Tout commence par les mots

Pour commencer cet article, j'ai envie de jouer à un petit jeu. Pourriez-vous me trouver l'intrus parmi les phrases suivantes ?

Je me suis fait mon chef.
Tu t'es fait une virée en ville.
Elle s'est faite violer.
Nous nous sommes fait un bon restaurant.
Vous vous êtes fait un magnifique voyage.
Ils se sont fait un cinéma entre amis.

Tu ne trouves pas ? Allez, je vais t'aider : quelle différence vois tu entre "Elle s'est faite violer" et "Elle a été violée" ? Je sens que ça vient, oui, oui, c'est ça ! Dans le premier cas, elle est un peu fautive, elle l'a quand même bien cherché ce viol. Dans le deuxième cas, elle est une victime, identifiée comme telle.


La langue française est suffisamment riche pour apporter des nuances en fonction des mots utilisés. Déjà l'expression "se faire" est en soi moche à souhait et je suis sure qu'on peut aisément la remplacer par beaucoup d'autres mots, verbes et autres locutions. Mais en plus, elle induit une action, une participation de la personne qui "s'est fait". Donc, dans le cadre d'un viol, d'une agression, d'un licenciement, etc. je la trouve particulièrement inadaptée !

Marie Trintignant s'est faite tabasser à mort par Bertrand Cantat. Elle dû bien l'emmerder ce pauvre homme pour qu'il en arrive là ...

La petite Sarah, 11 ans, s'est faite violer par un homme de 28 ans. Elle l'avait un peu cherché quand même, elle a dû l'allumer et on se retrouve avec une accusation de simple atteinte sexuelle sur mineure et non de viol ... Pour peu, on va plaindre son agresseur !

En ce moment, entre le retour de Cantat, les accusations de viols et autres agressions de Weinstein ou le viol de cette enfant, les "elle s'est faite" fleurissent un peu partout sur le net, y compris, malheureusement, dans les commentaires de celles et ceux qui dénoncent la culture du viol. Personnellement, chaque fois, ça me brûle les yeux et je lis une nouvelle agression de la victime.

Et je crois que tant qu'on utilisera les mots "se faire" plutôt que la forme passive du verbe, les violeurs auront encore de beaux jours devant eux ! Donc, si on veut progresser sur ce plan, faire diminuer le harcèlement de rue, que la honte change de camp, on doit commencer par surveiller le vocabulaire que l'on emploie.


Commentaires

  1. Oui tu as raison, le vocabulaire de la langue française est assez riche pour qu'on mette les mots corrects sur les situations.
    Entendre "elle l'a cherché" ça me donne la nausée.
    Tant que le corps de la femme sera considéré comme un sous produit de la société, ces actes ignobles ne seront pas reconnus à leur juste valeur. Il y a encore du travail à faire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, quand je lis, ou entends quelqu'un dire "elle s'est fait", j'entends "elle l'a cherché" et ça me file grave la nausée. Il y a énormément de travail à faire, à commencer par surveiller les mots qu'on emploie qui peuvent aller à l'encontre de ce qu'on veut dire... Ce n'est pas comme si on avant le choix !

      Supprimer
    2. Je répond souvent par provocation "elle s'est fait violer? Moi je me suis fait un tatouage.". Généralement s'en suit un "je comprend pas" et une bonne discussion sur les mots et leur importance.

      Supprimer
    3. Je suis désolée Mowgouaille : je pensais t'avoir répondu mais à priori mon commentaire n'est pas passé :/

      Bref, je disais que tu as tout à fait raison de répondre comme ça, ça met le doigt sur le mauvais mauvais emploi des mots ...

      Supprimer
  2. De l’importance des mots et de ce qu'ils véhiculent comme représentations. La langue un puissant outil de domination.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça : c'est de la domination, par les mots, et s'en que nous nous en rendions compte ... Personnellement, j'essaie au maximum de faire attention !

      Supprimer
  3. tu as raison. J'avoue que je n'avais pas relevé. Parce que pour moi, dans un cas comme dans l'autre, tout est pareil. Victime et uniquement victime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jusqu'à ce que je lise un article sur le sujet il y a quelques années, je n'avais pas relevé non plus et effectivement beaucoup l'emploient en toute bonne foi. Mais maintenant, je ne vois et entends plus que ça. Et comme dirait Mowgouaille "Je me suis fait un tatouage" 😝

      Supprimer
  4. entièrement d'accord et d'ailleurs c'est Christiane Taubira qui a dénoncé cette terminologie dégoutante il y a peu de temps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. P*** je croyais t'avoir répondu !!! Désolée du temps de réponse du coup ...
      Je ne savais pas que Taubira avait dénoncé cette terminologie. Elle a raison : il faut !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?