J'avoue, je ne râle plus

... Sur le blog (parce qu’à la maison, c'est autre chose !)

Je pense que celles et ceux qui me suivent depuis longtemps s'en sont déjà rendu compte : le nombre d'articles coups de gueule, ou à tendance politique, a nettement diminué depuis quelques temps, surtout par rapport à une certaine époque.

Ce n'est pas tant que j'ai moins de neurones qu'avant. Ni que j'ai moins de sujets sur lesquels râler. Bien au contraire.

Juste que j'éprouve une certaine lassitude. Une impression de rabâcher encore et toujours les mêmes choses. De n'être lue que par une toute petite poignée de personnes, déjà convaincues par mes idées.

Bien sûr que j'ai les boules quand je vois les résultats des municipales ou des sondages pour les prochaines élections.

Bien sûr que j'ai les nerfs quand je vois comme il est toujours aussi dangereux d'aller à l'école dans certains pays.

Bien sûr que je saute de joie rage quand je vois qu'on remet en cause les droits des femmes, y compris en France.

Je bous intérieurement mais, comme je le disais dans un précédent article, plus personne ne lit personne ni ne ne prend le temps d'écouter les arguments contraires à son opinion, moi la première. Alors, j'avoue, en ce moment, j'en ai un peu marre de m'égosiller, seule dans mon coin, avec quelques personnes tout aussi convaincues que moi, contre les fachos et les haines diverses et variées qui montent un peu partout.

Je m'en mordrai peut être bientôt les doigts mais j'en suis arrivée à une sorte de fatalisme et je me dis plus souvent que de raison, une boule dans la gorge : "et bien, puisque c'est ce qu'ils veulent, puisqu'ils sont trop cons pour comprendre : laissons-les essayer, faire, ils finiront par comprendre que ce n'est pas la solution".

Je sais que c'est un tort. Je sais que l’extrême droite exploite à fond les réseaux sociaux et Internet et les peurs des gens. Je sais que pour faire reculer ces idées, nous devrions exploiter tout autant tout cela, pied à pied. Démonter, encore et toujours. Mais comment faire quand certains utilisent les peurs, les crispations et les haines ? Les images avec de belles citations ? Ça fait dégoulinant de bons sentiments ...

Faire appel à la réflexion et au bon sens ? C'est là, de manière très sûre la seule vraie solution.  Encore faudrait il que les gens qui sont tentés par les discours du f-haine puissent recevoir les nôtres. Qu'ils aient la volonté de bien vouloir les entendre. La lutte contre ces idées nauséabondes ne passera QUE par l'envie de s'en sortir ...

Ou alors par la censure. Interdire leurs pages facebook. Ne plus les laisser parler à la télé, à la radio et dans les journaux.

Je sais, c'est anti-démocratique.

Mais ils sont, par essence dangereux, pour la démocratie.

Alors, en attendant, je n'y arrive plus, sur le blog. Je baisse honteusement les bras.

Et ça me désole.


Commentaires

  1. nous sommes nombreux à ressentir cette lassitude mêlée d'une colère et d'incompréhension. je ne comprends pas que tout le monde ne voit pas la manipulation de l'extreme droite. je ne comprends pas que certains se fassent avoir. j'ai envie de secouer. Mais je ne fais rien... je sature. L'homme (le mien) a dit un jour "si le FN devient président, on quitte le pays"... on quitterait le navire? en même temps, on n'est pas capitaine alors on a droit... alors je devrait me battre pour que ça n'arrive pas... mais je sature....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout dit : colère, incompréhension et une telle lassitude qu'on n'arrive plus rien à faire :(

      J'en suis au même stade que ton homme : s'ils arrivent au pouvoir, je quitte le navire, avec les enfants ...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?