La question qui tue sa race

Vendredi matin, Catboy s'était endormi dans le cosy et, comme tout était prêt, j'étais montée regarder les dessins animés avec Batgirl pour lui voler un câlin avant de partir à l'école ... Nous étions branchées sur France 5 et ils nous assommaient avec une histoire de pingouins qui partaient au Pôle Nord donner leur lettre au Père Noël. En chemin, ils décongelaient un bébé mammouth pris en glace depuis des années. Il est sorti de son glaçon bien vivant (ne me demandez pas comment, je ne sais pas) et, fort logiquement a voulu partir à la recherche de ses parents ... Mais là, au lieu de continuer dans la logique qui veut qu'un bébé mammouth gelé depuis des milliers d'années ressorte vivant de son glaçon, ils ont débloqué et dit que les parents étaient morts depuis des lustres.

Chouette alors !

Chouette parce que Batgirl s'est retournée vers moi et m'a demandé pourquoi le papa et la maman du bébé mammouth étaient morts ... "ben parce qu'ils étaient très vieux" ... elle a alors enchaîné sur la question qui tue : "mais toi aussi tu vas mourir un jour ?" ... "Et moi aussi je vais mourir un jour ?" ...

Gloups.

C'étaient les questions que je redoutais depuis un moment. On avait déjà abordé le sujet de la mort quelques fois ces derniers temps, au travers de la maman de Batman ou des mères mes parents mais jamais la mort de personnes encore vivantes. Il a fallu qu'elle pose la question sur elle et moi.

Me dire qu'un jour je vais devoir mourir me fait flipper, mais me dire que mes enfants mourront aussi un jour, la sensation que je ressens est indescriptible. Je ne crois en rien à part les vers qui viennent te manger. Une fois mort, c'est le trou noir.

Comment, sachant ça ne pas leur refiler l'angoisse de la mort ? Comment la rassurer quand je lui dis que oui, un jour je mourrai, que je vois les larmes dans ses petits yeux et qu'elle me dit qu'elle veut pas ? Un timide "ça arrivera dans très très très longtemps et puis, je serai toujours avec toi dans ton cœur". 
Dans ces cas-là, on improvise et on maudit la 5 pour son dessin animé à la con ! Ils auraient pas pu passer les millénaires aussi les parents de ce con de mammouth ??????????????

C'était ma participation au Être mère de Babidji
Parce qu'être mère, ça va aussi être ça, il faudrait peut être que je lui trouve des petits livres pour en parler, même si c'est un sujet tabou pour moi ...

Commentaires

  1. mon fils cet été s'est mis à pleurer sans pouvoir s'arreter lorsqu'il a compris qu'on allait viellir et par consequent mourir (il a 4 ans).. ça m'a dechiré le coeur et du coup j'ai pleurer avec lui ... je l'ai ensuite rassuré en lui didant que ça serait dans des milliers de dodos ... depuis il ne m'en a pas reparlé. Mais comme toi c'est un sujet qui me dechire, je ne peux pas imaginer qu'un jour je ne serai plus là pour le voir .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a 3 ans 1/2, elle n'a pas pleuré mais les larmes étaient dans ses yeux et sa voix chevrotait : "je veux pas que tu meures maman !". Heureusement qu'elle n'a pas pleuré, sinon, j'aurais sangloté avec elle !

      Supprimer
  2. Pas facile d'aborder ce sujet quel que soit l'âge.
    Moi lorsqu'ils étaient petits j'ai perdu ma maman.
    Comment leur expliquer ? Surtout qu'elle est partie à
    50 ans ? J'ai eu droit à ce genre de question : pourquoi
    mamie elle est parti, je croyais que yavais que les vieux
    gens qui mourraient ? GLOUPS, comme tu dirais !
    Difficile de leur expliquer surtout quand tu n'as pas de
    réponse, même encore maintenant je n'ai toujours pas de
    réponse.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jusque là, le sujet avait été abordé au travers de personnes qu'elle ne connait pas du tout (puisque mortes très longtemps avant sa naissance) et mortes de maladie. Là, il a fallu dire qu'on ne mourait pas que de maladie ...

      Ca n'a vraiment pas du être facile de leur expliquer alors que tu étais toi-même en train de faire le deuil de ta maman.

      Bisous

      Supprimer
  3. Je te lis de temps à autre et ce sujet me fait réagir alors pour une fois je commente...
    Je ne te juges pas, et je serais aussi mal à l'aise que toi quand ma fille me posera la question. Je suis contre le fait de leur mentir quant à la mort d'un proche mais pour enjoliver la vérité. Il y a dans mon entourage un enfant qui a perdu coup sur coup son grand père et son arrière grand mère. Ses parents lui ont dit qu'ils étaient partis pour "longtemps", sauf qu'il commence à se dire que longtemps c'est fini, ça fait bien assez de temps que cet enfant ne les a pas vu et que ces personnes lui manquent. Il va de nouveau falloir avoir cette douloureuse discussion alors que si on avait dit la vérité, ça aurait été fait une fois pour toute même si les questions n'auraient pas été évitées... Olivia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Olivia

      Je ne lui ai pas menti à ma puce et je ne suis pas pour le mensonge dans ces cas-là. L'exemple de ton entourage en est la preuve ... Je lui ai juste répondu ce que je considère comme le plus probable : que je meure dans de nombreuses années plutôt que dans la journée d'un accident de voiture (ce serait juste bon pour l'angoisser pour rien). Par contre, le lendemain, quand elle a fait la con dans la baignoire (debout sur les bords mouillés), je lui ai dit que si elle continuait ses conneries, elle risquait de mourir plus vite que prévu !

      Maintenant, il va rester à aborder et expliquer ce que c'est vraiment la mort. J'espère pouvoir attendre encore quelques temps pour ça ...

      Supprimer
  4. c'est un sujet vraiment difficile, très tabou pour moi aussi... je redoute la mort de mes proches mais je redoute la mienne aussi et le fait que je laisserai seul mes enfants... pas facile à aborder ! moi je ne l'ai jamais fait... ton article me fait réfléchir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, je préfère aborder le sujet petit à petit, au fur et à mesure des questions ...

      Supprimer
  5. Je peux tenvoyer le livre que j'ai écrit sur la mort avec maman Juju pour l'aider. ça a bien marcher avec Eloïse, ça a dépassé les angoisses....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup : faut que j'arrive à le lire sans chialer ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?