Pourquoi un tel acharnement ?

Ma couche est propre, mon pyjama boutonné, c'est cool, je vais enfin pouvoir manger ! Mais que sort elle ? Ah non, pas ça ! Je me tortille dans tous les sens, il est hors de question que j'y passe ce coup-ci ! Elle me met sur le côté, me maintient la tête d'une main, je me débats, rien n'y fait : elle est plus forte et me maintient fermement. 

Ça y est, j'ai l'embout contre le nez. Je fais encore des tentatives pour y échapper. Rien n'y fait, un pschitt et je me prends un grand shoot de sérum physiologique dans le pif ! Je me recule, m'étrangle, ce coup-ci, c'est sûr, elle va y arriver à me noyer avec son machin !

Et puis non, elle ne m'a pas totalement eu. Je hurle. Je lui indique mon  désaccord. Elle continue, imperturbable : maintenant, c'est le mouche - bébé, elle m'aspire le nez.

Je hurle, je la regarde avec mon regard perdu, plein d'interrogations.

Maman, pourquoi me fais tu subir tout ça ? Que t'ai je fait pour mériter de tels mauvais traitements ?

Ce n'est pas ma faute à moi si je respire mal et vous réveille de nouveau la nuit (moi aussi, j'aimerais pouvoir dormir, tu sais) ! Je respire si mal en ce moment, c'est dur, tu sais. Je n'en peux plus de tousser, me réveiller la nuit, respirer difficilement, voire vomir. Malgré tout ça, je reste souriant. Malgré tout ça, je ris encore quand vous faites vos gagatausores.

Maman, je n'ai pas l'impression d'être un bébé pénible quand je suis malade, bien au contraire. Alors, pourquoi tout ça ?

Maman, tout ce que je demande, quand tu es à côté de moi, ce sont tes bras chauds. Même plus la sucette géante comme tu le dis si bien, juste mon doudou géant qui me câline et me parle doucement. Ce doudou qui me réconforte tant et sait si bien m'apaiser quand je suis en sanglots. Malgré le peu de justesse de ta voix, j'adore quand tu me chantonnes "Bella Ciao" ou "L'amour est enfant de Bohème".
Alors, pourquoi me fais tu subir tout ça ?

Et puis elle me prend enfin dans ses bras. Me colle très fort contre elle et me parle doucement. Elle m'explique qu'elle se doute bien à quel point tout ça est désagréable mais qu'elle ne peut faire autrement pour me débarrasser de cette vilaine bronchiolite qui m'empêche de respirer convenablement. Puis elle me berce en chantonnant. 

Je commence à me calmer. Mes sanglots s'espacent de plus en plus. Je me love contre elle : en ce moment, je suis mieux la tête au creux de leur cou à chercher les câlins que face au monde ...

PS : Papa, ce petit texte est aussi valable pour toi, si jamais tu viens lire le blog de maman !
Catboy, en pleine bronchiolite, qui ne comprend pas pourquoi on le mouche régulièrement

Commentaires

  1. C'est vrai que c'est horrible cette méthode. J'ai eu la chance de ne pas avoir de bronchiolite à la maison alors quand ma fille avait des petits rhumes, je la mouchais sans plus et j'attendais que ça passe. Trop horrible de la voir s'étouffer avec le sérum phy :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous y avions échappé jusqu'à ces vacances de noël. Les 2 y sont passés mais c'est nettement moins pénible avec la grande qu'avec le bébé !

      Et encore, on a échappé à la kiné ...

      Supprimer
  2. comme ton article est parlant... je détestais faire cela... bon courage à ton loulou ... et à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé de retranscrire tout ce qu'il y a dans ses gestes et son regard au moment du mouchage ... C'est un bébé très expressif !

      Supprimer
  3. C'est aussi pénible pour la maman que pour le bébé... surtout les premières fois :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le voir se débattre et me faire son regard de chien battu (comme sur la photo), c'est terrible !

      Supprimer
  4. J'en ai des frissons.
    ZOULETTE 9 mois une angine du nouveau-né, deux rhino et une bronchio (on passe l'infection pulmonaire) en a mangé du sérum phy.
    Le nombre de lavage de nez qu'on a du lui faire.
    J'ai toujours la même boule dans le ventre à le regarder hurler. Mais faut bien tenir hein pour le soigner.
    Ha si seulement on pouvait leur prendre leur maladie d'un claquement de doigt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je lui dis et pense : si seulement je pouvais lui la prendre cette fichue maladie

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?