Perles de culture

On n'est pas payés cher mais on ne pleure pas tous les jours et même, des fois, on se marre bien. Après avoir partagé les perles d'Alienne, aujourd'hui, je vous livre quelques perles de nos interlocuteurs dans le cadre du travail.

Prêts au décollage ?

Avant de construire un lotissement, il y a un certain nombre de procédures à respecter et d'autorisations à obtenir. Notamment au titre de la "police de l'eau" (j'aime pas le terme mais il n'y en a pas d'autre). Dans ce cadre-là, il faut notamment prévoir la gestion des eaux pluviales et construire des bassins de rétention (qui limiteront les inondations, entre autres choses). La réglementation prévoit qu'on doit fournir la superficie du bassin versant impactée par les ouvrages/l'imperméabilisation des sols. Cela permet notamment de calculer la taille des bassins de gestion.

Un lotisseur fait parvenir au service un dossier qui fournit effectivement une superficie impactée. L'instructeur commence l'étude du dossier et regarde sur le logiciel de cartographie la superficie du bassin versant. Cela ne correspond pas du tout. Réponse du lotisseur :
"Il y aura du grillage tout autour du lotissement." (C'est bien connu : le grillage arrête l'eau de pluie !)

Autre dossier, autre lotissement. Là, pas de problème de calcul de la taille du bassin versant. On indique qu'il n'y aura pas de bassin de gestion des eaux pluviales pour la simple et bonne raison que l'eau va s'infiltrer.
L'instructeur regarde une carte géologique du secteur concerné par le lotissement : on est sur du granite ... (Et tout le monde sait que le granite pur et dur est la meilleure des roches pour faire de l'infiltration, non mais !)

Changeons un peu de domaine d'activité et passons à ... l'assainissement. 

Une visite est programmée sur une station d'épuration. La mairie est prévenue par courrier. Un des adjoints appelle le service :
"Est-ce bien nécessaire de venir ? Notre station est une ruine antique !" (Ah mais vous ne savez pas ? Je suis férue d'histoire et visiter une ruine antique me plaira très certainement.)

Deux ans plus tard, la ruine étant en passe d'être classée site archéologique d'importance nationale, et la commune n'ayant toujours pas d'assainissement digne de ce nom, un courrier assez rageur est envoyé. Le Maire appelle, dit que tout est en cours et affirme :
"Tout ce qui est écrit dans le courrier est juste !" (Merci d'en convenir, j'aurai une bonne note ?)

And last but not the least ...

Un conflit de voisinage dégénère, une zone humide, protégée au titre de plusieurs réglementations, a été remblayée. Nous constatons et demandons l'aide de la gendarmerie pour auditionner les protagonistes. L'auteur des faits affirme :
"Ce n'est pas moi qui est mis la terre et les cailloux, ils sont venus tout seuls !"


Commentaires

  1. ah bah c'est vrai aussi, s'ils viennent tout seuls !

    RépondreSupprimer
  2. Ben quoi le grillage c'est bien comme barrage non? Vous êtes difficiles aussi, hein à pinailler pour des détails...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, tu sais ce que c'est les fonctionnaires poussiéreux, ils adorent pinailler !

      Supprimer
  3. Pas mal pas mal... mais la perle revient je pense à la première histoire... du grillage autour mélol
    J'en ai mal au bide à force de rire ... :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?