Demain, je serai gréviste ...

Demain, cela fera 10 ans, jour pour jour que je suis titulaire. Alors, pour fêter cette date spéciale comme il se doit, je ferai grève : et oui, les fonctionnaires font toujours grève, pour un oui ou pour un non, alors pourquoi pas pour fêter le 10° anniversaire d'une titularisation ?



Non, ça ne se fait pas ? Je m'en moque un peu, en fait. Et en effet, je ne ferai pas grève pour ça demain. J'ai même longuement hésité à la faire cette grève, justement. Mais je me suis décidée ce matin, après l'ultime foutage de gueule qui a fait déborder le vase un peu plein ces temps-ci.

Mais au fait, pourquoi nos organisations syndicales appellent-elles à la grève (encore) ? Pour protester contre le gel du point d'indice, la hausse de la CSG, le retour du jour de carence, les suppressions d'emplois ...

Alors, en prévision de cette journée, notre cher premier ministre nous a garanti sur facture que la hausse de la CSG serait indolore pour nous aussi les fonctionnaires (après l'avoir garanti aux salariés du privé puis aux retraités) et puis il a aussi affirmé que le pouvoir d'achat des fonctionnaires augmente de 2 % par an.

La hausse de la CSG indolore.
J'aimerais bien savoir comment ils vont faire pour la rendre indolore cette hausse de la CSG ? On me susurre à l'oreille qu'il y aura une prime compensatoire ... Une prime, je n'en veux pas d'une prime. Une prime, ça peut très bien être supprimé du jour au lendemain, sans préavis aucun. Une prime, ça peut être modulé, selon l'humeur de ta hiérarchie. Une prime, tu payes des impôts dessus mais tu n'en tires aucun bénéfice le jour de ton départ à la retraite ! Bref, des primes, j'en ai déjà, je sais ce que c'est et je n'en veux plus : je veux un vrai salaire.

Et puis, j'aimerais qu'on m'explique ce que va rapporter cette hausse de la CSG et à quoi elle peut bien servir si, de toutes façons, elle est compensée pour tout le monde ... Il y a un truc qui m'échappe. Ah oui, c'est vrai, je ne suis qu'une bête de française qui n'a pas fait les grandes écoles et ne vit pas dans leur monde. Je n'y comprends rien, je ne peux rien y comprendre. Eux, ils savent, mieux que nous.

La hausse du pouvoir d'achat.
Mais il y a un autre point qui m'a décidée : j'ai appris par le premier sinistre ministre que le pouvoir d'achat des fonctionnaires augmente de 2 % par an, en moyenne. Je suis ravie de cette nouvelle. Parce-que, tu vois, quand je regarde mon bulletin de salaire, ce n'est pas ce que je constate, mais alors pas du tout : entre le gel du point d'indice effectif depuis 8 ans maintenant (et avant, il augmentait royalement de 0.5 %), les hausses de prélèvements et cotisations, moi, ce que je constate, c'est une baisse annuelle de mon salaire, sauf les années où je change d'échelon, mais avec l'ancienneté, ça arrive de moins en moins souvent ...

Et là, je parle du cas d'une fonctionnaire de catégorie B (donc pas vraiment en bas de l'échelle) qui a 10 ans d'ancienneté. Parce-que pour ceux qui sont plus bas, la situation est encore plus grave : les catégories C. Les premiers échelons sont au niveau du SMIC qui augmente vaguement tous les ans. Or, comme on ne peut pas rémunérer moins que le SMIC, même une feignasse de fonctionnaire, on s'arrange : les échelons qui passent mécaniquement en dessous ont droit à quelques points d'indice supplémentaires mais pas les suivants alors, au lieu de rester 1 an ou 2 au SMIC, on y reste 4 ou 5 ans, le temps que ça se rétablisse. Et les carrières se tassent vers le bas.

Alors on me chuchote à l'oreille que le salaire n'est pas le pouvoir d'achat. Que celui-ci est composé du salaire et des prix. Je vais me taire : quand je fais mes courses, on ne me fait pas un prix parce-que je suis fonctionnaire et je paye autant qu'un salarié du privé donc vous savez tous (à part nos chers têtes de nœud de politiques) que les prix ne baissent pas, au contraire (On en parle des hausses de taxes sur le carburant et l'essence qui est de nouveau à 1,50 € ?). A part pour les téléviseurs et ordinateurs qui ne sont plus de la dernière technologie. Malheureusement, je ne change pas de télévision ni d'ordinateur tous les ans ... Je suis trop c***, franchement.

Voilà pourquoi je ferai grève. J'ai mis du temps à me décider parce-que je ne crois plus beaucoup à ces journées d'action, à part que ça fait économiser une journée de salaire à mon patron. Parce-que le boulot que je ne ferai pas demain sera toujours là quand je reviendrai et qu'il faudra quand même le faire. Parce-que du boulot, en ce moment, j'en ai plus qu'il ne m'en faut et je ne sais par quel bout prendre tout ça.

Mais je n'aime pas qu'on se moque de moi, qu'on mente pour mieux diviser.


 J'ai trouvé les images ici et trouve qu'elles illustrent très bien le propos général ...

Commentaires