La tête dans les étoiles - Lac de Bastani

C'est une bien longue et bien belle histoire que je vais te conter aujourd'hui. Elle a commencé un jour d'août 2015 et s'est terminée aux premières heures de l'été 2017, au solstice d'été. C'est l'histoire d'une randonnée en montagne, avec nuit sous les étoiles, au bord d'un des lacs d'altitude de Corse.


L'envie nous avait donc pris, un jour d'août, nous avions même défini un week-end pour cela. Je me voyais déjà, la tête dans les étoiles, faire des tonnes de photos et en sélectionner une pour mon défi 366. Ça en aurait jeté !

Mais la vie a ses impératifs qui ignorent superbement les joies du blogging et, le jour-dit (ou la veille), nous nous sommes dégonflés :

"Il fait chaud, regarde, à 17h, il fait encore 35 °C à l'ombre.
Je ne peux pas marcher avec une telle chaleur !"

Alors, on remis la promenade aux calendes grecques. L'été s'acheva sur ces bonnes paroles et le temps passa. Finalement, en mai 2016, nous sommes montés avec les enfants mais n'avons pu dormir à la belle étoile : le problème inverse se posait alors ... puisque le lac était encore sous la neige cette fois-ci ! Bizarre parce-que je n'ai pas souvenir d'un hiver 2016 très neigeux mais les photos (justement) ne mentent pas.

Alors on a attendu, et attendu, encore quelques mois. 

Et finalement, en juin 2017, alors que les bivouacs sur le littoral sont désormais bannis (trop de monde, trop de risques de se faire prendre par le conservatoire du littoral, plus aussi rigolo), alors que les randonnées à la journée sont également proscrites (trop chaud) (oui, nous sommes compliqués, j'avoue mais c'est là tout notre charme !), on se dit : 

"Et pourquoi pas monter à Bastani passer la nuit ?"

Alors, un samedi après-midi, nous préparons nos sacs et partons tranquillement. Nous commencerons à marcher de bonne heure : 6h, du soir. A cette heure-ci, avantage des versants Est, on monte à l'ombre. On profite des fleurs rescapées aussi.


On croise des randonneurs qui redescendent et certains s'inquièteront en voyant ces inconscients monter aussi tard : le lac est loin, la nuit va tomber, le chemin n'est pas évident, surtout à la descente et de nuit !!!

C'est gentil mais nous ne comptons pas redescendre ce soir, bien au contraire et vue la clarté du ciel, je crois qu'on pourra tirer profit de la sécheresse 2017 : on ne devrait pas se prendre l'orage cette année ...




Et finalement, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire et en beaucoup trop facile à notre goût, nous arrivons au lac. L'hôtel aux milliards d'étoiles nous réserve la plus belle de ses suites : un peu de plat, quelques grammes de moelleux, des cailloux à escalader et des fauteuils grand luxe pour bouquiner ... Et, cerise sur le gâteau : on est les seuls clients ce soir !

Bref, on s'installe et on profite. De la montagne, du calme olympien, du coucher de soleil et des reflets que le Renosu nous offre dans le lac. On a même une vue imprenable sur la mer. Bref, grand luxe !






Puis viendra la nuit et le spectacle lumineux. Tu vois ces ciels étoilés des publicités, ces ciels que l'on ne voit plus à cause de la pollution, notamment lumineuse, et bien on l'a, mais en mieux. On en prend plein les yeux, Catboy le premier, qui s'extasiera devant les étoiles filantes. Et puis, même si on n'en a pas envie, on s'endormira, vaincus par la fatigue.

Dimanche matin, aux premières lueurs du jour, je suis la première debout, bien décidée à profiter : du silence (tu sais, ce truc dont tu rêves le jour où tu deviens mère), du calme et du lever du jour. Un de ces levers de soleil que tu ne vois que quelques fois dans toute ta vie aux différentes teintes de bleu, la mer au loin, perchée sur un caillou, la vallée en contrebas.


Puis petit à petit tout le monde se réveille, boit son petit déjeuner, la tête dans le brouillard (ou encore sur la lune ?). On range doucement nos affaires, on n'a pas envie de quitter ce petit coin de paradis, là haut tout là haut dans la montagne. Alors on s'attarde un peu, avant de remettre nos sacs à dos et de reprendre le chemin du retour. 

A la descente, nous croiserons les premiers randonneurs, ceux qui sont partis à la fraiche et qui transpirent déjà. On profitera des oiseaux et se rafraichira aux Pozzi.







C'était une longue histoire. C'est l'histoire d'une bien belle promenade, qui s'est longtemps faite désirée. Une promenade faite à l'envers. Un week-end magique, perdus dans la montagne, au bord d'un lac, au dessus de la mer, la tête dans les étoiles.

Commentaires

  1. C'est très beau. Merci pour le partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien ! Je me suis faite plaisir ;-)

      Supprimer
  2. C'est superbe (tu me donnes encore plus envie de découvrir ton île). C'est un magnifique moment en famille. C'est cool que les enfants randonnent (les miennes marchent pas 100m...on comme leur père quoi ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, si tu as envie de venir en Corse, n'hésite surtout pas mais essaie de privilégier le printemps: c'est la meilleure saison 😉
      Oui, ce sont de beaux moments et les enfants marchent désormais bien et si on leur promet un bivouac, on a intérêt à suivre derrière parce-qu'ils vont desserrer le frein à main 😅

      Supprimer
  3. Quelle merveille !
    Les paysages, tes photos sont incroyables et ce lever de soleil, à tomber !
    La Corse quoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ce lever de soleil était juste magique !!! Un pur moment de bonheur :)
      Tu as bien résumé : La Corse, quoi !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?