I did it

Je l'ai fait. Je sais ce que j'avais dit : plus jamais, non plus jamais. Plus jamais je ne voterai "utile". Plus jamais je ne voterai pour quelqu'un qui n'a pas un programme qui me parle. 

Plus jamais je ne voterai.

Et puis. Et puis, comme on dit : "Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis". Ou bien, "Il ne faut jamais dire jamais". Alors, je l'ai fait. Mais j'ai été aidée. Comment ? Par une procuration réalisée le 13 avril, pour le 23. Parce-que s'il n'y avait pas eu cette procuration, rien ne dit que je n'aurais pas encore changé d'avis, une fois dans l’isoloir ... Non, rien ne le dit.



Qu'ai je donc fait ? J'ai fini par voter. Et pas pour mon candidat préféré. Pas pour celui qui avait un programme vraiment proche de mes idées. Ni même pour quelqu'un d'à peine plus éloigné. Honte sur moi. Ou pas. La décision a été longue et difficile à prendre. Tellement que j'ai fini par choisir vendredi seulement, après des semaines puis des jours de cogitation. Au moment où je l'ai prise, j'ai malgré tout ressenti comme un soulagement.

Oui, je fais partie des traitres qui ont choisi Macron. Pourquoi ? Mais pourquoi ai je commis cela ? Pourquoi alors que j'avais le choix entre Mélenchon et Hamon ? Qui, sincèrement, honnêtement, étaient largement mieux. Pourquoi ?

A cause des sondages ? A cause des médias ?

Peut-être, en partie. Puisque, en effet, je n'ai pas voté Hamon parce-qu'il était trop loin derrière. Désolée.

Mais pas que. J'ai choisi de voter Macron pour une simple et bonne raison : l'attentat des Champs-Élysées. Damned. Je me suis laissée guider mon choix par Daesh. Oui et non. Oui, parce-que, suite à cet attentat, j'ai voulu leur faire la nique. Quand j'ai vu comment la Peste (comme l'a surnommée Batgirl) récupérait ce nouvel attentat, je me suis dit que mon pays a besoin de PAIX. Ce que veulent nos ennemis, les islamistes, c'est Le Pen. Je voulais, par mon bulletin, me battre contre eux. Et lequel (ou laquelle) était le plus à même de rassembler contre la Le Pen ? Lequel ? Lequel était le moins haï ? Lequel était le plus posé ?


Macron n'a pas joué dans la surenchère. Il a simplement dit qu'on ne pouvait pas faire plus. Et sur ce point, je suis d'accord avec lui. Je reviendrai très prochainement sur (une partie de) ce que dit Le Pen en la matière mais pas aujourd'hui.

Parce-que je sais que je n'aurais pas voté Fillon, même contre elle (je ne voulais plus le voir) (et là, je suis plus que ravie). Parce-que je sais que Mélenchon, aussi bonnes soient ses idées, est loin de rassembler tout le pays, même contre elle (un peu le même principe que Fillon, mais pour l'autre côté).

Parce-que, aussi, je me suis rappelé que j'ai longtemps eu mal d'avoir voté Chirac en 2002, contre le père. Et qu'il y a quelques jours, j'ai reconnu une qualité à ce mandat de Chirac : il a tenu tête à nos "alliés" en 2003 contre la guerre en Irak. Je ne suis pas sure qu'un autre, et surtout pas un des deux derniers, l'aurait fait. Quand on connait, 15 ans après, les répercussions désastreuses de cette guerre, on ne peut que lui dire merci. Et pour cela, 15 ans après, je suis juste contente de l'avoir fait. Je ne compare pas Macron à Chirac, loin de là, juste je déroule mon cheminement de pensée.

Et dernière chose, j'ai commis ce "crime" parce-que je me suis dit que, quitte à avoir une politique de droite, autant que ce soit Macron qui la conduise. Certes son programme politique et économique ne me convainc pas. Certes, je deviens plus que sceptique sur cette Europe et ça ne va pas s'arranger avec lui. Mais, au moins, avec lui, j'espère que les droits des femmes, les droits des homosexuels ne reculeront pas. Je pense aussi qu'on n'ira pas dans la surenchère sécuritaire et laïciste (là encore, je reviendrai sur mon approche de la laïcité dans un prochain billet mais marre qu'on se serve d'elle pour taper sur une religion particulière). Il me semble posé, ce gars.

Alors, oui, j'ai voté Macron au premier tour. Et oui, les posts que j'ai vus sur mon facebook hier soir m'ont fait mal (un peu). Oui, j'ai renié ma parole. J'ai mis du temps à me décider et je ne sais pas si je n'avais pas reçu vers midi le sms de Batman me disant que c'était fait, je n'aurais pas changé d'avis une dernière fois ... On ne le saura jamais.


 I did it et je ne le regrette pas. Même si j'aurais préféré un autre résultat.

Commentaires

  1. J'ai voté comme toi ma belle. D'abord parce que aucun discours ni programme ne me parlait vraiment. Et parce que dans les 4 de tête c'était le seul qui me donnait un peu d'espoir pour la France de demain.
    Ce qui me choque c'est plutôt comment nous en sommes arrivés là? A avoir un parti d'extrême droite au pouvoir - sans que cela choque qui que ce soit?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon problème, c'est qu'il y avait des programmes qui me séduisaient mais (deux particulièrement) mais les personnalités des candidats qui les représentaient me faisaient craindre pour le "calme" du pays. Pour moi, Macron est trop libéral et je ne suis pas convaincue par son programme. Mais, entre deux ultra-libéraux (lui et Fillon), je le préfère quand même lui parce-que sur les faits de société, il n'est pas réactionnaire.

      Pour ce qui est de l'extrême droite au second tour, je ne sais que te dire. C'est vrai que le plus choquant finalement c'est que personne ne proteste, moi la première, comme si c'était normal. Il y a 15 ans, j'étais dans la rue, je participais à des réunions, je tractais, je manifestais ... et même il y a 5 ans, j'avais la rage par rapport à son score. Aujourd'hui, juste soulagée qu'elle n'ait pas fait 30 % et qu'elle ne soit "que" 2°. Moi, honnêtement, je suis particulièrement en colère contre ces politiques qu'on a depuis des années et qui, par leur échec, sont pour moi la cause de tout cela !

      Supprimer
  2. je n'ai pas voté utile au premier tour. je m'y suis refusée. Je voterai utile au second...

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si on peut qualifier mon vote de vote utile. J'ai surtout voté pour la "paix", enfin c'est ce qu'il me semblait au moment où j'ai fait mon choix ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?