Elle ne nous appartient pas : nous l'empruntons.

Ce qui fait la richesse de la Corse, ce sont ses paysages à couper le souffle. Ces paysages sont le fruit de millénaires d'évolution, ils existent par les reliefs mais aussi par la faune et la flore qui vit ici. Les écosystèmes corses sont d'une richesse extraordinaire, ils sont unique au monde et abritent de nombreuses espèces rares.

Cette formidable biodiversité a été reconnue à plusieurs niveaux et de vastes territoires corses ont été inventoriés, classés en ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Faunistique et Floristique), en zones Natura 2000 (réseau européen d'espaces naturels remarquables à préserver).

Jusqu'à aujourd'hui, notre Île a été relativement préservée des appétits destructeurs des bétonneurs à tout va. Elle a été préservée par quelques explosifs biens placés, elle a été préservée, tant bien que mal, par la réglementation : les ZNIEFF Corses sont théoriquement inconstructibles depuis 1992.

Du coup, la Corse n'est pas bétonnée comme la Côte d'Azur. Pas encore.

L'essor du tourisme de ces dernières années a ouvert de nombreux appétits et le béton avance, pas à pas. Aujourd'hui, la Collectivité Territoriale de Corse (la Région), veut ouvrir à l'urbanisme les ZNIEFF. En effet, le Padduc (Plan d’Aménagement et de Développement DUrable de la Corse) (j'aime beaucoup le mot "durable" ...) prévoit d’ôter aux ZNIEFF leur inconstructibilité.

Des projets immobiliers de grande ampleur menacent déjà un certain nombre de sites naturels remarquables.

Source : Conservatoire du littoral
Source : Conservatoire du littoral
Source : Conservatoire du littoral
La Testa Ventilegne est ainsi  promise à un bel avenir de résidence hôtelière pour vacanciers fortunés ...

Source : http://www.plage-de-corse.com/
Arone, une de mes plages préférées, est menacée par l'urbanisation de 70 hectares de maquis ...

Ces secteurs sont encore intactes, mais pour combien de temps ? Ne vaut il pas mieux développer l'hébergement là où l'urbanisation a déjà commencé ? Et jusqu'à quel point développer le tourisme  ? Sachant, que la Corse ne pourra supporter encore trop d'augmentation de la fréquentation (3 millions de touristes actuellement, sur quelques mois : les infrastructures et la nature (qui est quand même un point d'appel des touristes) ne pourront guère supporter plus ...

Je suis bien consciente qu'il faut du tourisme pour l'économie insulaire mais trop de tourisme risque de tuer ledit tourisme.


PS : il existe actuellement une pétition pour demander à la CTC de conserver l'inconstructibilité des ZNIEFF, vous pouvez la trouver ici : Sauvons la biodiversité des ZNIEFF 1 des appétits immobiliers

Commentaires