Lettre à Delphine Batho

Madame la Ministre,

Lors de votre séance de questions à l'assemblée nationale du 22 mai dernier vous avez été interpellée par M. Carvalho qui, à cette occasion, a comparé les agents de l'ONEMA et de la police de l'eau à des SS (pour mémoire, c'est ici). Vous avez répondu à cette interpellation de la manière suivante : "je ne puis vous laisser comparer les agents de l’ONEMA à des SS ! Une telle comparaison est injurieuse et tout à fait inacceptable ! (...) Il est cependant nécessaire que nous disposions d’une police de l’environnement et de l’eau. Je leur apporte donc tout mon soutien dans l’exercice de ces missions."
 
Vous avez donc défendu les agents de l'ONEMA lors de cette séance publique, nous n'en attendions pas moins de vous. Seulement, cet individu ne s'est pas limité aux agents de l'ONEMA, il a comparé l'ensemble des agents de la police de l'eau à des SS, c'est à dire, également, les agents du Ministère de l’Écologie (ou du Ministère de l'Agriculture) en poste dans les différentes directions départementales (DDT-M) travaillant pour le compte de la Direction de l'Eau. Ceux-là, vous ne les avez pas défendus, ceux-là ont été traités de SS sans que le tir ne soit corrigé par leur Ministre de tutelle.

Madame la Ministre, je me permettrai donc de vous poser la question suivante : Pourquoi ? Je ne vois que deux réponses possibles :
  • La première : pour vous, la police de l'eau, c'est l'ONEMA et vous ne connaissez pas les agents des DDT(M).
  • La deuxième : vous êtes en accord avec M. Carvalho ...
Madame la Ministre, avec tout le respect que je vous dois, je me vois dans l'obligation de vous dire qu'aucune de ces réponses ne me convient.

En effet, pour la deuxième solution, je vous rapellerai juste vos propres propos : une telle comparaison est injurieuse ... d'autant plus venant de la ministre de tutelle.

Si c'est le premier cas qui explique votre absence de réponse, je ne sais comment vous exprimer dans les meilleurs termes et en restant polie et courtoise ce que je ressens, en tant qu'agent de la police de l'eau travaillant en DDTM. En effet, comment devons nous prendre que notre ministre de tutelle ne nous connaisse pas ? Toute l'année, nous nous escrimons à mettre en œuvre les différentes circulaires et textes sortis de votre ministère. Eaux résiduaires urbaines, directive nitrates, directive cadre sur l'eau, tels sont notre quotidien. Nos feuilles de route, c'est votre ministère qui nous les fourni tous les ans. Et non, nous ne sommes pas que de simples gratte-papiers dans les bureaux puisque nous avons des objectifs de contrôle (20 % de notre temps de travail) et sommes assermentés.

Madame la Ministre, je sais que votre temps est précieux alors je ne continuerai pas plus longtemps à vous accabler de la sorte. En tout état de cause, vous l'aurez sûrement compris, ces paroles sont extrêmement blessantes et votre absence de réponse l'est également.
Je vous prie d'agréer, Madame la Ministre, l'expression de ma Haute Considération.
 
C'est ce que nous portons sur le terrain. Peu de ressemblance avec la Waffen-SS ...
 

Commentaires