Parle moi féminisme #2 - Emma June sur le grill

Aujourd'hui, je reçois une adorable blogueuse, une maman un peu pipelette (mais ça, c'est elle qui le dit !) (en même temps, si tu veux tenir un blog, il faut être un peu bavarde ... sinon, tu ne t'en sors pas !).

Bref, aujourd'hui, c'est Emma June qui vient se prêter au jeu des interviews sur le féminisme ...


1/ Bonjour Emma, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Emma June, 32 ans, en couple et maman d’un petit garçon de 3 ans.

2/ Grâce à ces interviews, j'ai envie de connaître le sentiment des gens sur le féminisme, alors, pourrais tu me dire ce qu'est, pour toi, le féminisme ?
Je n’aime pas trop ce terme de féminisme car je trouve que beaucoup de mots en "-isme" sont trop connotés péjorativement et je n’aime pas l'extrémisme (Je n'y avais pas pensé mais c'est vrai que ça connote extrémiste ce "isme").
Cela étant dit, pour moi, le féminisme est l’idée que les femmes et les hommes sont égaux en devoirs et en droits mais que malheureusement, il y a encore tellement de domaines où les hommes sont "dominants" que le féminisme a encore de « beaux » jours devant lui.

3/ Soyons un peu nombrilistes, penses­-tu qu'en France, au 21° siècle, on ait encore besoin de féministes ? Pourquoi ?
A mon avis, ça n’est pas vraiment de féministes dont nous avons besoin mais comme je le disais plus haut, d’une vision moins manichéenne que homme vs femme, comme si cela était un éternel combat. Beaucoup de femmes et d’hommes sont totalement imprégnés de comportements liés à ce monde où les hommes ont toujours voulu dominer. Homme=chasse / Femme=enfant et caverne.
Pour moi, un des principaux combats en France reste l’égalité de salaire et l’égalité d’évolution de carrières. Le problème étant que le monde du travail n’est pas fait pour être concilié avec une vie de famille et souvent, il faut choisir. Je trouve cela injuste (dixit Caliméro).

4/ Y a t'il un combat féministe qui te touche particulièrement (en bien ou en mal, d'ailleurs, il y en a qu'on peut réprouver) ?
Je n’ai pas compris du tout l’acharnement sur le "Madame", là, non vraiment, l’intérêt de la chose me dépasse. Certaines préfèrent être appelées Mademoiselle même à un âge avancé, d’autres Madame avant même d’être mariées, cela relève du ressenti de chacune et mener un combat pour ça, je ne comprends pas. J’ai l’impression que faute de gagner de grandes guerres, on se contente de micro-batailles …
Et appelez-moi Mademoiselle, s’il vous plait ! (ouais je suis vieille mais je m’en fous, je ne suis pas mariée !).
(Tu n'es pas la seule à ne pas l'avoir compris, je crois ...)
5/ Et maintenant que tu as répondu à toutes ces questions : te définis tu toi - ­même comme féministe ?
Oui et non.
Je ne suis pas une militante farouche et je pense que parfois à trop vouloir reconnaître les femmes il y a l’effet pervers de volonté (inconsciente) de domination de l’homme.
Néanmoins, l’injustice m’énerve (dans tous les domaines) et donc de fait, si l’on considère de ce point de vue alors oui, je suis féministe car il y a trop d’inégalités encore entre les hommes et les femmes (et au niveau mondial, alors là, c’est juste complétement invraisemblable).
Par contre, je suis une féministe du quotidien, dans une maison, je trouve que les tâches sont encore trop automatiquement assumées par la femme et que l’homme qui fait quelque chose est un peu trop considéré comme un être magique qui AIDE sa femme. Alors non, tout ce qui est fait est pour le foyer ENTIER donc que l’homme le fasse est tout aussi normal que la femme, pour qu’une maison roule, il y a assez de boulot pour tout le monde ! (non, mais !)

Merci beaucoup Emma pour avoir joué le jeu !
La semaine prochaine, je reçois Petits Diables ...
Et si vous aussi vous voulez participer, il n'y a qu'à me contacter par mail (giulia_laffreuse@yahoo.fr) ! 

Commentaires

  1. Merci à toi, je trouve que c'est une chouette idée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca fait plaisir de voir que mon idée te plait :-)

      Supprimer
  2. je te rejoins quand tu dis que beaucoup de femmes sont elles aussi imprégnés des schémas traditionnels. Et ça me dépasse. Je ne parle pas de la vieille génération... là, c'est presque culturel... (c'est mort quoi)(encore que, pas pour toutes). Mais quand je vois certaines femmes, jeunes (40 ans on est jeune hein) qui milite pour que la femme "garde sa place de femme" (sous entendu pas comme l'homme)... ça me dépasse!

    RépondreSupprimer
  3. Les femmes sont parfois encore pire entre elles que les hommes, c'est triste!

    RépondreSupprimer
  4. Le pire ? C'est que j'ai parfois l'impression d'un retour en arrière vis-à-vis de ces préjugés sous prétextes de ne pas faire comme nos mères ...

    Personnellement, j'ai été choquée par certains propos (tenus par des femmes) dans la levée de boucliers contre la réforme du congé parental (un père est moins apte qu'une mère à s'occuper des enfants ...)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?