est également enceinte du n°2, sa fille ne parle que de petite sœur ...

      Supprimer
  3. oui la peur est vraiment présente sur plein de point quand on a déjà un enfant et qu'on attend le 2ième, moi aussi j'avais des inquiétudes...mais tu verras tout se passera bien...il y aura forcément la jalousie parce qu'elle voudra sentir que tu l'aimes toujours autant et il faudra bien être à son écoute et présente pour elle...je pense que c'est bien de beaucoup lui parler de ce nouvel arrivant et lui expliquer tous les avantages qu'elle va en tirer (jouer avec lui, complice, elle la grande donc elle pourra l'aider, le guider..ça les valorise)...ce n'est que mon expérience et ça a bien fonctionné pour ma part...alors autant partager ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, là, elle va avoir 2 gros bouleversements dans sa vie à quelques semaines : l'école et le bébé. Donc on essaie de parler un peu des deux, sans trop la brusquer.

      L'autre jour, je lui ai montré les échographies d'elle. Elle était contente.

      En tous cas, merci pour le conseil ! Il faut qu'on lui achète un peu des histoires de petits frères/sœurs.

      Supprimer
  4. Quand tu as un enfant, c'est le bonheur...et vient la question du 2ème!
    Tu te poses 1000 questions: est ce que je l'aimerai comme le 1er, comment puis-je aimer un autre enfant, comment l'aînée va réagir...bref tu cogites...puis tu agis et tu es enceinte!
    Et là, magie de la naissance: tous tes doutes s'envolent, ton coeur s'agrandit, l'amour se démultiplie...et l'aînée est ravie et fière d'avoir un p'tit frère...c'est plus tard que la jalousie, inévitable, s'exprime!
    Bonne grossesse et tout le bonheur du monde pour ta p'tite famille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire. Ça me rassure.

      Bises

      Supprimer
  5. Tu sais que pour moi aussi, Bibou 2 était une surprise. Je culpabilise encore d'avoir dit "Et merde" en regardant mon test de grossesse, d'avoir tant pleuré, tant refusé d'être enceinte à nouveau. Pourquoi ne l'ai-je tout simplement pas aimé du 1er coup? Maintenant il est là et je l'aime comme c'est pas croyable,mais je culpabilise de l'imposer au grand, qui est assez jaloux.
    Une chose est sûre, je les aime vraiment très fort, autant l'un que l'autre, et ça dépasse toute culpabilité.
    Bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?