Raccourci historique

L'article que je vais écrire aujourd'hui n'est pas facile, d'autant plus au regard de l'actualité toute fraiche. Pourtant, ça fait un petit moment qu'il me trotte dans la tête mais je ne sais par quel bout le commencer.

Depuis quelques temps déjà, je regarde les conflits en Syrie, en Irak et d'une manière générale dans tout le Moyen-Orient, d'un autre œil. Non, je ne cautionne en rien ce qui y est fait. Mes opinions sont toujours là et je n'ai pas retourné ma veste au point de passer d'athée à candidate au Djihad ... Quoique, à ce stade, je ne suis pas sure que ce serait un simple retournement de veste, peut être plutôt un changement complet de peau. Et oui, tout ce qui y est pratiqué me révolte et me dégoûte toujours autant.

Non, je regarde d'un œil différent parce que, d'un certain point de vue, ça me rappelle un peu une autre époque, pas forcément si lointaine. Une époque où le Grand Satan n'était pas l'islamiste mais le communiste. Oui, je sais, j'y vais un peu fort à comparer les islamistes et les communistes : même si ces derniers ont beaucoup de tords, et pas des moindres, je ne suis pas sûre qu'ils aient été aussi barbares (quoique, si l'on regarde les Khmers rouges ça reste encore à voir).

Alors voilà, j'ai commencé à me poser des questions avec la guerre en Syrie et les départs de jeunes pour la faire. Je me demande comment réagissaient les parents des jeunes partis faire la guerre en Espagne en 1936 ? Parce que, oui, au tout début, les départs vers la Syrie, c'étaient comme les départs pour l'Espagne : aider un peuple à gagner sa liberté. C'était un même idéalisme de justice et de liberté. Franco d'un côté, Al Assad de l'autre. Deux bons dictateurs ; même si aujourd'hui, ironie de l'histoire, Al Assad (re)devient fréquentable parce qu'il se bat contre Daech. Et dans les deux cas, nos gouvernements n'ont absolument rien fait.

Je sais, mon propos peut sembler choquant. Aujourd'hui, les anciens de la guerre d'Espagne sont vus comme de jeunes républicains venus défendre un pays contre une dictature. Mais si l'on étudie bien l'historique de cette guerre, ils n'étaient pas des tendres non plus et ils ont à leur actif quelques massacres, plus ou moins arbitraires. Je me répète peut être : ce sont les débuts de ces deux conflits, les premiers combattants, avant récupération par un mouvement religieux extrémiste d'une part et un mouvement politique extrémiste d'autre part.

Et même si je partage les idéaux du communisme, je suis lucide : ils n'ont pas été de tendres agneaux.

Pareil, la semaine dernière, je regardais un reportage sur le Vietnam et ces jeunes américains qui se sont engagés au début, abreuvés de propagande anti-communiste. Et je me suis demandée si nous n'étions pas nous-même très imprégnés d'une autre propagande : anti-islamiste. 

Ce qui me "rassure" dans un certain sens, c'est qu'aujourd'hui, nos moyens d'information sont nettement plus larges, la censure est plus compliquée. Et puis, eux-mêmes se filment en train de massacrer, piller, détruire tout sur leur passage ; ils se vantent de réduire en esclavage des populations entières. Tandis que les communistes diffusaient à l'extérieur des images idylliques, eux ne se privent pas de chercher à terroriser. N'en font-ils pas trop ? 

Mais que se passe t'il dans la tête de ces adultes qui partent avec leurs enfants ? Comment arrivent-ils à transformer leurs propres mômes en enfants-soldats ? Je ne comprends pas. Je n'ai pas d'exemple dans l'histoire du communisme. Même pour mes idées, je serais incapable de faire de ma fille ou de mon fils un soldat, lui mettre une arme dans la main et lui dire : tue, ils ne pense pas comme nous ...

Comme ils doivent être malheureux pour en arriver à ce stade là ... Leurs enfants.

Source
Et vous, que pensez-vous de tout cela ?

Qu'est ce que cela vous inspire ?

N'hésitez pas à partager votre point de vue sur le sujet : le débat est ouvert :-)

Commentaires

  1. Ta comparaison est très juste. En d'autres temps beaucoup partaient combattre pour un idéal. Un idéal qui n'a d'ailleurs pas toujours respecté leur combat.
    Dans tous les cas on promet aux recrues l'avènement d'un nouveau monde. Ca a été le cas avec le communisme. L'idée de départ était belle, et puis tout s'est écroulé. La folie des hommes n'a pas de limite.
    Quant à embrigader ses enfants c'est quelque chose qui me dépasse. Mais n'oublions pas que la plupart des personnes qui partent ont l'intime conviction que l'ordre vient de Dieu. Et si tel est le cas, les actes qu'ils posent leur assurent un accès direct au paradis. Ils ne voudraient surtout pas que leurs enfants échappent à cette destinée hors du commun. Le fanatisme n'a jamais fait de merveilles.
    Merci pour cet article ouvert et qui donne à réfléchir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ton commentaire qui ouvre de nouveaux horizons !

      C'est vrai qu'il ne faut pas oublier qu'ils croient qu'ils plaisent à un dieu en faisant cela et que du coup il n'y a pas de raison de priver leur enfant d'une reconnaissance de ce dernier ...

      Perso, j'ai du mal à croire qu'un dieu puisse vouloir ces choses là et si tel est le cas, je n'en veux pas !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?