Arrêtons de trembler

Alors ça y est ? C'est officiel ? Ils ont gagné ? On abdique déjà ? Je n'en reviens pas. Je nous pensais un peu plus combatifs ... Et les "Je suis en Terrasse", "Je suis au bistrot" ? Où sont ils passés ? Ce n'était qu'une bravade, histoire de mais en fait on n'en pensait rien du tout ...


Quelques attentats, et c'en est déjà fini de nous ? On annule les évènements les uns après les autres. Et s'ils sont maintenus, personne n'y va, par peur ? Non mais on va les laisser gagner si facilement ? Quelle sera la prochaine étape maintenant ?

Il y a près d'une semaine, Martine annulait la grande braderie de Lille. Ça ne m'a pas beaucoup effleurée. Je me suis dit que c'était logique, après tout. Comment sécuriser correctement une telle manifestation ? Je la comprenais.

Et puis. Et puis mardi, la nouvelle est tombée : Marcangeli annule le concert de l'année à Ajaccio. Celui que tout le monde attend avec impatience depuis des mois, voire des années. Le concert des Plus belles voix de The Voice. Et là, là, j'ai vraiment été choquée, attristée, peinée, démoralisée. Le concert des plus belles voix, zut à la fin. On n'aura pas droit au concert de l'année !

Bon, sérieusement, jusqu'à ce que je lise la nouvelle dans le journal, j'ignorais jusqu'à l'existence même de ce concert. Et, par voie de conséquence, je ne comptais pas franchement m'y rendre. Par contre, si jamais Muse se décidait à venir faire un tour sur mon île, pour sûr, je serais une des premières à réserver ma place ... J'arrête, là n'est pas le sujet de la discussion.

Et, trêve de plaisanterie foireuse, j'ai vraiment été abasourdie par cette annulation plus que par celle de la Grande Braderie de Lille. Il n'y a aucun chauvinisme dans l'affaire. Il y a juste que pour Lille, j'arrive à cerner les raisons qui ont poussé la mairie à annuler : des millions de visiteurs dans la ville, toutes les rues prises, la proximité avec la Belgique (Fournisseur Officiel d'un certain nombre d'abrutis suicidaires depuis quelques temps). Bref, j'arrive à comprendre.

Mais pour Ajaccio, j'ai un peu plus de mal. Déjà, ce n'est qu'un concert et sécuriser un concert, je pense qu'on sait à peu près faire. Ensuite, en ce qui concerne les crétins embrigadés allumés du "djihad", franchement, je ne suis pas sure qu'il y en ait vraiment beaucoup par chez nous déjà capables de faire une connerie ... (je me trompe peut être mais telle est mon opinion). Après, je veux bien entendre les raisons invoquées qui sont qu'il y a pas mal de festivités sur le week-end dans la ville et notamment deux manifestations quasi simultanées (ledit concert et un feu d'artifice), qu'on manque de forces de l'ordre pour tout faire dans les meilleures conditions possibles. 

Mais voilà, cela me laisse un sale arrière goût dans la bouche tout ça. L'arrière goût est d'autant plus vilain que Marcangeli et Aubry ne sont pas les seuls à annuler des festivités, des manifestations. Que nombre d'autres maires ailleurs en font autant. L'arrière goût est d'autant plus mauvais que mes concitoyens désertent désormais nombre des traditionnelles festivités, par peur.


Malheureusement, je crains que nous n'en ayons pas fini avec les attentats. La situation pourrit depuis bien trop longtemps, dans beaucoup trop de domaines, pour être solutionnée facilement et rapidement. Nous allons devoir vivre avec. Et nous, en tant que citoyens de ce pays, nous avons plusieurs défis à relever : ne pas laisser la haine nous envahir à notre tour, ne pas laisser la colère prendre le dessus et ne pas laisser la peur contrôler nos vies. Cela ne veut pas dire de laisser couler les choses et tout laisser passer. Cela veut aussi dire que nous devons rester vigilants vis-à-vis de ceux qu'on laisse diriger le pays.

Mais cela veut surtout dire que nous devons continuer à vivre comme avant. Faire ce que nous faisions avant. Et si avant, nous allions voir un feu d'artifice ou allions à un concert, continuer à le faire. Continuer à vivre, à rire, à aimer. A boire des canons et trinquer à la vie. Leur opposer notre soif de vie est notre arme.

Et que nos élus, locaux et nationaux prennent enfin leurs responsabilités. Qu'ils fassent ce pour quoi ils ont été élus. Qu'ils mettent en œuvre les moyens nécessaires pour assurer notre sécurité. 

Que nous mettions tous en œuvre les moyens de vivre ensemble en paix. 

Parce que là, je ne sais pas où on va mais ce n'est pas très joli. Je ne sais pas où nous allons mais nous y allons plein pot, en appuyant un peu sur l'accélérateur chaque jour, chaque minute qui passe pour voir d'un peu plus près à quoi ça ressemble.

Commentaires

  1. Je croise les doigts pour revenir en Corse très vite et en des circonstances plus rigolotes. On résistera ensemble en buvant des coups et en mangent du saucisson... J'ai hâte ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée pour ces tristes circonstances mais je suis sure qu'on trinquera un jour ensemble en mangeant du saucisson !!!

      Je t'embrasse ma belle

      Supprimer
  2. Je valide à 100% ! Moi aussi j'ai compris pr le feu d'artifice à Collioure car c'est quasi insecurisable ms ils annulent aussi les projections publiques de Visa au cœur de Perpi et là je ne comprends pas ... je voulais faire un post sur le même sujet mais je n'ai pas eu le tps de l'écrire pr parler du concert de Kendji où ma fille est allée. J'avais une peur bleue et la boule au ventre pdt une semaine comme si je l'envoyais au sacrifice. Elle a trop kiffé dc forcément je ne regrette pas puisque tt s'est bien déroulé mais g eu très peur vraiment. Ce soir il y avait un concert gratuit en plein air à Canet Plage, pour la 1ère fois tt était fermé et grillagé et tt le monde fouillé à l'entrée. Sans compter les tonnes de militaires armes jusqu'aux dents qui patrouillaient. L'été 2016 aura été pr moi le tournant. Notre vie à changé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine que ce n'est pas facile tous les jours. Je peux t'assurer que vendredi, en débarquant à Nice, la première chose que j'ai vue, c'était justement un militaire en arme devant la porte du bateau ... Et ça fait vraiment bizarre.

      Il y a des moments on comprend, d'autres non. Je ne vais pas trop à des concerts. Je ne sais pas comment je réagirais si j'y allais. Après, je sais que je suis d'un naturel peu stressé par ce genre de choses. Plus par d'autres.

      Mais, comme toi, je crois que la fin juillet 2016 aura été un tournant pour moi : notre vie a changé et nous devons nous y faire ...

      Supprimer
  3. Merci pour cet article!
    Je lisais cet article du Monde tout à l'heure justement, http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/08/05/cet-ete-des-annulations-de-festivites-en-cascade_4978962_3224.html , et c'est fou les attentats ont un impact, on annule tout maintenant (ou presque) et tout le monde a peur... C'est vraiment triste de s'arrêter de vivre et de profiter de la vie à cause de ça... Même si bon c'est compréhensible, mais c'est vraiment triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie pour ton commentaire (et je suis désolée de te répondre si tard). Oui, c'est hallucinant ce qu'il se passe depuis quelques temps. Notre réaction vis à vis de ces évènements est vraiment triste :/

      Supprimer
  4. Il faut continuer à vivre car cette saloperie peut arriver n'importe où, n'importe quand... Alors profiter du moment présent c'est aussi résister...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça : ne pas s'arrêter de vivre, résister en profitant de l'instant.

      Supprimer
  5. Malheureusement, nous sommes en guerre, j'en ai bien l'impression, et j'ai bien peur que ces horreurs deviennent presque banales... Alors oui, resistons et surtout, parlons-en, pour que l'extraordinaire ne devienne pas banalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison : ça devient banal. Tristement banal. Je crois que finalement, c'est ce qui me fait le plus peur cette "banalité". On ne réagit plus vraiment à l'annonce d'un nouvel attentat. L'autre jour, je me suis surprise à penser que ça faisait un petit moment qu'il n'y en avait pas eu ...

      Supprimer
  6. Je suis de ceux qui ont peur... je lutte à chaque sortie parisienne contre cette peur... Je sors malgré tout... mais... je ne sais pas... je suis en train d'écrire un billet sur cette peur... j'ai du mal à le sortir... à sortir les mots... clairement. J'ai compris les raisons de Martine. Pour les autres, je n'étais pas au courant... ce qui me gène le plus, je crois, d'un point de vue politique, c'est que je pense que certains se servent du "je ne veux pas de mort sur la conscience" pour arriver à leur fins sans doute bien moins avouables...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu fais partie de ceux qui ont peur. Mais, malgré tout, tu continues à sortir et pour ça je te tire mon chapeau ! Vraiment, parce que ça ne doit pas être évident ...

      Les récupérations politiques en tout genre sont absolument à gerber. Je n'épiloguerai pas là dessus parce que ça va m'énerver.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?