Le terrible été 2017

Oh je sais ce que vous allez dire : de quoi se plaint-elle la Catwoman, depuis sa Corse ? Elle n'a pas le froid et la pluie. Que vient-elle pleurer sur son été ? En plus, elle rentre juste de vacances. Vraiment, il y en a qui ne sont jamais satisfaits ...

Alors, oui, je mesure ma chance. J'ai eu 4 semaines de vacances et dans une semaine, je serai en route pour retrouver mes mômes (tu vois, le moral est déja remonté depuis hier, sur ce point) et l'été touchera à sa fin. Ou presque. Oui, j'ai de la chance parce-que, sur mes 4 semaines de vacances, c'est l'impression de beau temps qui prédomine. J'ai de la chance parce-qu'on n'a pas mauvais temps, on n'a pas froid non plus.

C'est un bien bel été que nous avons, qui répond parfaitement à ma définition de l'été: chaud et sec. La pluie est aux abonnés absents. 

Alors, de quoi je me plains ? Pourquoi ce titre provocateur ?

Ce titre est là parce-que je me demande tout simplement combien de temps il va encore durer cet été. C'est bien le soleil et la chaleur, quand on est en vacances et qu'on ne les vit que quelques jours, semaines dans l'année. Mais souvenez-vous quand vous avez eu la canicule au mois de juin. Souvenez-vous-en et dites-vous que ces températures-là sont notre lot quotidien depuis des semaines et que parfois, on est juste contents parce-que c'est redescendu à 30 et qu'on sent la fraicheur... 


La pluie ? Ce n'est pas qu'elle me manque. C'est juste que ça fait 6 mois à peu près que je ne l'ai pas vue. Je ne sais même plus ce que c'est. Je ne sais plus non plus ce que c'est que de voir de l'eau dans les rivières. Les cailloux sont lyophilisés et réclament à boire. Les déficits sont énormes. 

On ne compte plus les villages ravitaillés en eau par camion, même ceux qui sont sensés être approvisionnés par de super sources. La pression au robinet est plus que faiblarde.

Vous allez me dire que dans quelques jours la fréquentation touristique, et par voie de conséquence la pression sur les ressources, va baisser, maintenant. Oui mais non. C'est là que nous entrons dans la période dangereuse, celle qui suit la saison touristique mais précède celle des pluies: il n'y a plus d'eau et il n'en tombe pas du ciel. Et que va t'il se passer si elles n'arrivent pas avant novembre ?

Plus d'eau dans les rivières, plus d'eau dans les sols, plus d'eau dans les plantes. Tout est desséché, cramé par le soleil. Il ne manque plus qu'une étincelle pour que ça s'embrase. Et d'ailleurs, tu as de sombres connards qui s'amusent et s'éclatent. Encore une fois, de quoi je me plains ? Je ne suis ni dans le cap Corse, ni à Biguglia, ni même dans le Taravo et je n'ai pas vécu le brasier pendant des journées entières et interminables. Ce ne sont pas des milliers d'hectares qui sont partis en fumée, chez moi.

Non, moi, je vis juste dans une vallée où un parfait crétin hors catégorie s'amuse, au moins une fois par semaine, à mettre le feu. Le ballet des canadairs, même s'il est beau à voir, me glace chaque fois un peu plus le coeur. Ils sont en train de réduire ma vallée, mon île en un tas de cendres. 


Voilà, ce qu'est le terrible été 2017, vu depuis la Corse. En attente de l'automne et des ravages qu'il nous apportera. 

Commentaires

  1. La corse semble bien souffrir des changements climatiques. Je comprend tes angoisses concernant l'eau potable.
    Quant aux incendiaires...j'étais dans le var cet été au moment des incendies. C'est terrible ce que l'idiotie humaine peut faire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que ce que je décris du temps que nous avons cette année en Corse est exactement le climat qu'on nous prédit avec les changements climatiques : une accentuation des phénomènes ... Et en Corse, on se les prend vraiment de plein fouet, sûrement de par notre situation géographique :/
      Pour l'eau potable, c'est d'autant plus grave et inquiétant qu'il y en a qui ne prennent pas la mesure du phénomène et continuent à utiliser comme avant !!!
      Pour les incendiaires, je n'ai pas les mots pour exprimer ma colère vis-à-vis de ces individus !!! J'ai de la "chance", je n'ai pas encore vécu en Live le genre d'incendie qu'il y a eu dans le Var cet été mais bon, j'ai bien peur qu'on finisse par y avoir droit ...

      Supprimer
  2. Je comprends mieux ton commentaire sur le film" Une vie violente", maintenant que je sais que tu habites l’île de beauté :) Ça serait intéressant d'avoir ton point de vue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai toujours peur des clichés quand il s'agit de la Corse ;-) Après, effectivement, je pense, surtout après avoir vu ton article et ton avis, d'avoir le ressenti de ceux qui y vivent.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?