Retour de vacances

Tu as déjà remarqué que certaines questions n'attendent pas vraiment de réponse franche et honnête ? Pour éclairer ta lanterne, voici les deux auxquelles je pense : "Comment vas-tu ?" et ... "Alors, ces vacances ?"

La première, en général, si on connaît bien la personne en face, on peut dire si ça ne va pas. Quoique, à moins que ce soit par téléphone ou Internet, on le voit d'emblée ... 

Mais la deuxième. La fameuse question des vacances ... As tu déjà essayé de répondre un bref "ça peut aller" ? Non, n'est-ce pas ? Pourquoi ? 

Sans doutes, parce que le mot "Vacances" doit avoir pour synonymes "Super", "Génial", "Excellentes" et j'en passe et des meilleures ... 

Alors, qu'on ne me demande pas comment se sont passées mes vacances parce qu'elles n'étaient ni "Super", "Génial", "Excellentes". 

Non parce que quand tu commences tes vacances par voir ton grand-père de 83 ans partir en urgence à l'hosto pour une "insuffisance cardiaque et rénale sévère", tu te doutes que ça va mal continuer ... De rendez-vous médicaux en course à la maison de retraite pour essayer de lui avoir une place parce qu'il ne peut plus vivre seul. Quand tu vois ton grand-père de 83 ans ne pas calculer ses arrières petits enfants alors que d'habitude, il ne les lâche pas d'une semelle. Tu comprends que tu es en train de perdre quelqu'un.

Et puis, quand l'autre extrême de la vie (aka Catboy) décide de commencer sa phase d'opposition à 13 mois (mais ça, c'est mon Être Mère de mercredi) et qu'il ne veut voir personne d'autre que moi. Ben, les vacances ne sont pas toutes roses !

Mais sinon, j'ai revu mes parents, mes frères et mes grands-pères pas vus depuis la mi-août et ma meilleure amie, pas vue depuis mi-juillet. J'ai passé du temps avec mes enfants. Je n'ai pas travaillé pendant une semaine. Je suis rentrée chez moi, au pays, et j'ai fait une magnifique ballade dans le Queyras.

Ah, et puis, j'étais sur une autre planète. Une planète où on ne maltraite pas d'enfants en les mettant dans des coffres de voiture ou en leur faisant dire des horreurs à une ministre. Sur une planète où il n'y a pas une poignées de connards qui veulent mettre leur combat de machos de merde au même niveau que celui des femmes à disposer de leur propre corps (à ce propos, je vous invite à lire cet excellent article : Nos filles seront elles des putes comme les autres ?).

Bref, voilà, mes vacances n'étaient ni bonnes ni mauvaises, elles pouvaient aller ! Sur ce, je vous laisse sur ce beau coucher de soleil :


Commentaires