Chronique de la vie familiale


Nous sommes le matin, en train de nous préparer. Batgirl me demande si je me rappelle des petits sabliers qu'ils ont eu cet été (et que j'ai oubliés chez mes parents avant de repartir) pour mesurer le temps de brossage de dents.

Je confirme.

Elle me dit alors qu'elle souhaite amener pour ces vacances la brosse à dent que nous avons rachetée depuis afin de comparer les temps de clignotement de cette dernière et d'écoulement du sable dans le sablier ...

Intérieurement, je souris de son esprit, son envie d'expérimenter et de comparer, pas se fier uniquement à ce qu'on lui dit ! Mais je ne suis pas au bout de mes peines, comme toujours avec elle.

Puis elle ajoute : "Et pourquoi moi, j'en ai eu un rose et Catboy un bleu ?

Tranquillement, je lui explique que pour certaines personnes, on donne du rose aux filles et du bleu aux garçons. Je ne m'énerve même pas, je suis presque résignée, lassée par cette attribution de couleurs (et puis, il est encore tôt).

"Oui mais moi je n'aime pas le rose !!! J'aime le bleu !".

Et c'est vrai qu'en ce moment, elle demande beaucoup de bleu (tu pars 2 ans en arrière, elle ne voulait que du rose).

"Et puis la maitresse, c'est le violet qu'elle aime !"

Que veux-tu que je te réponde mon enfant ? Tu es en train d'expérimenter, à tes "dépens", ce contre quoi nous nous battons depuis des années : l'attribution d'une couleur, d'un rôle, en fonction de ton sexe ... Je suis désolée que nous n'arrivions pas à évoluer plus vite. Je suis désolée que nous régressions par moments.

Mais aussi.

Je suis fière de toi aussi car du haut de tes 8 ans, tu refuses et tu t'insurges. Je suis fière de toi car je n'ai pas besoin de te le dire qu'il n'y a pas de couleur qui te soit réservée ou refusée parce-que tu es une fille. Je suis fière de toi car avec toi, il n'y a pas d'heure pour traiter d'égalité et de goûts.

Je suis fière de toi car je sais que tu ne te laisseras pas faire, que la relève est d'ores et déjà assurée. 

Je suis fière de toi car tu me prouves que nous faisons correctement notre job.

Commentaires

  1. Les filles ont toutes les deux eu leur passage "rose" au début de la maternelle. Puis ça passe...et ça les agace de voir qu'on les cantonne dans un rôle, une couleur....et c'est bien qu'elle dise qu'elle ne veut pas être dans ces cases

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a eu une grande période rose aussi, une grande partie de la maternelle et, comme tu dis, ça passe au fil du temps ...

      Je trouve ça très bien qu'elles refusent d'être dans des cases, un rôle, une couleur !!! Et de voir que la mienne n'est pas la seule dans ce cas ;)

      Supprimer
  2. Ce truc des couleurs ça me fatigue! C'est tellement crétin...
    Il y a un ou deux ans, quand je suis allée acheter des bottes de pluie à Loulou, la vendeuse nous a automatiquement sorti les "bleu marine". Lui il voulait les bottes à étoiles. Elle a tiqué, j'ai pris les bottes à étoiles. Et Loulou était tout fier avec ses bottes à étoiles qui changeaient de couleurs.
    Il faut faire confiance à nos enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, c'est particulièrement fatigant ce truc des couleurs. Imagine avec une fille et le rose...

      Tu as bien fait d'écouter ton bonhomme plutôt que la vendeuse pour ces bottes... S'il voulait des bottes à étoiles, il n'y avait aucune raison de lui les refuser !

      Supprimer
  3. Quel bonheur de lire des choses pareilles :) Je passe mon temps à être relativement navrée par les idées reçues de ma belle soeur (et autres, elle est loiiiiiin d'être la seule) qui pense qu'on est pas une "vraie fille" si on est pas sappée en rose bonbon de la tête aux pieds et qui a assuré à sa fille de 6 ans "qu'elle ne servait à rien si elle n'apprenait pas à sa soeur à se servir de pailettes en tube" (WTF ??? J'avoue, je me suis resservie un gros verre de vin pour oublier !). Les activités de fille et celles de garçon, les jouets, les fringues, les traits de caractère...Tout y passe et pour beaucoup de monde ! Et on en oublierai presque que les couleurs sont...hum...des couleurs !! Alors, il faut ramer, ne pas s'énerver, être pédagogue. Parfois des idées passent ! Merci d'avoir partagé cette anecdote réjouissante, je continuerai à me battre rien que pour découvrir des petits témoignages comme celui là ! Belle journée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais au fait, c'est quoi être une "vraie" fille ? J'aimerais bien savoir ! Pourrait-elle le définir ? Pourquoi faut-il être une vraie fille, un vrai garçon ? Ne peut-on pas simplement être un Vrai humain, doté de sens ? Quant au coup de sortir à son enfant de 6 ans (non mais 6 ans) : "tu ne sers à rien", j'en suis retournée, complètement, je trouve ça particulièrement violent ! Surtout si c'est pour apprendre à se servir de paillettes en tube ...

      Oui, il faut continuer à ramer et se battre, au final les idées passent mais des fois, comme dans ton exemple, on a l'impression d'être un peu seul-e-s à ramer. Parfois, on a le sentiment qu'il y a une régression en la matière et c'est affligeant.

      Et puis, il y a l'anecdote de ma fille. Ou il y a celle que rapportait Marie Perarneau (Mamans testent) à propos de ses filles : "Pourquoi c'est un jouet de garçon ? Tu as besoin d'un zizi pour jouer aux dinosaures ? Non, alors, ce n'est pas un jouet de garçon !" ... Et là, on a le moral regonflé ;) Il faudrait juste que certains adultes arrêtent avec leurs âneries.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?