Laisser parler l'enfant - Être mère #59


Être mère, c'est laisser parler l'enfant qui sommeille en soi ...

Pendant les vacances, avec mon père, nous avons emmené les enfants promener dans les ocres, à Rustrel. J'aime beaucoup le Colorado provençal, c'est chaque fois l'occasion d'en prendre plein les yeux, une variété de couleurs surprenante et éblouissante. Un vrai régal. Et en cette fin avril, je n'ai pas été déçue : le mistral qui soufflait depuis notre arrivée avait balayé tout résidu de nuage, le ciel était superbement bleu, ajoutées à cela les feuilles vert tendre et les couleurs des ocres magnifiées, c'était du pur bonheur.

Mais les enfants, ces considérations bassement terre à terre ne les intéressent pas. Pour eux, une promenade aux ocres, c'est une occasion unique de jouer avec la terre, de toutes les couleurs, de se faire des peintures de guerre. Ils s'éclatent littéralement. 

Alors, ce jour-là, avec le grand-père, nous leur avons lâché la bride et les avons laissé faire à leur guise. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils se sont lâchés. Ils ont gratté, se sont peinturlurés, ils ont même descendu sur les fesses les talus, rouges, blancs ou orange. Ils étaient dans un état lamentable, pitoyable. Les autres adultes, accompagnés d'enfants, les regardaient d'un air effaré (croisant tout ce qu'ils pouvaient pour que les leurs ne tentent pas de suivre l'exemple).

Et nous ? Nous, on prenait plaisir à les voir heureux, tout simplement. Les vêtements ? Peu importait sur le moment si on pourrait les récupérer un jour, tout ce qui comptait, c'était de les voir s'amuser.

L'espace d'une après midi, j'ai laissé parler la petite fille qui aimait aller aux ocres en ne mettant aucune règle, aucune restriction dans la liberté de mouvement et d'amusement de mes mômes.

Bon, en rentrant, la mère de famille (ir)responsable a refait surface : ils se sont déshabillés devant la machine à laver et filé illico-presto dans le bain (qui avait une drôle de couleur à la fin). Puis, j'ai frotté pendant deux jours les tâches qui ne voulaient pas partir ...

C'était ma participation au Être Mère de Babidji

Allez, pour le plaisir des yeux, quelques photos de cette mémorable après midi :










Commentaires

  1. C'est splendide! Je suis heureuse que chacun ait profité de ce moment, à sa manière. Parfois il faut lâcher du lest - c'est si bon pour nous, pour eux. Ce sont de beaux souvenirs!
    Grosses bises de Paris ma belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vraiment très beau, je ne m'en lasse pas !

      C'est clair que ça fait du bien à tout le monde de lâcher du lest, de les laisser faire comme bon leur semble :)

      Je t'embrasse depuis la Corse !

      Supprimer
  2. ohhhh je rêve d'y aller !!! et c'est génial de pouvoir les laisser s'éclater les enfants de temps en temps ! c'est vrai qu'on est toujours sur leur dos et je me dis parfois pfiou à leur place je ne supporterais pas mdr ! merci pour ta participation colorée qui met de bonne humeur, de trèèèèès bonne humeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que ça te plairait comme coin !!! Oui, c'est clair qu'on leur en demande beaucoup, qu'on leur ai beaucoup après ... Et ça nous fait un bien fou à tous de relâcher la pression de temps en temps ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?