Elever des petits corses - Être mère #58

Être mère, sur mon île, c'est élever des petits corses ... Et, parfois, on ne pleure pas, c'est moi qui te le dit !

Quand nous sommes arrivés, Batgirl avait tout juste 3 mois. Autant te dire qu'elle ne connaît que la vie en Corse, même si elle n'y est pas née. Son frère, lui, est né à la capitale impériale de l'île. Pareil, il ne connaît que cette vie là. 

Batgirl a appris à parler à la crèche et a ainsi très tôt développé un très fort accent parisien insulaire ... C'était d'ailleurs très drôle quand elle n'avait que deux ans et ne prononçait pas les "R" ou ne disait pas forcément tout bien. Ainsi, je me souviens d'une scène chez mes parents. Elle n'était pas haute et nous montrait quelque chose  en disant "Mi ! Mi !". Ce à quoi, nous lui répondions qu'on disait "fourmi" en fronçant les sourcils et cherchant une éventuelle fourmi ... Ce n'est que plusieurs jours plus tard, en entendant une collègue s'exclamer "Mi !!!" (regarde) que j'ai compris : elle nous le disait à la corse, tout simplement.

Catboy, lui, a appris à parler chez sa nounou, pinzuta comme nous. Par conséquent, malgré sa nationalité par droit du sol (ne me jetez pas de cailloux si elle n'est pas reconnue, je ne m'y suis pas encore intéressée aux modalités d'obtention de la nationalité corse), il ne le parlait pas et n'avait pas l'accent. Oui, je parle au passé. Parce que depuis, le mal a été réparé : il est entré à l'école. Il a un maître génialissime, corsophone. Notre Catboy a désormais lui aussi un très fort accent local. Peut être même plus que sa sœur.

Mais élever des petits corses ne se limite pas à des histoires d'accents, de façons de parler. Il y a des tas de petites choses. Déjà, par la force des choses, tu apprends toi même les rudiments de la langue corse. Et c'est ainsi que l'autre jour, je faisais les jours de la semaine avec Catboy. Sauf que cet affreux jojo, il oublie le "mardi" aussi bien en français qu'en corse.

On a donc : "Luni, ???, Marcuri, Ghjovi, Venari, Sabbatu e Duminica". L'année dernière, je savais compter jusqu'à 10, avec Batgirl. Et on avait même beaucoup rigolé avec U baracucca (l'abricot). Je ne te parlerai pas de "Dumane Natale" (que Catboy nous chante dans le désordre depuis plus de 5 mois) et autres chants que Batgirl nous avaient appris ...

Mais la cerise sur le gâteau eut lieu il y a quelques jours. Les enfants prenaient leur bain ensemble et Batgirl donnait un cours de géographie à son frère :

"Ici, on est en Corse. La France, ce n'est pas ici, c'est là où vivent Papy et Mamie !!!"

La France, ce Pays Ami ...

C'était ma participation au Être Mère de Babidji

Commentaires

  1. C'est bien connu, la Corse, c'est pas la France voyons! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non, il ne faut pas confondre ! En tout cas, eux, ne font pas la confusion ;-)

      Supprimer
  2. ah trop bon la chute ! comme tu dis ce sont des corses ptdr !
    Alors nous on échappe encore à l'accent catalan même si elles prononcent rose avec un grand O ouvert ... c'est par pointe avec mamaing à la place de maman mais comme à la maison on n'a pas d'accent ... elles ne le prennent pas trop ! en revanche Pimprenelle a décidé de parler catalan dc j'ai droit à des sisplao (STP) et gracies à tout bout de champ ... elle compte aussi en catalan .. voila voila ... il est loin le Nord comme dit l'Homme ... très loin mdr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, moi aussi, j'ai beaucoup aimé la chute :D

      Le problème avec l'accent, c'est que nous, on ne l'a pas. Mais leur entourage scolaire l'a tellement qu'on n'y échappe pas ... Ta pépette est marrante avec ses sissplao et gracies. Elle prend des cours ?
      Et je suis d'accord avec ton homme : il est bien loin le nord ;)

      Supprimer
  3. eh eh ! Ca me rappelle quelque chose cette phrase là : la France ce pays ami

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes ! Elle n'est absolument pas innocente cette phrase :P

      Supprimer
  4. J'adore ce condensé de culture Corse! Et toi, comment le vis-tu au quotidien (cette expatriation?). Pas toujours facile d'être insulaire (même si c'est magnifique la Corse).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez ambigüe ma relation avec mon insularité et mon expatriation ... Pas tous les jours facile mais aucun regret !

      Supprimer
  5. je rigole!! :) Ici aussi on a connu l'accent de l'ile... mais il est reparti très vite une fois revenus sur le continent. Et comme toi, qu'est ce que j'ai pu entendre "ici on est sur l'ile! Pas en France! La France c'est chez papi et mamie!" ;) l'idée c'est que, du coup, la 6 ans a encore du mal... et pour elle la France c'est toujours chez papi mamie et pas chez nous! ;) et en prime, elle n'a pas compris qu'on n'a plus de décalage horaire entre eux et nous! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas évident à cet âge là ces histoires de décalage horaire, d'insularité. Tu me diras, je ne compte pas le nombre de fois où j'ai repris mon grand-père qui faisait la distinction Ile - France !
      Après, il faudrait que je demande à ma mère comment ça se passait avec nous quand nous étions en Nouvelle Calédonie. Est ce que nous faisions la distinction France / Île ?

      Supprimer
  6. tu rigoleras moins quand ils arriveront de Corte ( où ils font pour la 5ème fois leur première année universitaire) avec le drapeau des GI, la cagoule et en chantant " les pinz au bateau"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils iront en stage linguistique chez leurs grands parents ...

      Supprimer
  7. Alors comme ça j'apprends que vous êtes Batman et toi de simples pinsuti, ha, ha mais ça change tout !
    Enfin, heureusement que tes enfants sont là pour perpétuer la culture corse, braves petits :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, de vulgaires pinsuti ... Honte à nous ! Mais il ne nous manque plus grand chose pour obtenir le statut de résident, même aux yeux des natios purs et durs ;)

      Et oui, heureusement qu'on a les enfants pour s'intégrer et refaire notre éducation :P

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?