Ce souvenir

L'article de ma copine Mowgouaille pour l'anniversaire de la mort de sa grand-mère m'a rappelé ma douleur toujours aussi vive, 14 ans après. C'est difficile à expliquer : parler d'elle est facile, se remémorer les souvenirs toujours plaisant mais se dire qu'elle est morte, que c'est ferme et définitif, que plus jamais je ne la reverrai, tout ça sans avoir la gorge qui se serre et les larmes qui coulent, c'est juste impossible ...


C’était un dimanche, une belle journée d’automne comme on peut en avoir chez nous : soleil et douceur au programme.
J’avais pris les cours à la fac depuis une ou deux semaines, pas plus. J’étais rentrée pour le week-end chez mes parents, à la montagne, à côté de chez toi. 

Nous avions décidé de manger chez toi, une raclette.

Tu étais assise en bout de table, j’étais à côté de toi.

Tu étais fatiguée. D’ailleurs il me semble que tu n’as pas beaucoup mangé ce midi-là et n’est pas restée longtemps avec nous.
Et puis, pendant le repas, tu as eu cette minuscule phrase, trois petits mots qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire : « Alors ma chérie ? ». C’était terriblement anodin. Tu me demandais seulement comment ça se passait, si ça allait bien là bas, loin de mes parents et de mes repères, dans une grande ville et chez des gens que je ne connaissais pas plus que ça, j’étais encore jeune. Je ne sais plus ce que je t‘ai répondu, une banalité sans doutes.

C’était un dimanche, le dimanche 3 octobre 1998. C’était la dernière fois que je te voyais et que je te parlais mais en partant ce jour là, je t’ai simplement dit Au-revoir.

Sept jours plus tard, très tôt le matin, j’étais encore au lit, je traînais. J’ai entendu le téléphone sonner, j’ai tout de suite compris ce que cela voulait dire. Le cancer qui te rongeait depuis plus de six mois avait fini par venir à bout de toi.

Je ne suis pas allée te dire Adieu. Je n’en voyais pas l’intérêt.

A travers ces quelques lignes, je voulais simplement te dire que je t’aimais. Je n’en parle pas souvent, mais ces 3 petits mots, avec le son de ta voix, m’accompagnent depuis maintenant plus de quatorze ans.

Tu me manques terriblement Mémé et j’aurais tellement voulu que tu connaisses mes enfants, ton arrière petite fille et ton arrière petit fils (et oui, il y a encore eu un gars dans la famille !).


Commentaires

  1. Ah bah voilà... je pleure aussi rhooo.... Mais c'est pas bien... (et pas d'hormones pour moi... alors tu vois... ;))

    RépondreSupprimer
  2. Tu me fais pleurer de bon matin....ça remue bcp de choses en moi!! Nos mamies on les portent en nous...(et j'ai mis un peu d'elle dans mes enfants!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée.

      J'espère que mes enfants auront énormément de souvenir de la leur ...

      Supprimer
  3. Ouah... Pfiou, je reviens faire un petit tour rapide sur la blogo, et vla le billet 100% émotion que je trouve chez toi! J'ai dit adieu à ma dernière mamie en il y a quelques mois, je les ai tous vu partir sans avoir vraiment pu leur dire adieu, ce sont des êtres si chers... J'ai pas encore lu chez Mowgouaille, j'y vais...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas été aux crémations de mes grand-mères, je n'en voyais pas l'intérêt à l'époque. Parfois je me dis que j'aurais peut être dû, surtout pour ma grand-mère maternelle (l'autre, j'avais malheureusement fait mon deuil depuis quelques temps déjà quand elle est morte).

      Je te souhaite beaucoup de courage.

      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?