Replonger dans le passé - Être mère #61

Être mère, c'est se souvenir.

Et tous les ans, à la même période, se replonger dans le passé, se souvenir de ces quelques jours, les revivre. Cela commence pour la fête des mères, impatiente qu'elle est de m'offrir son cadeau, ça prend de l'ampleur le 31 mai et cela continue pendant une semaine, jusqu'au jour J.

Se souvenir qu'elle aurait dû naitre le 31 mai. Cela aurait dû être sa date d'anniversaire. Se souvenir qu'on a été crapahuter, escalader des rochers.

Se souvenir que c'était un magnifique mois de juin en Provence. Le soleil était au rendez-vous. La chaleur pointait le bout de son nez.

Et ce repas au partage des eaux à l'Ile sur la Sorgues. On avait déjà passé la date fatidique.

Le ménage, avec l'appareil à vapeur, par 30°C à l'ombre, je m'en souviens aussi. Cueillir et se gaver de cerises, il parait que ça avait permis à la mémé d'accoucher du paternel, alors je ne m'en étais pas privée. Je m'en souviens également.

Ces allers-retours à la maternité, avec le secret espoir que ce coup-ci serait le bon. Je me les remémore aussi. Arriver le 5 juin et se souvenir que c'était ma date mais finalement, la maternité complète et le ventre qui tenait le coup en avaient décidé autrement. Et le 6 juin, se souvenir que pendant que je faisais un énième monitoring en attendant la piquouse il y en avait deux qui étaient arrivées, prêtes à accoucher, elles. 

Tous les ans, pendant une semaine - 10 jours je me souviens de ces sept longues journées de juin 2009. Je me souviens également des grandes étapes des 15 dernières heures, dans la chambre puis en salle d'accouchement. Je me souviens aussi de sa venue au monde et de la douce sensation de délivrance. Ces deux premières heures à comater toutes les deux puis l'arrivée dans la chambre.

C'était un beau dimanche de juin, le ciel était bleu, les cigales chantaient et mon bébé était là. On avait mis une rose rouge dans les chambres, à l'occasion de la fête des mères.

Être mère, c'est regretter de ne pas avoir connu les premières contractions à la maison et l'hésitation mais se dire aussi que ça a permis de vivre des semaines hors du temps puisque numéro 2 joua également les prolongations. Râler après un ventre massacré par deux grossesses tout en reconnaissant qu'il n'a jamais fait faux bond.

Et aujourd'hui, la regarder. La regarder jouer, grandir, se métamorphoser. Ce bébé si doux et câlin devenir une magnifique enfant, à la peau si magnifiquement hâlée, qui coure sous le soleil de juin. Se souvenir du bébé et regarder vers l'avenir qui présage d'une superbe personne.


C'était ma participation au Être Mère de Babidji

Commentaires

  1. ohhh bon anniv' à Batgirl :D et franchement tu es une warrior ! tu m'impressionnes de post en post ... trop forte Catwoman :) et c'est bon ces petits moments de nostalgie positive !!! merci pour ta participation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour elle :D Comment ça je t'étonne ? Oui, ce n'est pas si mal ces moments de nostalgie et c'est la première fois que je vois du positif à ces 7 longues journées de juin 2009 !

      Supprimer
  2. Tu m'as mis les larmes aux yeux <3

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?