Cette histoire, Leur histoire, Notre histoire

En quelle(s) année(s) était-ce ? Qui pourrait le dire aujourd'hui ? Peut-être leurs petits-enfants, mais le savent-ils seulement ? Leur histoire est une banale histoire d'êtres humains. Leur histoire a moins de 100 ans.
Comme des millions de personnes avant eux, comme des millions après eux, ils ont fui leur pays. Ils sont partis sans regarder derrière, ou si peu. Ils sont partis vers d'autres cieux, en quête d'une vie meilleure, rien d'autre.
Lui, il fuyait les Camiscie Nere de Mussolini. Sa tête était "mise à  prix". Une sombre histoire d'opinion divergente.

Elle, elle avait fui avec sa famille. Elle avait fui la misère.

Ils se sont rencontrés en France et s'y sont mariés, fin des années 20, début des années 30. Une puis deux filles sont nées.

Et la guerre a éclaté. Il est parti combattre, pour la France, contre son pays, l'Italie. Il a été fait prisonnier en Allemagne et n'est rentré qu'à la fin de la guerre. Elle est restée seule avec ses deux filles tout ce temps et a lutté pour survivre. 

Elles ont subi le racisme. Se sont faites traitées de (sales) ritales toute leur enfance alors qu'elles étaient françaises, n'avaient jamais mis les pieds en Italie et ne parlaient pas un mot d'italien. Puis se sont mariées et ont eu des enfants à leur tour. Ces enfants n'ont jamais eu à subir ces affronts, ces humiliations. Ils avaient des noms bien français, ils avaient la même couleur de peau. Plus rien ne les différenciait des autres. Ils étaient donc français et personnes ne le leur a contesté, contrairement à leurs mères, contrairement à tous ces enfants qui n'ont pas eu cette chance (couleur de peau ou mauvais nom de famille).

Leur histoire est celle de millions de personnes à travers le monde et les âges. Histoire de familles déplacées, d'espoir d'une vie meilleure.

Je suis une des arrières-petites filles de ce couple et cette histoire, mon histoire, est celle de beaucoup de français. Je suis issue de l’immigration. Une immigration ancienne, certes, mais une immigration. Je ne l'oublie pas. Tout comme je n'oublie pas que, malheureusement, elle pourrait un jour devenir mon histoire et celle de mes enfants, au sens propre.

Je sais que ce n'est pas la saison de parler de ces choses-là et qu'il vaudrait mieux que je parle bûche, cadeaux ou sapin (que je n'ai pas encore montré) si je voulais avoir un bon score sur cet article. Je le sais bien. Mais si je faisais des articles d'actu et pas des articles d'humeur profonde, ça se saurait ...

S'il est des choses que je ne supporte pas, ce sont bien le racisme et, d'une manière générale, les idées véhiculées par l'extrême droite. Histoire personnelle ? Je ne sais pas. Histoire de tripes, certainement. Qui sommes-nous pour juger les migrants ? Qui sommes-nous pour juger les autres ?

Source : Histoire de l'immigration
Et si vous en avez le courage, je vous invite vivement à lire cet excellent article, un peu ancien mais vraiment très intéressant : Qui sont les français issus de l'immigration ?

Commentaires

  1. Tu as tout à fait raison. ET si eux aussi regardaient dans leurs lointains ancêtres peut être auraient 'ils des surprises.
    Je suis comme toi j'exècre le racisme sous toutes ses formes.
    Et çà fait du bien de lire autre chose que les préparatifs de ces fêtes.
    Reste telle que tu es avec tes opinions et continue à écrire sur des sujets qui te tiennent à cœur et qui touchent bine des personnes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton gentil commentaire ... L'humanité est ce qu'elle est grâce aux migrations ...

      Je suis certaine qu'on a beaucoup plus à gagner à accepter qu'à rejeter les autres ;-)

      Et je suis bien incapable d'écrire sur les préparatifs des fêtes, de toutes façons !!!

      Supprimer
  2. Tiens un autre point commun! Moi aussi je suis d'origine ritale. Mes grands parents l'étaient,e t je parle encore italien. J'y ai plein de tantes, oncles et cousins!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Veinarde !!! J'aurais aimé savoir bien parler italien, connaître cette famille éloignée ...

      Supprimer
  3. Très bon article qui inivite à la réflexion. Je pense souvent à ces hommes et ces femmes qui quittent tout pour un autre avenir, à ces étrangers que l'on se plait à pointer du doigt. Je pense souvent au racisme, que je n'ai pas vécu, mais que mon fils à la peau un peu plus brune que les autres subira peut-être. Et je suis vigilante.
    Merci pour cet article et pour tous ceux qui à travers le monde souffrent du racisme, ce fléau qu'il nous revient de combattre, aujourd'hui et demain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie pour ton commentaire ! Oui, moi aussi, je pense souvent à ces personnes qui sont obligées de tout quitter pour un autre avenir ...
      J'espère que ton fils ne le subira pas trop se foutu racisme !!! J'aimerais tant que les gens ouvrent les yeux, aient un peu plus d'empathie !!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?