Une des 13

Batgirl est née dans une des 13 maternités aujourd'hui dans le collimateur de la Cour des comptes. Une toute petite maternité qui compte un peu moins de 300 naissances par an.

Je ne vais pas revenir sur le pourquoi du comment, ce serait un peu long mais pour la faire courte : à 3 mois et une semaine de grossesse, je me suis faite jeter comme une malpropre par l'usine qui officiait à côté de chez moi (je venais trop tard pour m'inscrire...) et je me suis vexée. Alors, je me suis rabattue sur la toute petite maternité à 5 minutes de chez mes parents... 

Et en toute honnêteté, si je devais avoir un regret, ce serait de ne pas avoir pu en faire autant pour Catboy. Lui, il est né ici en Corse, dans une structure nettement plus importante et pour cause : quasiment toutes les autres ont été fermées et les seules restantes sont Ajaccio, Bastia et Porto-Vecchio ... Sachant que Porto-Vecchio est également menacée de fermeture, une hérésie quand on connaît un tant soit peu l'île.

Pour en revenir à mon expérience, je dirais, pour avoir pratiqué les 2 types de maternité (petite et "grosse") (même si en toute honnêteté, Ajaccio n'a rien de l'usine), que je me suis plus sentie à l'aise la première fois que la seconde. Plus écoutée, plus dorlotée. 

Pour commencer, moi, l'experte de la grossesse de plus de 9 mois, j'ai pu jouer les prolongations 6 jours pour Batgirl alors que pour Catboy, au bout de 4 jours, j'étais hospitalisée pour le déclenchement... 

Ensuite, l'accouchement en lui-même. La première maternité a été plus à mon écoute : j'ai eu une perfusion de calmants en attendant la péridurale qui a été posée un dimanche matin, à 2h. Alors que la deuxième fois, l'anesthésiste a mis une éternité à venir, un mardi matin, vers 9h...

Je retiens aussi la présence de baignoire dans l'une des deux salles de naissance dans ma petite maternité, de la recherche de la meilleure solution et position possible, des sages-femmes formées à l'homéopathie et l'acupuncture. Je n'ai pas vu passer de ciseaux, je n'ai pas mis les pieds dans les étriers ...

Quand Batgirl pleurait beaucoup la nuit, que je n'arrivais pas à la calmer, les auxiliaires de puériculture, sages-femmes et gynéco m'ont déculpabilisée, aidée, soutenue, m'ont conseillé le cododo (qui a très bien fonctionné).

Je ne vais pas faire un inventaire à la Prévert de ce que fait chacune de ces maternités. Juste je voulais par cet article témoigner qu'à l'heure où on nous parle des maisons de naissance, d'une meilleure écoute des maman,  de maternité "amie des bébés", de promotion de l'allaitement, une toute petite maternité sera plus encline, tout en garantissant un accouchement en toute sécurité, à les pratiquer qu'une grosse.


Commentaires

  1. Pour extrapoler, c'est souvent le cas des petites structures par rapport aux grosses : petite agence bancaire, petit épicier, PME locale... mais comme on veut malheureusement placer la santé dans une logique financière, c'est moins rentable qu'une grosse agence bancaire dans une grosse agglomération, qu'un supermarché ou qu'une multinationale... Merci de ton témoignage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est tout à fait ça: on place la santé dans la même logique financière que les agences bancaires, supermarchés, etc. C'est triste à pleurer:-/

      Supprimer
  2. Pour avoir moi même accouché dans une clinique à taille humaine et été épaulée, à un moment où j'en avais qui plus est terriblement besoin, je dirais qu'il faut justement développer ces structures. Mais dans la course au rendement, on privilégie les "grosses cylindrés" beaucoup moins à l'écoute et pas toujours efficace. Témoignage intéressant Catwoman. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine même pas accoucher, dans la situation dans laquelle tu étais dans une grosse structure...
      J'avoue en avoir ras-le-Bol de cette course au rendement, au détriment de l'humain et de la sécurité des patients !!!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?