Les hormones dans l'eau

Voilà un article que je dois faire depuis longtemps. Un petit coup de gueule/d'énervement qui m'a prise en mars dernier, lors d'une formation à Paris. Je ne l'avais pas écrit sur le coup puis je l'avais oublié. Cet été, il y a eu le buzz sur l'avortement au cours duquel nous avons constaté qu'on savait peu de choses sur la contraception puis Mowgouaille a écrit cet article qui m'a rappelé mon coup de gueule.

Maintenant que j'ai bien noyé le poisson et découragé plein de monde de me lire (je ne savais pas comment introduire mon sujet), on peut en venir au fait : les hormones féminines.

Vous êtes toutes et tous tombés un jour sur un sujet, un reportage alarmant sur l'état de nos rivières et nos pauvres poissons qui ne savent plus où ils en sont avec tous ces mâles qui se travestissent féminisent. Pourquoi perdent ils la tête ces braves poissons ? A cause de ces fichues bonnes femmes qui veulent contrôler leur corps et avoir des enfants uniquement quand elles le décident ... et de ces fichus gynécos qui ne nous proposent pas grand chose d'autre que la pilule ou l'implant, surtout si on n'a jamais eu d'enfants ... et de la recherche qui ne développe peut être pas beaucoup d'autres modes de contraception.


Je ferais ma féministe de base et très basique, je dirais qu'on cherche à nous faire retourner au foyer ! Je chercherais à m'en prendre aux écolos, je dirais que quand même, sous prétexte d'écologie, on veut sacrément nous faire régresser !

Mais je ne le ferai pas, même si ça me démange.

Et ce n'est pas ça qui a failli me faire (encore une fois) remarquer à cette formation en mars (me suis mordu la langue jusqu'au sang pour ne pas faire de réflexion foireuse) (si, si, je vous jure !). Depuis quelques temps, on nous demande de faire surveiller les rejets par les stations d'épuration d'un certain nombre de micropolluants dans les eaux. J'étais donc montée à la capitale pour en savoir plus sur le sujet.

Le formateur, l'agent du ministère qui a en charge cette nouveauté-là, nous explique le pourquoi du comment et, surtout, ce que ça impliquera quand on aura trouvé ces substances dans les eaux traitées de nos stations d'épuration. En aucun cas, il ne faudra demander au maître d'ouvrage de traiter ces polluants mais chercher d'où ça vient et supprimer la pollution à la source.

Jusque là, aucun problème, ça nous évitera de rajouter des modules et de gaspiller de l'argent.

Là où je commence à voir rouge, c'est quand il nous dit que la commission envisage de rajouter des substances à privilégier, notamment les hormones féminines de synthèse et ... les hormones féminines naturelles (là, je manque carrément m'étrangler) !

Je manque m'étrangler parce que je vois à peu près comment on peut réduire les hormones féminines de synthèse à la source : en diminuant la sacro-sainte pilule. Ça me fait voir rouge parce qu'on en revient à ce que je disais plus haut, c'est l'écologie qui nous fait régresser. Parce que soyons clairs, il faudrait une sacrée coordination entre les ministères de l'environnement et de la santé pour promouvoir d'autres modes de contraception que ceux hormonaux mais tout aussi efficaces et il faudrait aussi un sacré changement de mentalité chez les gynécologues.  J'y crois guère mais pourquoi pas. 

Par contre, pour réduire à la base les hormones féminines naturelles dans l'eau, on fait comment ? Non, parce que j'aimerais bien savoir moi ! Les femmes arrêtent de faire pipi et caca ????

Ou alors, on ne supprime plus à la base et on fait équiper TOUTES les stations d'épuration de France et de Navarre pour traiter ces hormones. Je suis assez d'accord sur le principe. Ben oui, imaginez-vous, que nous en avons presque fini avec le contentieux sur l'état de nos stations d'épuration. Du coup, nous aurons moins de travail en assainissement. Alors, si on rend obligatoire ce genre d'équipement, ben on donne du travail pour 2 à 3 personnes par département uniquement sur l'assainissement pour les 50 prochaines années ... (allez convaincre n'importe quel maire qu'il est primordial pour les poissons qu'il traite les hormones féminines dans ses eaux usées et que ça va lui coûter du pognon).

Bref, heureusement, notre cher ministère bataille pour éviter d'avoir à ajouter ces substances. Mais bon, c'est bien représentatif de la mentalité actuelle ...

Commentaires

  1. C'est d'autant plus rageant qu'ils oublient de préciser que les hormones féminines sont bien loin d'être les seuls polluants. Nombre de médicaments sont autant nocifs une fois passés dans l'eau. Alors pourquoi ne pas également s'intéresser à tous ceux-là?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liste serait très longue mais si ça se trouve, il est prévu de rajouter certaines molécules de médicaments, le formateur ne nous en a pas parlé en tout cas. Après, c'est bien beau de surveiller mais si on ne fait rien derrière, c'est jeter de l'argent par les fenêtres ...

      Supprimer
  2. c'est vrai que c'est déprimant qu'on ne cherche pas plus d'alternatives à la pilule ... perso je ne la supporte pas et j'ai dû attendre 3 ans de galère et d'examens en tout genre avant qu'un médecin traitant me dise cash que mes symptômes étaient dus à la pilule et idem 1 semaine plus tard par un ophtalmo. En attendant ma gynéco me faisait passer une batterie d'examen pour rien réfutant totalement l'idée que j'arrête la pilule ! bref c'est un autre sujet mais qui a malheureusement une insidence sur ton sujet principal ! et tu crois que si les mecs prenaient la pilule ça compenserait avec les hormones masculines de synthèse ??? trève de blagounette tous ces sujets me minent le moral car pauvres citoyens que nous sommes n'avons aucune solution et ceux qui les détiennent n'en feront rien pour cause de dépenses ou autres intérêts !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, j'ai failli proposer dans l'article qu'on développe la pilule pour les hommes afin de contre-balancer les effets des notre de pilules !

      Supprimer
  3. Bonjour,

    Je travaille sur le site très féminin www.confidentielles.com et nous souhaiterions mettre en avant des bloggeuses au travers d’une petite interview, des bloggeuses enthousiastes et passionnées, comme vous l’êtes.
    Si cette démarche vous interesse, n'hésitez pas à me contacter à cette adresse mail :
    marie-rose@confidentielles.com

    Très bonne journée,

    Marie-Rose

    RépondreSupprimer
  4. Un article qui se borne à dire que la pilule c'est "dangereux pour les poissons", genre les écolos nous emmerdent avec leurs histoires, et qui omet sciemment de préciser que les hormones non traitées se retrouvent évidemment, en aval de la station d'épuration, dans l'eau du robinet de la ville suivante. Ben oui, il y a plusieurs villes par cours d'eau, en général. Et là, ce ne sont pas les poissons qui en profitent, mais les enfants et les ados, à un âge où bouffer des hormones de synthèse (ou pas de synthèse) ne leur fait pas forcément que du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. As tu lu l'article jusqu'au bout ?

      Même pas capable de signer autrement qu'en anonyme ...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?