Et ce moment

Les premières années, c'est dur, on compte les jours, les heures et les minutes. On se réveille en se disant "plus que X heures à tenir", on se couche, après une journée qui a ressemblé à des siècles, en se disant "plus que Y heures à tenir", et "X - Y" est ridiculement petit face à tout ce qu'il reste à tenir, et les années que l'on vient de traverser.

Et puis au fil des années, cela semble nettement moins insurmontable, voire on voit arriver cette période avec un certain soulagement, une certaine impatience. Dans cette attente, chaque fois qu'il y a un désagrément, on se dit "repense-z-y au mois d'août quand tu languiras".

Repense aux cris. Aux oreilles qui ont mal. Aux disputes. Aux désobéissances. À tout ce qui te gonfle Les 11autres mois.

Repense-s-y.

On essaie mais en fait, il y a toujours ce moment, où la fatigue aidant, non, on ne pense pas à tout cela mais plutôt à la collègue qui n'a jamais, jamais, jamais, renoncé à son mois d'août, même quand ton bébé avait 14 mois, qu'il était à la crèche et que celle-ci fermait justement en août.

Parce-que, oui, en août, on court. En août, on fait des horaires à la con. En août, on dort mal. En août, on ne voit pas nos enfants pendant trois semaines. Trois longues semaines. 

On a beau se dire qu'on n'est pas les seuls. Qu'il y a des milliers d'autres parents qui vivent cette séparation ou plus longue encore. J'ai beau voir ma copine Babidji qui vit encore pire. On a beau se dire qu'il ne reste que 8 jours avant de les revoir et que ce huitième jour ne compte pas puisqu'il sera partagé entre bateau et voiture. Il y a beau avoir tout ça. Rien n'y fait. 

Il y a toujours ce moment où, oui, en effet, ils vous manquent. Ils vous manquent d'autant plus qu'on n'arrive pas à les joindre.


Dans quelques jours, je serai reposée (?), dans quelques jours, il restera moins d'une semaine et tout ça ne sera qu'un mauvais souvenir, pour à peu près un an.

Commentaires

  1. courage.
    on a beau se dire parfois qu'on aimerait bien être seuls...quand ils ne sont pas là, ils nous manquent.
    Du coup ils vont où? colo?
    Nous n'avons jamais connu de séparation de plus de 3 jours. Paparose a du mal à laisser ses filles...et les grands-parents ne se bousculent pas pour les prendre donc...
    J'avoue qu'en ce moment, je rêverai d'une semaine rien que nous 2

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une semaine, c'est bien, ça passe vite et ça repose ;) Trois, ça commence à être long et dire qu'au début, on envisageait carrément 4. Je n'ose même pas imaginer !

      Pour l'instant, ils vont chez mes parents qui acceptent volontiers de les garder tous les 2 pendant aussi longtemps. Les enfants s'y plaisent aussi. Après, quand mes parents ne pourront (ou voudront) plus ou quand les enfants n'auront plus trop envie de passer 3 semaines chez les grands-parents, on verra, peut être colonie de vacances.

      Supprimer
  2. Trois semaines c'est long quand même...
    Nous c'est toujours 15 jours maxi - et au bout de 10 jours c'est long! Même si je sais que petit loup est juste ravi d'être avec ses grands-parents et profite au maximum. Et la première semaine pour moi, c'est bonheur aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, au début, on envisageait 4 !!! Si tu arrives à gérer avec seulement 2 semaines, nous c'est difficile ...

      Pareil, je sais qu'ils sont heureux pendant ces semaines : ils ont leurs grands-parents, leurs oncles et ils ont même des tas de copains au village ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?