Quelques secondes

Connais-tu le comble du fonctionnaire en Corse ? Se tuer au travail ... 

Pourtant, c'est bien ce qui a failli m'arriver jeudi dernier. Un trop plein. Trop plein d'émotions, trop plein d'emmerdes, trop plein de contrariété. Un retard conséquent pour une réunion de chantier. Un pied lourd sur l'accélérateur. Une route humide. Des virages. Un camion benne qui monte.

Des freins qui fonctionnent.

Quelques secondes. 50 cm. 

Je me suis arrêtée à moins de 50 cm de lui. Mais j'ai cru que j'y passais. Après, j'ai pensé à mes enfants. Ces p*** de larmes n'ont toujours pas réussi à couler. J'ai pensé aller voir un médecin le lendemain, demander quelques jours d'arrêt.

Le vendredi, je suis retournée au travail. J'ai mes dossiers à avancer, des courriers et des récépissés à taper. Et j'entends les collègues, dans la salle à café, depuis bientôt deux heures. Difficile de les louper : ils sont juste en face du bureau et pas discrets ...

Je n'en peux plus. Je suis au bout du rouleau. Tout m'exaspère. Rien ne va. Ça s'accumule depuis plus d'une semaine et chaque fois, c'est un peu plus grave. Mais où cela s'arrêtera t'il ? J'ai analysé les causes de l'incident de jeudi. Elles sont directement liées, c'est sûr.

Le comble du fonctionnaire en Corse est de se tuer au travail. Rassurez-vous, cela n'arrivera pas à tout le monde et certains risquent plus l'accident de cafetière qu'autre chose. Pourquoi pas moi ?


Commentaires

  1. L'essentiel c'est que tu n'ai rien eu fort heureusement

    RépondreSupprimer
  2. Tu sais ce qu'on dit, les cimetières sont remplis de gens irremplaçables donc comme tu ne l'es pas, dans ton boulot en tous cas, tu vas me faire le plaisir de lever le pied (dans tous les sens du terme). Tu vas aller jouer de la cafetière ou de la théière si tu préfères un peu plus souvent.
    Oui il y a des incapables et des feignants dans la fonction publique et tu n'en fais pas partie, pas la peine de mettre ta vie en jeu pour nous le prouver, on le sait déjà.
    Alors fais une pause et même si tu ne peux pas t'arrêter, fais une pause intérieure, souffle et pense à tout ce qui te rend heureuse. Allez courage !
    Je t'embrasse <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais que les cimetières sont remplis de gens indispensables ... Je tiens parce que les vacances sont bientôt là :) Je n'ai pas cherché à prouver quoique ce soit. J'étais extrêmement contrariée surtout et dans ces cas là, la route, je n'y fais guère attention, malheureusement.

      Merci pour ton mot mon Aileza. J'en ai bien besoin :) Et oui, je vais essayer de penser plus à tout ce qui me rend heureuse !!!

      Bises <3 <3 <3

      Supprimer
  3. Je rejoins Aileza. Il faut lever le pied, se dire que le travail peut attendre. La vie non. Je me dis que l'accident évité de justesse (tu as dû avoir une de ses peurs) est peut-être un signe - une pause t'est nécessaire.
    Prends soin de toi ma belle, car prendre soin de soi, c'est prendre soin des siens.
    Grosses bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie. Les vacances sont bientôt là, je croise les doigts pour que tout se passe bien, je suis très anxieuse j'avoue ...

      J'ai eu une trouille immense, j'en ai tremblé pendant un moment après ! C'est vrai que prendre soin de moi, c'est aussi prendre soin d'eux, tu as raison.

      Je t'embrasse fort et merci pour ton mot <3

      Supprimer
  4. Oh ben non alors... Faut ralentir, prendre du temps pour toi. Pleurer un bon coup. Laisser tes fameuses larmes couler. Puis rebondir ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles ne coulent pas (et maintenant, je doute qu'elles le fassent un jour). Je vais rebondir, seulement, ça prend plus de temps qu'escompté et ça ne me plait pas ;-)

      Supprimer
  5. Oh ben non alors... Faut ralentir, prendre du temps pour toi. Pleurer un bon coup. Laisser tes fameuses larmes couler. Puis rebondir ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?