Lettre à mes enfants

Batgirl, Catboy, 

Mes biens chers enfants, je ne sais si un jour vous lirez cette lettre. Peut-être le ferez vous à l'aube de vos 36 ans ? Ce serait amusant car je l'écris à quelques jours des miens. Pourquoi maintenant ? Cette date et ce chiffre ne me chiffonnent pas plus que ça en vrai. Juste parce que le monde dans lequel je vis, aujourd'hui, à l'aube de mes 36 ans ne me plait pas. A vrai dire, il m'inquiète, il me peine. Je n'arrive pas à le comprendre.

Suis-je donc devenue si vieille que cela ? Pourtant, mon âge n'est pas si avancé. Suis-je donc vieille dans ma tête, avant l'âge ?

Comment sera le monde dans 30 ans quand vous lirez ces lignes écrites par votre mère ? Je ne sais pas, je n'arrive pas à l'imaginer. Je n'ose pas l'imaginer. Je peux vous décrire à peu près celui d'il y a 30 ans, quand mes propres parents allaient fêter leur 36è anniversaire. J'ai l'impression qu'il était mieux. En tout cas, la guerre froide était terminée. Certes, il y avait déjà la crise mais ça ne faisait pas autant de temps qu'aujourd'hui. La famille lepen et ses idées nauséabondes ne risquait pas de gouverner un jour la France.

En tout état de cause, même si le monde n'était à l'époque pas tout rose, j'ai le sentiment que c'était "mieux". Mieux, dans le sens où il y avait encore de l'espoir. Espoir d'une vie meilleure. Il y avait aussi des progrès.

Aujourd'hui, en 2017, on régresse. De toutes parts, les digues fissurées rompent et nous sommes submergés par l'ignoble vague réactionnaire. Et je me demande ce que pensaient et ressentaient mes arrières grands parents, au même âge que moi, en 1937.

Nos parents et nos grands-parents avaient obtenu des droits. Nous sommes en train de les laisser partir, inexorablement. Des jeunes de 20 ans aujourd'hui manifestent aux côtés de personnes âgées contre le droit à l'avortement, se définissant comme des survivants ... Mais quels survivants ? Survivants de quoi au juste ? D'être nés après la légalisation de l'avortement ? Mais vous, mes enfants, tout comme moi, d'ailleurs, sommes également nés après cette légalisation ... Nous ne sommes pas pour autant des survivants. Nous avons été désirés par nos parents. Les survivantes sont toutes les femmes qui ont eu un jour à faire le choix d'un avortement et qui y ont eu accès dans des conditions saines et sures.

Combien meurent chaque année des suites d'un avortement clandestin ? 

Pourquoi je vous embête avec cette histoire ? Parce que j'ai en tête l'affreuse photo de ces 7 salopards (excusez mon langage mes amours mais il n'y a pas d'autre mots) vieux, blancs et en costard signant, le sourire aux lèvres, un décret qu'ils attendaient de toute évidence depuis fort longtemps, un décret empêchant les femmes, de toutes les couleurs, et surtout les plus pauvres, de disposer librement de leur corps. Rien que d'y penser j'en ai la nausée.

Je vous parle de ça parce que je ne pensais pas qu'en 2017, dans les pays occidentaux, nous devrions encore nous battre pour disposer librement de nos corps et de nos vies. Et pourtant, c'est une bien triste réalité. Je vous raconte cela pour que jamais vous n'oubliez que vos droits ont été chèrement acquis et que n'importe qui, à n'importe quel moment, sous n'importe quel prétexte, cherchera à vous les retirer. 

Mais qu'avons nous fait ? Qu'avons nous raté pour en arriver à ce stade ? En 2017, on parle de "droits des femmes et des minorités". Qu'avons nous raté pour que nous ayons encore besoin de parler de droits des femmes ? De mettre nos droits dans le même sac que les minorités ? Les femmes ne sont pas une minorité, elles représentent 50 % de la population.

Mes enfants, je ne comprends pas ce monde. Je ne comprends pas cette marche arrière qu'on fait à toute vapeur. Je pensais que nous évoluerions vers plus d'humanisme, plus d'humanité. Des hommes et des femmes haïssent ouvertement d'autres personnes du fait de leur couleur, de leur religion ; y compris les enfants qui n'ont rien demandé à personne.

Il n'y a plus de solidarité. Nous sommes à la veille d'une élection importante, qu'on le veuille ou non, qu'on trouve le système bien fait ou non, cette élection, dans le système actuel, est importante. Et que nous propose t'on comme vision du monde de demain ? La peur de l'autre. Toujours plus de compétition entre les individus et moins de solidarité. Ceux qui osent proposer autre chose sont traités d'utopistes, d'idéalistes, de dangereux personnages qui vont mettre le pays à genoux.

Mes enfants, j'en ai voulu à la génération de vos grands-parents. Je lui en ai voulu parce qu'elle a eu la chance de connaitre les années 70, le rêve d'un monde meilleur et qu'aujourd'hui, nous sommes dans une crise sans fin. Je lui en ai voulu parce qu'elle n'a rien su faire et qu'elle piétine allègrement de nombreuses avancées.

Mais je m'en veux à moi et ma génération de ne rien faire pour inverser la vapeur. Je nous en veux parce que nous n'arrivons plus à voter ou alors mal voter. Je voudrais tant qu'on se bouge enfin nos petits derrières, que nous sortions la tête de nos problèmes et notre fatalisme. Que nous nous battions. Parce-que, c'est bien gentil, d'en vouloir à la génération au pouvoir, celle de nos parents. Mais il nous appartient à nous de prendre les rênes et redessiner un monde nouveau.

Mes enfants, je vais vous laisser. J'espère que si vous lisez cette lettre, en 2047, vous aurez si ce n'est un beau monde, en tout cas un monde qui remonte, qui évolue de nouveau.

Je vous embrasse, votre mère, pas encore mamie. Et je vous laisse avec un peu d'humour so 2017.




Commentaires

  1. Ma belle, je t'envoie un câlin virtuel car j'ai l'impression que ce monde de dingue te désole <3 C'est rigolo, car je viens d'écrire sans faire exprès le pendant de ton article, il va paraître d'ici 1h. Je te laisse aller le lire, on pourra en reparler après. Je t'embrasse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends ton câlin outre-atlantique ma belle !!! Oui, j'ai lu ton article et tu as bien évidemment raison ;) Ce qu'il faut surtout c'est lutter de toutes nos forces contre ce monde de fous !!!

      Je t'embrasse <3

      Supprimer
  2. C'est vrai qu'ils se complètent bien vos deux billets :)
    On va se battre ma Giulia avec nos modestes armes mais nous sommes nombreux à ne pas vouloir nous résigner. Je suis sûre que le monde de demain sera meilleur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vu ça? Et on ne l'a même pas fait exprès !!! ;)

      Je sais que nous sommes nombreux et nombreuses à ne pas vouloir nous résigner et souhaiter un monde meilleur. Il faut juste que nous unissions nos forces et que nous nous battions bec et ongle mon Aileza et demain sera meilleur :D

      Supprimer
  3. Ta lettre m'a émue et j'aurais écris la même mot pour mot.
    Triste, triste monde où , comme tu le dis, ceux qui se permettent de vouloir mieux sont traités d'utopistes et d'irréalistes :-(
    et j'ai peur pour le monde que connaîtra mon fils (tout en espérant, naivement? qu'il connaitra un renouveau positif)
    Peut-être que toutes nos gouttes finiront par faire un océan...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles ce que me disait souvent Mowgouaille à une époque : toutes les gouttes, tous les grains de sable comptent ... Alors on va se secouer et les mettre !

      Et ce sont les utopistes qui dessineront ce monde nouveau ;)

      Je t'embrasse <3

      Supprimer
  4. j'avoue que ça m'a miné de lire ça, surtout parce que ça n'est pas de la fiction... j'espère seulement que la majorité des gens vont réagir et renverser la vapeur... on se sent tellement impuissant en tant qu'individu lambda !

    RépondreSupprimer
  5. Désolée de t'avoir minée avec ma prose ... Moi, c'est effectivement cette impuissance que je ressens qui me mine et me retourne les tripes !!!

    RépondreSupprimer
  6. je ressens une impuissance grandissante... un ras le bol qui m'abat... je lutte pour ne pas me résigner. hors de question... mais je ne crois plus au résultat... :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en équilibre constant sur un fil, celui du combat qui continue mais je suis cernée par l'impuissance, la lassitude :-/

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?