Soir d'élection

Batman est scotché à l'ordinateur, il scrute les résultats à la loupe pendant ce temps, je geeke. Je joue, je discute avecma copine Mowgouaille, je suis d'un oeil et d'une oreille un vieux Lino, pris dans une improbable histoire de gangsters sur Arte. 

J'ai vite regardé ce qu'avait donné mon canton dans un duel extrême droite divers gauche puis j'ai cessé de m'intéresser aux résultats du scrutin du jour. Ce n'est pas que je me désintéresse de l'affaire, que je m'en fiche.

Bien au contraire. C'est juste que je suis trop stressée. Trop dégoûtée. 

Marre des scrutins qui se suivent et se ressemblent. Tous les partis en dégringolade, en chute libre. Tous ? Non, un résiste encore et toujours. Un qui prend un peu plus de place à chaque fois. Le parti de la haine, de l'archaïsme, de la peur. La peur de l'autre, la peur de l'avenir.

À cause de ce "parti", j'ai à chaque fois un peu plus peur de l'avenir. L'avenir que je voudrais synonyme de progrès, de bonheur et d'évolution. Avenir que je vois à chaque scrutin un peu plus sombre pour nous et nos enfants. 

Je ne peux plus regarder les résultats de quelque élection que ce soit. J'ai trop peur. Trop peur de l'inéluctable. Trop peur de voir le département où j'ai grandi passer aux mains de l'extrême droite.

Je ne sais plus que faire pour enrayer la machine infernale. Alerter sur les dangers de ces idées ? Mais qui me lit ? Qui me lit à part quelques personnes elles-mêmes convaincues ? J'aimerais tant ramener sur le bon chemin ne serait-ce qu'une seule brebis égarée. Une toute petite goutte dans l'océan.

Mais nous sommes enfermés, cloisonnés. Ils ne veulent plus entendre la voix de la raison. Ils pensent tant qu'ils ont raison. Ils espèrent tant secouer le cocotier. Leur expliquer, leur démontrer, leur donner les clés. Et puis zapper et tomber sur un reportage sur "gagner 2000 euros par mois grâce aux allocs". Mais je suis vraiment très con de continuer à me lever tous les matins !

Et puis. Et puis que dire à tous ceux qui, sans voter f haine, ne veulent plus voter, quitte à ce que la peste prenne le pouvoir ? Que leur dire quand toi-même tu as de plus en plus de mal à aller voter ? Que leur dire quand on sait pertinemment qu'on votera un jour blanc ? Je me souviens de la joie que c'était la première fois que j'ai pu mettre mon bulletin dans une urne. Aujourd'hui, c'est juste un calvaire, une mascarade impitoyable. 


Cet article n'a ni queue ni tête. Il est juste le reflet de mon état d'esprit. 

Commentaires

  1. franchement je n'ai rien à ajouter ! même si je suis absolument écoeurée par les grds partis jamais je ne sombrerai dans l'obscurantisme ! je ne comprends pas comment les gens arrivent à croire à ces promesses sur fond de haine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est au moins deux... Je refuse de sombrer dans cet obscurantisme et je n'arrive pas à comprendre les électeurs du f haine.

      Supprimer
  2. Ton article n'a pas du tout ni queue ni tête au contraire il est très clair ! j'aurais aimé l'écrire moi-même, il reflète exactement mon état d'esprit : cette colère mêlée à l'impuissance... Et ne baissons pas les bras. Eduquons nos enfants pour qu'ils ne tombent jamais dans le piège de la facilité et de l'intolérance... Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !

      Oui, éducons nos enfants mais réclamons aussi des partis au pouvoir des politiques novatrices et porteuses d'espoir !

      Bises

      Supprimer
  3. j'ai aussi geckier sur VDM et les photos de la grande marée sur le littoral...

    RépondreSupprimer
  4. je te rejoins tellement... je suis à la fois inquiète... en colère... blasée de devoir voter contre plutôt que pour. L'avenir me fait flipper. Pour mes enfants surtout. Partir? Quitter le navire? ... à suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit... Mais partir où ? Quand on voit que l'extrême droite progresse partout :(

      Supprimer
  5. Les résultats sont alarmants. Comme je te comprends. J'aimerai moi aussi pouvoir faire quelque chose pour contrer cette haine, ce fanatisme ambulant. Quel avenir pour nos enfants? Cette question je me la pose tous les jours et j'ai peur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, je ne sais plus que faire pour contrer cette progression. Pour moi, les principaux fautifs sont les "grands partis" qui n'arrivent pas à se réformer, à nous faire progresser et rêver...

      Supprimer
  6. Je pense en effet que tous ceux et celles qui te lisent partagent ton opinion, mais au moins ça fait du bien de ne pas se sentir seuls... j'ai arrêté de suivre après avoir récupéré les qq chiffres qui me tenaient à cœur. Triste du taux de participation :-( Heureuse que dans certains départements qui me tiennent à cœur les combats et le travail de terrain réalisé en faveur des populations, loin des grands discours et des politiques politiciennes nationales continuent d'être soutenus :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que ça fait toujours du bien de voir qu'on n'est pas seuls !

      Je suis ravie que dans tes départements de coeur, le travail de terrain et les combats portent leurs fruits :-) Perso, en enfant du sud, je vois celui-ci chaque jour sombrer un peu plus :-/

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?