Je ne m'identifie pas à certaines visions

Il y a quelques semaines, mon fil facedebouc m'a proposé un lien vers un groupe "athée, agnostiques et libres penseurs". Ma nature curieuse m'a poussée à cliquer sur le lien, comme ça, pour voir. C'est rare que je le fasse mais c'est aussi rare que mon facedecroute me propose un tel lien (bon, je vous rassure, il me propose encore moins souvent des groupes religieux). Je disais donc que je suis allée voir, comme ça.

J'ai vu quelques posts. J'ai lu les conditions générales de vente d'utilisation. Et je me suis dit "Pourquoi pas ? Ils ont l'air tolérants et n'utilisent pas l'athéisme comme excuse pour taper sur les arabes."

Oui, pourquoi pas rejoindre un groupe d'athées. Se sentir appartenir à une communauté. Comme les autres. Comme celles et ceux qui se disent catholiques, juifs, protestants, musulmans ou bouddhistes. Après tout, pourquoi pas ?

C'est vrai, j'ai l'impression qu'en tant qu'athées, agnostiques, on n'est absolument pas fédérés, loin d'être une communauté. Souvent, on se tait, pour respecter les croyances des autres, leur sensibilité, ne pas choquer ou faire de la peine. Mais qui prend soin de nous ? Personne. Surtout en ce moment, avec ce retour en force des différentes religions.
Alors, j'ai cliqué sur "Rejoindre". J'ai été acceptée. J'ai ouvert une bouteille de champagne : j'appartenais à une communauté !

Et puis, j'ai observé. Au début, les posts étaient intéressants et posaient des questions. Beaucoup de monde participait et donnait son opinion. Il y avait débat. Enfin, me semblait-il.

Mais très vite, je me suis rendu compte d'une chose. Le débat, comme souvent en ce moment, n'existait pas vraiment. Tout le monde donnait son opinion mais personne n'était vraiment prêt à écouter le ressenti des autres. Il y avait des affirmations mais peu de place finalement à l'écoute et la remise en question. Mais ça restait toujours courtois.

Et il est une chose avec laquelle j'ai du mal. Une affirmation, un ton particulièrement péremptoire: 
"En tant qu'athée, je sais que dieu n'existe pas. L'athéisme n'est donc pas une croyance". 
En bref, je suis athée, donc je suis plus intelligent que les autres puisque je sais que dieu n'existe pas ... L'athéisme n'est pas une croyance puisqu'on sait (on a eu la révélation) (ou pas, moi, je ne l'ai pas eue personnellement, mais ça, c'est une autre histoire). Je suis désolée mais si on considère que l'athéisme n'est pas une croyance puisqu'on sait alors le catholicisme, le judaïsme ou l’hindouisme n'en sont pas non plus puisque les personnes qui s'en revendiquent sont elles aussi convaincues, mais du contraire ! Vous me suivez ?

Je n'ai jamais vu dans ce groupe de personnes parlant de leur cheminement pour rejoindre cette croyance. Oui, pour moi, cela reste une croyance. J'aurais peut-être dû poser la question, après tout mais j'avais peur d'obtenir une réponse : "je le sais, c'est tout". J'avais aussi un peu "peur" (mais cela vient de mon éducation et de ma famille où ce sont des questions que l'on n'aborde tout simplement pas) que l'on se dise que j'y pensais trop pour être honnête.

Et puis, le temps que je sois familiarisée avec le groupe, les questions, les "débats" ont disparu. C'est devenu un relais comme un autre de liens vers des articles que je trouvais déjà dans mon fil d'actu. Et, surtout, beaucoup d'images se moquant de dieu (quel qu'il soit), des religions et des croyances. 
Bref, au bout d'un moment, j'ai eu un haut le cœur, un trop plein, une nausée. Trop, c'était trop. Je me définis comme athée parce que je vis sans aucun dieu en mon cœur. Je me définis comme athée parce que je ne pense pas qu'un dieu existe. Mais sur ce dernier point, je reconnais qu'après tout, je peux me tromper, comme une majorité de personnes sur cette planète vu le nombre de religions et de croyances qu'il existe à travers le monde. 
Et quand il m'arrive d'évoquer le sujet avec ma fille, qui a d'ores et déjà intégré du haut de ses 7 ans que dieu n'existe pas et qui l'affirme, je précise toujours que c'est ce que nous, dans notre famille, nous pensions mais que d'autres voient les choses différemment.

Finalement, appartenir à une communauté, un groupe nous rend il intolérants et sectaires ?

Source

Commentaires

  1. je te rejoins à 100 000 % ! sur toute la ligne ... et le truc incroyable de ton expérience c'est que comme tu le dis si bien finalement l'Homme a besoin d'appartenir à un groupe, une tribu pour avoir la sensation d'exister, de se sentir plus fort ... ça encore ... pourquoi pas ... mais apparemment il a aussi besoin via cette communauté de taper sur les autres pour avoir le sentiment d'exister encore plus ! le fameux syndrome "qui aura la plus grosse" comme je le dis très souvent vulgairement (désolée) et à qui mieux mieux plus poliment !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, tu n'es pas vulgaire, juste réaliste :D

      Oui, appartenir à un groupe et, en tant que groupe, taper sur les autres, les dénigrer, pour se sentir exister ... J'en parle aujourd'hui suite à cette "mauvaise" expérience mais j'avais déjà eu ce ressenti il y a quelques temps vis-à-vis des pages anti-extrême droite, anti-fachos : à coup de dessins, traiter les gens de débiles plutôt que d'essayer de se battre sur le plan des idées. Clairement, c'est quelque chose que je n'aime absolument pas !!!

      Supprimer
    2. et oui c'est toujours lus compliqué d'étayer une bonne idée et argumenter ...

      Supprimer
  2. Je n'aurais pas dit mieux, et c'est d'autant plus vrai ici au Texas où la notion de communautés (religieuses ou autres) régit la vie des gens. Quand ça devient excessif (comme ici) la communauté finit par dicter la vie (l'avis?) des gens et non l'inverse. On se retrouve alors dans une opposition totale des différentes communautés, ce qui n'a plus aucun sens et est complètement contre-productif ! Je trouve qu'en France, on a encore de la chance d'avoir la possibilité d'être un individu unique avec une pensée propre, ce qui n'existe presque pas ici. Merci donc pour ton article qui résume bien ma pensée, en plus de me donner une idée d'article ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends avec impatience ton article ! Parce que comme tu le dis si bien : en Amérique, les communautés sont beaucoup plus fortes que chez nous ... Et c'est vrai qu'en France, nous sommes des individus avant d'appartenir à une communauté et c'est sans doutes pas plus mal, finalement quand on voit ces dérives :-)

      Supprimer
  3. Je n'aurais pas dit mieux, et c'est d'autant plus vrai ici au Texas où la notion de communautés (religieuses ou autres) régit la vie des gens. Quand ça devient excessif (comme ici) la communauté finit par dicter la vie (l'avis?) des gens et non l'inverse. On se retrouve alors dans une opposition totale des différentes communautés, ce qui n'a plus aucun sens et est complètement contre-productif ! Je trouve qu'en France, on a encore de la chance d'avoir la possibilité d'être un individu unique avec une pensée propre, ce qui n'existe presque pas ici. Merci donc pour ton article qui résume bien ma pensée, en plus de me donner une idée d'article ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que l'appartenance à un groupe rassure ma belle. On se sent moins seul. Mais si c'est pour retomber dans une forme de sectarisme, je ne vois pas l'intérêt en effet. Les débats d'idées en toute bienveillance sur le thème de la religion ou l'absence de religion ce n'est pas pour demain!
    Grosses bises et plein de douces pensées pour la semaine que débute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça, sentir qu'on n'est pas seuls, ça rassure finalement. Mais si c'est pour que ce soit sempiternellement la même chose qui soit dite, qu'il n'y ait pas de débat et qu'il n'y ait pas vraiment de bienveillance ou de tolérance, non merci. Parce que, je suis désolée, mais pour moi, certaines choses dont se revendiquent certains athées ne me conviennent pas : ils se placent au dessus de la mêlée, supérieurs aux autres parce que, eux, ne croient pas ; non, ça ne me va pas.

      Allez, je t'embrasse fort aussi et espère que ça va s'améliorer <3

      Supprimer
  5. L'idée de communauté m'a toujours laissée perplexe. Je ne suis ni pour ni contre... je trouve qu'elle dérape trop souvent... qu'elle exclue aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, dans l'absolu, ça peut être une bonne idée le groupe, la communauté, on est plus forts quand on est plus nos nombreux. Le problème, comme tu le dis, ce sont les dérapages.

      Supprimer
  6. Tout groupe, du moment qu'il revendique quelque chose, prend forcément le risque de tomber dans l'extrémisme et le dogmatisme. C'est bien malheureux, mais c'est souvent le cas. Dès qu'il y a groupe, il y a risque de danger, même si le nom peut être séduisant :-)
    C'est bien que tu te sois fait ta propre expérience. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même dommage que, du fait qu'on soit en groupe, on tombe dans l'extrémisme et le dogmatisme ! On ne peut pas tout simplement échanger sans être jusqu'auboutiste ?

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?