Ma claque

Ce soir, nous achevons, enfin, le premier trimestre de 2015. Enfin, oui, j'en ai marre... Ma claque en plein de cette année de merde.

Les drames nationaux et internationaux me touchent à chaque fois en plein cœur. Les attentats, les horreurs qui persistent encore et toujours, et même les accidents. Je n'évoquerai pas la déliquescence persistante de notre démocratie et l'extrême droite qui progresse de scrutin en scrutin. J'en ai déjà parlé, ça me bouffe chaque jour que je vis.

Mais si ça s'arrêtait là, encore, ça irait. Seulement, ça ne s'arrête pas là. Malheureusement. 

Sur le plan professionnel, c'est la merde complète (et c'est bien le cas de le dire). Rassurez-vous, je n'ai pas perdu mon emploi, pas encore en tout cas. Sarko s'en chargera dans deux ans quand il sera réélu. Mon entretien professionnel, qui s'est déroulé la semaine dernière, s'est très bien passé : le chef nous a félicités pour le travail accompli depuis 5 ans.

Malgré cela, depuis trois semaines, ça ne va pas et ça me ronge, agace et énerve. Oui, je sais, je ne devrais pas. Après tout, je ne suis qu'une petite fonctionnaire tout en bas de l'échelle. Mais quand même : 2 stations d'épuration, remises en état, dans les choux complets ; une grosse, neuve, anciennement en contentieux européen, sur le fil du rasoir faute de clarté sur l'avenir de son exploitation. 

Cerise sur le gâteau, aujourd'hui, un de mes dossiers, un projet intéressant sur plusieurs plans tant intellectuel qu'écologique et économique vient de tomber à l'eau. La faute à qui ? La faute à l'Union Européenne qui a décrété qu'on ne pouvait pas irriguer un golf, même de nuit, avec de l'eau épurée par plus de 15 km/h de vent.  Peu importe que l'eau soit de meilleure qualité (y compris bactériologique) que celle qu'on utilise actuellement. Peu importe que ça pourrait permettre d'économiser près de 150 000 m3 par an dans une région qui souffre de manière constante de sécheresse. 

Peu importe. Des grosses têtes, à Bruxelles, en ont décidé autrement. Je devrai me contenter de donner un coup de tampon pour une solution de merde totalement pourrie mais autorisée par des têtes de nœud. 

Dire que j'ai les boules est un doux euphémisme... 

Et comme si tout cela ne suffisait pas, nous venons d'hériter d'une nouvelle voisine. Jusqu'à présent, nous avions été gâtés depuis notre arrivée au village : le seul casse pied est un niçois qui vient de moins en moins. Mais là, c'est THE voisine. Elle a trois chiens, dont un enfermé dans un chenil, plus 8 poules et 2 canards. Autant les caquètements et chants de coq ne me font pas peur. Autant, les couinements de chien, les odeurs et mouches qui nous guettent, oui.
Nous arrivons dans la saison où nous aérons. Bientôt, il deviendra indispensable de guetter la fraîcheur et d'ouvrir les fenêtres pour rafraîchir la maison si nous ne voulons pas qu'elle monte à 40. Comment ferons nous si ça pue, si nous ne pouvons pas le soir profiter du jardin ?

En bref, tout ce pavé pour dire que j'en ai marre de 2015. Il ne nous est encore rien arrivé de grave. Tout ceci n'est que broutilles mais le tout cumulé pèse sur le moral. 


Commentaires

  1. Bon, je vois qu'on est raccord point de vue moral ^^ Mais tu as raison de finir sur quelque chose de positif. Tout le monde est en bonne santé et le sourire d'un enfant efface bien des tracas. Bisous et courage ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout le monde est en bonne santé et c'est bien là l'essentiel ;-)

      Profite bien de ton min. Bises

      Supprimer
  2. il y a des périodes comme ça, en effet rien de "grave" mais ça mine. Courage! (et yoga!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je devrais m'y mettre au yoga, tiens !

      Merci beaucoup :-)

      Supprimer
  3. Y en a marre. ça fait du bien de le dire. Marre des petits trucs qui, mis bout à bout nous rongent. Marre des gros drames. Marre de ces politiques qui se foutent de nous en nous parlant d'écologie mais qui au fond ne font rien. MARRE!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça fait du bien de le dire ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?