Invisibles mais présentes à vie

Hier matin, pendant que je donnais son petit déjeuner à Catboy, je regardais fixement mon poignet gauche. Je le regardais et y voyais des lignes.

Personne ne verra jamais ces lignes sur mon poignet gauche.

Personne sauf moi.

Elles datent d'il y a déjà 10 ans, dans quelques mois. Elles sont les cicatrices d'une immense peine de cœur. Je venais de me faire larguer et je vivais mon premier et seul véritable chagrin d'amour.

Je n'arrivais pas à sortir la tête de l'eau alors un jour, je ne sais plus au bout de combien de temps, j'ai pris un cutter ou un ciseau, je ne sais plus très bien, ça n'a aucune importance en fait. J'ai pris cet ustensile coupant qui aurait pu faire des dégâts dans un but précis : extérioriser mon mal, marquer physiquement ma douleur.

J'ai donc pris mon cutter et l'ai appliqué sur mon poignet. J'ai coupé. Pas fort. Je ne comptais pas en finir. Je voulais juste me marquer ... Alors, à plusieurs reprises, j'ai tracé des lignes sur ma peau, perpendiculaires aux veines.

Ça m'a soulagée. Et j'ai recommencé. Chaque fois que j'allais mal, je prenais ce que j'avais sous la main et je "coupais" en me disant qu'un jour je ne le ferais plus et que ce jour-là, je saurais que c'était fini ... En attendant, je "coupais" la couche superficielle de l'épiderme. 

J'ai eu quelques cicatrices pendant un temps. Des petites lignes marrons, discrètes. Mais elles étaient là.

Aujourd'hui, physiquement, il n'y a plus rien. Sauf pour moi, au final. Moi qui me souviens de cette époque. 
 
Un an après, je passais un entretien d'embauche. On m'a demandé qu'elle était ma passion dans la vie, ce qui me faisait lever le matin. J'ai tout simplement répondu : "La vie, le plaisir d'être en vie". 




 
PS : Ce n'est pas mon poignet mais je trouve le tatouage approprié ;-)

Commentaires

  1. Je n'ai jamais connu cela, mais je peux comprendre la démarche. De toute façon c'était juste une façon pour toi de te faire ressentir quelque chose à ce moment là :)
    J'aime beaucoup ta conclusion!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces mots ... Ce n'était vraiment pas une période facile mais qui heureusement n'a pas duré longtemps ;) et qui au final m'aura marquée positivement pour la suite !

      Supprimer
  2. Merci d'avoir attiré mon regard vers ce touchant témoignage ! Comme tu le fais remarquer ceux qui se coupent n'ont pas envie de mourir mais de guérir ! Grosses bises ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien !

      C'est tout à fait ça : une souffrance mais pas d'envie d'en finir :-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?