Sans dessus-dessous

A la première heure, on a réuni le conseil. Il faut dire que la question est d'importance : nous sommes en plein dans l'incident diplomatique. Que dis-je ? Nous frôlons le crime de lèse-majesté ! Les mots employés sont forts, ils sont durs. A la hauteur de l'outrecuidance.

Il faut dire qu'organiser, en plein mois d'août, son pot de départ, après 30 ans de bons et loyaux services fait preuve d'un suprême manque d'idée. Plus de la moitié du service sera en vacances ... 

Pendant ce temps-là, un certain nombre de personnes ne peuvent assister au café. Ils courent. Ils courent de notes en convocations chez le directeur. Ils courent de réunions en explications. Il faut dire qu'on est en pleine tourmente. Une ministre vient de lever un lièvre un de leurs dossiers. Et bien sûr, il faut refaire tout l'historique, depuis la création de l'univers sa genèse, il y a 8 ans ... Justifier le temps. Démontrer. Raccourcir les délais pour qu'il soit fini avant-hier.

Il y a cette course mais il y a aussi une pollution sur laquelle il faut courir. Un nouveau secrétaire général à qui il faut faire des notes. Une autre bombe, et pas des moindres, qui arrive à vitesse fracassante et qui va bientôt exploser.

Mais tout ceci n'est rien à côté de l'incident diplomatique : Dupont organise son pot début août ... C'est inadmissible !

Et on n'aurait pas pu gentiment lui organiser quelque chose en mars ou avril, quand il est parti ?


Commentaires

Enregistrer un commentaire

On en discute ?