Un enfant, si je veux, quand je veux


Je suis clairement et sans détours Pro-avortement. Mais qu'est-ce donc être pro-avortement ?
Est-ce imposer aux autres d'avorter et d'éliminer un jour une vie de son ventre, sans tenir compte de la situation et de la possible envie de mener sa grossesse à terme ? Parce que, nous y reviendrons plus tard, mais je considère que les anti-avortement, c'est ce qu'ils font : ils veulent imposer aux autres d'avoir un enfant, sans considération pour la situation dans laquelle on est à ce moment-là et nos envies.

Est-ce être contre la vie ? C'est ce à quoi ils nous assimilent en se déclarant Pro-vie. Je vais aussi y revenir.

Non, je considère qu'en tant que Pro-avortement, je suis d'abord et surtout Pro-choix. Je suis pour que toute femme enceinte accidentellement puisse dire "Oui, je veux (peux avoir) cet enfant" ou "Non, je ne veux pas (peux pas avoir) d'enfant", et ce quelques soient ses raisons. Je m'en moque royalement. C'est sa vie, c'est son choix.

Imposer aux autres sa vision de la société :
Un embryon est à la base une vie, là dessus nous sommes tous d'accord. Là où les opinions divergent c'est sur la "sacralité" de cette vie.
Pour certains, comme cet embryon peut donner en se développant un être humain, cette vie est sacrée, on ne peut l'ôter, on ne doit donc pas avorter sinon on est une meurtrière de la pire espèce. On doit donc tous considérer qu'il s'agit d'un bébé avec un cœur, un cerveau et capable d'émotions. On doit surtout tous considérer qu'il s'agit d'une créature créée par dieu. A partir de là, on fait acte d'ingérence dans ta vie : puisque dieu a créé cet être, tu n'as plus ton mot à dire, ton corps et ta vie ne t'appartiennent plus.
Pour moi, un embryon est certes potentiellement un être humain en devenir mais c'est surtout et avant tout : un organisme en développement depuis la première division du zygote (de l’œuf) jusqu'au stade où les principaux organes sont formés (définition Wikipédia). Et quand j'en vois un, je suis désolée mais je ne trouve pas de grande ressemblance avec un être humain, il n'a bien que le code génétique d'humain.
Voici quelques images pour bien visualiser de quoi on parle :
Embryons humains de 5 et 6 semaines
Embryologie comparée de différentes espèces de vertébrés
Moi, en toute franchise, sur les deux premières photos, je ne vois pas un être humain. Ce ne sont certes plus des amas de cellules mais ce ne sont pas des êtres humains. C'est MA vision des choses. Après, je laisse libre à chacun(e) d'y voir ce qu'il/elle veut.
Mais en retour, j'aimerais que les autres me laissent voir ce que je veux voir. Chose qui semble impossible pour les anti-avortement ...

Pour ou contre la vie :
En s'auto-nommant "Pro-vie", les anti-avortement sous-entendent que si on est pour l'avortement, on est forcément contre la vie. 
Si être pour la vie, c'est militer pour que toute cellule fécondée devienne un jour un être humain, quelles que soient ses conditions de vie, on s'en moque, en effet je ne suis pas "pro-vie".
Nous sommes plus de 7 milliards d'Êtres Humains sur cette planète. Ça fait beaucoup. Dans de nombreux pays, des hommes, des femmes et des enfants souffrent. Les ressources de la planète s'épuisent, notamment sous la pression des pays développés. J'estime que l'espèce n'est pas franchement en voie d'extinction et qu'il n'est donc pas indispensable de procréer pour procréer et perpétuer l'espèce. J'estime qu'il est plus important de faire tout son possible pour que ceux qui arrivent sur cette planète soient heureux et équilibrés.
Pour cela, il leur faut, entre autres choses, des parents aimants qui ont désiré leur naissance, et non pas qui y ont été contraints.
Dans la mesure du possible, il faut également un foyer en mesure financièrement de les élever (attention, je ne suis pas en train de dire qu'il faut absolument un emploi stable de la part des parents pour être heureux et pour pouvoir avoir des enfants mais que c'est à chacun de voir midi à sa porte).


Être égoïste et défendre l'égoïsme :
L'autre jour, Mowgouaille racontait son avortement. Un choix et un acte extrêmement difficile pour une femme qui a toujours désiré avoir un enfant. Mais sa situation du moment ne lui permettait pas d'avoir cet enfant : depuis très peu de temps avec le père et pas sûre que ce soit une relation sérieuse, père qui se serait barré si elle l'avait gardé et pas de situation professionnelle stable. Où est l'égoïsme là dedans ? L'égoïsme aurait été de garder cet enfant, en étant incertaine de lui offrir un bel avenir mais quasiment certaine de lui offrir une enfance difficile.
J'ai un autre exemple d'avortement. Elle voulait un enfant et a galéré pendant 2 ans pour enfin l'avoir. Il est là, il a 6 mois et voilà t'y pas qu'elle est de nouveau enceinte. Super nouvelle, me direz vous ! Certes, ce coup-ci, pas de galère mais. Mais elle est au chômage et son compagnon vient de lâcher son emploi pour monter sa propre boite. Qu'est ce qui est égoïste ? Penser à l'enfant qui est déjà là, encore très petit, qui va pâtir de cette nouvelle naissance et en termes d'attention parentale et en termes de confort (sans compter que le deuxième aussi pâtira des mêmes choses) ? Ou ne penser qu'à soi et avoir un enfant que finalement elle désire ?

D'autres personnes peuvent l'adopter :
Ces derniers jours, il y a eu beaucoup d'articles (vous pouvez en trouver la liste chez Dexterina) sur l'avortement. Certains disaient qu'on pouvait aller au bout de la grossesse et faire adopter l'enfant. Il y a tant de personnes dans le monde qui ne peuvent pas avoir d'enfants, pensez un peu à eux, quoi.
J'avoue que je reste sur les fesses d'une telle réflexion. Ça me coupe le sifflet.
Je ne sais que dire à part que non, je ne me vois pas (et je pense qu'il y a beaucoup de gens dans ce cas-là) porter un enfant en sachant que je vais l'abandonner à la naissance. Encore, il n'y aurait pas à travers le monde d'orphelinats remplis d'enfants ne demandant qu'à avoir des parents, why not ? Mais là, non. Désolée, ce n'est tout simplement pas possible.

La contraception existe :
Oui, aujourd'hui, nous disposons d'une offre de contraception diversifiée et non l'avortement n'est pas un moyen de contraception. Là je suis tout à fait d'accord. 
Il faut juste que tout le monde soit mieux informé en la matière, notamment sur l'offre. Il faut une VRAIE politique d'éducation sexuelle des enfants et des adolescents, qui inclue la contraception dans toute sa diversité. Mais il faut aussi un meilleur remboursement de cette contraception par la sécurité sociale.
Mais il faut savoir qu'aucune contraception n'est fiable à 100 %. Qu'il existe des femmes qui, même ligaturées, tomberont enceintes (vous pouvez faire une recherche Internet ou aller voir ça). Il faut savoir qu'il y aura toujours des accidents. Il faut savoir qu'on peut ignorer, pour une raison X ou Y, qu'un rapport sexuel était à risque et donc ne pas prendre la pilule du lendemain. Et en cela, il existe une dernière chance de maîtriser son corps et sa vie : l'avortement.

Et je suis pour une meilleure prise en charge des femmes souhaitant avorter.


Commentaires

  1. J'applaudis des 2 mains et des 2 pieds! Non mais c'est vrai quoi! Etre "pro vie" qu'est-ce que ça veut dire ça? Que quand tu es pour l'avortement tu es pour la mort? Moi je suis contre la peine de mort par exemple, et dans le foetus, je n'y vois qu'un futur être humain en devenir sans émotions ni réflexion, il n'est pas né, il n'a pas de conscience. Oui, tu as raison, je suis pro choix, ce qui est nettement moins intolérant au final.
    Et puis porter un enfant pour l'abandonner ensuite? Jamais de la vie! Ça n'a plus rien à voir quand la grossesse a eu lieu et a été vécue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme toi : pour l'avortement et contre la peine de mort. Tu veux savoir le pire dans l'histoire ? Je suis sure que beaucoup de ces "pro vie" sont en même temps favorables à la peine de mort !
      Sur le coup de porter pour abandonner, finalement, heureusement que je me suis laissée du temps pour écrire mon article, parce que j'ai failli être très virulente ... Je me suis retenue par égard pour les femmes qui souffrent d'infertilité et éviter de tomber dans une guerre et une polémique stupide. Mais, p***, qu'est ce que je maugréais !

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup le tableau avec les évolutions de l'embryon. Ce début de commentaire n'a rien à voir avec l'avortement mais ça rappelle que nous ne sommes pas si éloignés des animaux. Des animaux censés être "évolués"!
    Bel article.
    Je ne sais pas quoi ajouter, tu as tout dit. Je suis pour le droit à l'avortement. J'espère cependant ne jamais avoir recours personnellement à ce droit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai justement mis ce tableau pour rappeler notre proximité avec les autres animaux et puis un peu aussi pour montrer qu'un embryon n'a pas grand chose de différencié dans son espèce ...

      Ne pas avoir à y recourir un jour, c'est ce que je souhaite à tout le monde aussi ;-)

      Supprimer
  3. Tout pareil, pas mieux!!!!!!!!!!!!!!! Faut pas oublier non plus que le foetus s'il "nait" à 14 semaines, ce n'est pas un bébé viable!!!! Le seuil de viabilité est estimé à 22 semaines (et rien n'est encore joué!)......
    Bien sûr qu'à 14 semaines quand il est voulu/accepté le bébé est déjà un bébé, une personne aux yeux de ses parents, mais si ce n'est pas le cas, et qu'on s'en tient aux données scientifiques, alors non, ce n'est qu'un foetus qui ne PEUT pas se développer et vivre ailleurs que dans le ventre de sa mère, donc pour moi il est clair qu'on ne tue pas un bébé quand on avorte, mais on stoppe le développement d'un foetus, ce qui n'a rien à voir.

    Je ne souhaite à personne de devoir faire ce choix, parce qu'il ne doit aucunement être facile à vivre, même si la décision est parfaitement claire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire avec lequel je suis entièrement d'accord.

      Bises

      Supprimer
    2. En France la contraception est limité à 14 semaine parce que c'est le seuil où la probabilité d'une existence cérébrale est quasiment nulle. Le médecin m'expliquait qu'au déca de 10 semaines, un avortement n'a aucune chance d'être douloureux pour le foeutus puisqu'il n'y a aucune chance qu'il soit doué de conscience...

      Supprimer
    3. Je ne le savais pas ça. Merci beaucoup Mowgouaille pour l'éclairage.

      Supprimer
  4. Ce qui n'a pas été soulevé, aussi c'est qu'une femme qui a un défaut de contraception est souvent une femme qui n'a pas une contraception adaptée... Alors que dire quand c’est la 3eme fois qu'elle avorte??? Pas un médecin pour la suivre? Pour la prévenir ou l'aider à trouver la bonne contraception??? ça veut dire aussi qu'il y a des gyneco qui font mal leur travail...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, on ne l'a pas abordé ça. Je pense qu'en France, on est très légers sur la contraception des femmes. Pourquoi ? Je ne sais pas et je ne m'aventurerai pas à chercher des explications ...
      Une contraception mal adaptée, certes, il faut faire quelque chose mais que dire quand : on tombe enceinte en prenant notre pilule comme il faut ou, pire, alors qu'on s'est faite ligaturer les trompes ?

      Supprimer
    2. Tout à fait!!! Je suis entièrement d'accord

      Supprimer
  5. Si je t'ai choqué en parlant d'avortement sous X je m'en excuse, mais comme je le disais dans mon billet j'ai eu une période de doute sur une possible infertilité et ça fait réfléchir différent sur les choses.
    Et oui porter et abandonner est sans doute plus dur que d'avorter.
    D'ailleurs tu noteras que j'insiste plus sur la pilule du lendemain et sur l'avortement que sur l'accouchement sous X.

    Je ne suis pas non plus 100% pro-vie, je comprends très bien les loupés de contraception (pilule qui ne fonctionne pas, capote qui lâche, etc) mais je ne comprends pas qu'on puisse comme ma copine de fac avorter 5 fois sans aucune difficulté. Mais c'est vrai aussi qu'en France on est (très) mal informé sur les contraceptions. Chez nous c'est pilule un point c'est tout. Alors qu'il existe plein d'autres moyens d'éviter une grossesse (j'en ai listé quelques uns sur mon blog).
    Et si au lieu de se battre pour savoir "qui qui n'a plus raison que l'autre" on se faisait une journée/semaine contraception sur nos blogs. Une telle la pilule, une telle le patch, une telle l'implant, une telle le truc sur la consistance de la glaire cervicale, avec ou sans hormones etc. Ça au moins ce serait constructif et pourrait faire avancer un peu le smilblick et peut-être feront nous découvrir par le détour d'une recherche google la contraception qui conviendra le mieux à la chercheuse d'info. (oui, je sais, rien n'est fiable à 100% sauf l'abstinence).
    (Et je ne suis pas pour la peine de mort non plus)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas la seule à en avoir parlé. Il y avait un com' chez Mowgouaille qui sans aller jusqu'à l'accouchement sous X disait qu'elle aurait pu garder le bébé et l'élever malgré la situation plutôt précaire dans laquelle elle était parce qu'il y avait des femmes dans le monde qui étaient stériles. Je crois que c'est plus ce commentaire qui m'a choquée.
      Après, je comprends tout à fait la douleur des femmes stériles qui voient qu'il y en a tant d'autres qui avortent. Ce doit être très dur (et c'est un doux euphémisme). Comme une femme enceinte par accident et qui n'en veux pas, va envier celles qui ne peuvent pas avoir d'enfants, quand elle aura la tête au dessus de la cuvette des WC pour la 10° fois de la journée.
      C'est relativement insoluble et c'est le serpent qui se mord la queue ...

      J'ai très bien noté que tu insistais plus sur la pilule du lendemain. Malheureusement des fois, on ne sait pas qu'il y avait un risque sur ce coup-là (quand le rapport a par exemple lieu pendant la semaine d'arrêt de la pilule).

      Après, je trouve que l'idée de faire une semaine contraception est une excellente idée à laquelle j'adhère et si ça se fait, je veux bien y participer !

      Désolée si tu t'es sentie visée par l'article ou des commentaires mais tu ne l'étais absolument pas. J'ai hésité à en remettre encore une couche parce qu'il y avait déjà beaucoup d'articles à ce propos mais, comme ce n'est pas la première fois que j'interviens sur le sujet, j'ai fini par l'écrire. C'est bien la première fois que je rentre comme ça dans un débat !

      Supprimer
  6. On se cale le thème contraception sur la semaine de la rentrée ? Ça laisse de temps de soigner le billet et on pourra lire autre chose que le nouveau cartable à la mode ^^
    Je vais faire un appel à la participation sur HC et ma page facebook :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi ça marche. J'ai un stérilet et j'en suis ravie! alors que je n'ai jamais accroché à la pilule...

      Supprimer
  7. Un vent d'air frais :) Cela fait du bien de rencontrer ce type d'approche. Aller au fond des choses pour déceler et lever les éventuelles contradictions. C'est précis, c'est intéressant, c'est frais. Merci !!

    RépondreSupprimer
  8. Oh excellent cet article, je devrais l'imprimer et l'afficher en grand devant ma maison : après l'avoir traduit .. J'habite au Kansas et dans ces états du milieu et sud des etats-unis ; la grande majorité des gens sont ... pro life ... pas par conviction, mais par connerie.. ignorance et méconnaissance des réalités sociales de leurs propres pays.. Ce sentiment est poussé tellement loin, qu'il y a du coup : peu d'information données aux jeunes filles sur la contraception (à vrai dire, pas d'accés à la contraception même d'urgence, surtout pas d'urgence) et donc .... de nombreuses grossesses d'ado .. (dans la classe de ma fille en 3ème).. cela atteint du coup tous les milieux : du plus bas, avec les conséquences sociales qu'on connait au plus haut... on garde alors pieusement cet enfant .. en ruinant la vie de la jeune fille... bon on pourrait continuer longtemps comme cela ... ça me fout en colère ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vas-y : traduit et imprime !

      Ne même pas leur donner accès à la contraception, ça me fout en rogne ! Pauvres gosses ! Je comprends que ça te mette en colère ...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?