La dictée miracle

L'autre jour, au café, ça discutait sec sur la dictée, et l'impérieuse nécessité de la remettre au goût du jour dans les écoles. Sur de belles tonalités "c'était tellement mieux avant", "aujourd'hui, c'est du grand n'importe quoi", "les enfants ne savent plus lire ni écrire" ... "Mais à quoi cela sert-il d'apprendre d'autres langues si tu ne sais même pas correctement écrire la tienne ?".

Ah ma brave dame, vivement le retour du bonnet d'âne, du coup de règle en bois sur les doigts et, bien entendu, de l'uniforme dont la disparition a bien évidemment signé la fin des haricots !

J'ai fait remarquer à ces personnes qui n'ont bien sûr pas / plus d'enfants (ni même de petits-enfants) scolarisés en primaire que des dictées, il y en avait ... je suis bien placée pour le savoir puisque, 4 jours par semaine, je les fais travailler à Batgirl. 
 
Ah oui, mais nous, ce n'étaient pas seulement 2 ou 3 phrases et puis on en avait dès le CP !
Il y a 50 ans ma bonne dame, il y a 50 ans ... (non, je ne suis pas vache, juste réaliste)
Tu devrais en parler à ta mère, tu verrais ce qu'elle en pense ! (ancienne prof donc forcément elle va trouver que l'école, ce n'est plus ce que c'était)
Ma mère ? Elle en pense que je suis beaucoup trop derrière Batgirl et que je devrais la laisser respirer un peu ...
Ah oui, mais c'est sa petite fille aussi ! (bref, elle n'est pas très objective)
 
 
Ce dialogue de sourds m'a gonflée et je me suis barrée. Il y a des moments où il faut bien se rendre compte que cela ne sert à rien de discuter avec des gens qui, de toutes manières, ont leur avis sur la question, même si de toute évidence ils n'en savent rien puisqu'ils ne sont pas concernés d'une manière ou d'une autre. Tout ce que ces personnes connaissent sur la question, c'est ce qu'en disent le journal télévisé, le gouvernement et tous ceux qui adorent pratiquer ce sport si connu et si adulé ... le crachage systématique sur l'école (d'aujourd'hui, de préférence) et les enseignants (qui, et cela est bien connu, ne sont que des feignasses qu'il faudrait remettre au travail fissa).

Alors oui, certes, Batgirl, en CE2, n'a pas des dictées de plusieurs lignes. Mais elle a effectivement des dictées où elle apprend à penser à l'accord des verbes et des mots tout en écrivant. Elle a des toutes petites rédactions à faire, régulièrement, où de même elle doit réfléchir à l'orthographe et aux accords. Elle a des leçons de grammaire et d'orthographe, de conjugaison aussi. Elle n'a plus de cours d'histoire et de géographie mais de l'éveil au monde. Et de l'instruction civique. Elle apprend les maths et la géométrie. Elle résout des problèmes. Elle a une poésie tous les 15 jours à réciter.

Et aussi, ce que nous ne faisions pas, sur nos 4 jours 1/2 d'école, elle apprend actuellement deux langues vivantes ... Ce qui, à mon sens, n'est pas rien. 

Et, surtout, et je crois que pour elle, comme pour beaucoup d'enfants de sa génération, c'est ce qui est le plus difficile, elle apprend à se concentrer. A se relire, ce qui ne va pas de soi. A s'appliquer, quitte à aller doucement. On est dans un monde où tout va vite, où on change d'activité très rapidement, où on zappe de plus en plus, sans vraiment approfondir. Et ils doivent effectuer leurs apprentissages au milieu de tout cela. 

J'aimerais juste qu'on essaie de se mettre à leur place quelques instants et qu'on se demande comment nous ferions ... J'ai moi-même beaucoup de mal à le voir, le concevoir. Mais, ma mère, elle, l'a vu et le comprend. Pourquoi ? Parce-qu'elle n'est pas le nez dans le guidon. Elle est loin, elle sait par ce que je lui dit au téléphone, une fois par semaine. Elle relativise et elle est objective, elle.

Donc non, ma fille ne se tourne pas les pouces à l'école ! Une preuve qu'elle progresse ? La géométrie, justement : elle prend désormais le temps de poser règle et équerre comme il faut pour tracer et mesurer. Une autre preuve ? Elle pense de plus en plus souvent aux accords.

Non, l'orthographe française n'est pas facile à apprendre et maitriser. Oui, on a plus ou moins abandonné les dictées telles que nous les connaissions mais non, l'école n'a pas arrêté de leur apprendre l'orthographe. Non, les enseignants n'ont pas cessé d'exercer leur métier
 
Ensuite, je ne pense pas que la pratique régulière de la dictée (seul exercice où tu perds des points au fur et à mesure que tu l'avances ...) (c'est dire l'intelligence de l'exercice) puisse résoudre le problème de l'orthographe. En effet, combien d'articles de presse, combien de courriers, combien de dossiers sont bourrés de fautes d'orthographe ? Au mois d'août, je me suis arraché les cheveux sur un dossier de 300 pages contenant plus de 3 fautes par ligne. Un dossier qui mélangeait allègrement les a/à, son/sont, on/ont, é/er ... Ce dossier avait été écrit par une ingénieure. Ma cheffe de service, plus âgée que moi, qui a donc eu des dictées pendant sa scolarité, fait 5 fautes d'orthographes dans un mail de deux lignes ... Des exemples de mauvaise orthographe, j'en ai à la pelle, et ils ne sont pas spécifiques à la jeune génération, ils ne sont pas liés non plus au niveau d'études (Batman et moi sommes tous deux Bac+5, il en fait beaucoup, moi non).
 
Et, je dirais même que ce problème n'est pas récent puisqu'il y a 15 ans, quand j'ai soutenu mon mémoire de fin d'études, la première chose qu'a soulignée mon maitre de stage était ... la qualité de mon orthographe.

Le phénomène n'est pas récent mais il s'amplifie peut-être. Pourquoi à votre avis ? Moi, je pense que c'est par reflet de notre société où on va vite, on se doit d'aller vite et ce n'est pas si grave si ce n'est pas parfait. Nos enfants grandissent au milieu de ça. Si nous voulons qu'ils soient plus consciencieux, à nous de leur donner le bon exemple et de prendre notre temps.

 
Comme tu l'auras compris, je ne pense pas que le retour de la dictée quotidienne (qui existe déjà, soit dit en passant) soit LA solution à tous les problèmes de l'école, notamment le niveau de l'orthographe. Mais comme toujours, ton avis m'intéresse : qu'en penses tu ?

Commentaires

  1. Ha tous ces gens qui ont un avis très tranché sur ce que l'école devrait être. C'était mieux quand on traitait les enfants d'âne et qu'on pouvait leur donner une bonne claque de temps en temps!
    En tant que parents d'élève, quand je vois tout ce que Fleur apprend en CE1, je me souviens qu'à son âge je faisais des calculs et de la grammaire une grosse partie de mon temps. Elle apprend de l'astronomie, de l'histoire, de l'anglais, de l'écologie...c'est une ouverture sur le monde incroyable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est clair que c'était tellement mieux de mettre un bonnet d'âne et d'envoyer au coin, avec une bonne baffe en passant, ils apprenaient nettement mieux ...

      Voilà, en tant que parents d'élèves, on se rend compte, mieux que quiconque, de tout ce qu'ils apprennent et accomplissent en classe ! Ils ont une grande ouverture sur le monde et on développe tellement leur curiosité !!!

      Supprimer
  2. et bien je suis tout à fait d'accord avec toi! Et effectivement la dictée existe aussi à l'école de mon loulou (CP) donc j'étais plutôt surprise quand c'est devenu LE sujet . lol
    Pour l'orthographe (et en passant les langues étrangères genre l'anglais) sont tellement bafoués par les médias que franchement, c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité.
    La langue française est très compliquée et l'orthographe est (à mon humble avis) plus simple pour un enfant qui a de la mémoire et qui aime lire. (et donc voit beaucoup de mots).
    Bref, il n'y a guère que la concentration qui semble plus difficile à l'heure actuelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est tout à fait cela, ils n'ont rien inventé puisque les mômes ont des dictées dès le CP (pas des pages entières mais ils ont des dictées). Et l'orthographe est tellement bafouée, piétinée par tout le monde, notamment ceux qui ont pignon sur rue que c'est vraiment l'hôpital qui se fout de la charité !!!
      Pour ma grande, je compte effectivement sur son amour de la lecture et des livres pour parfaire son orthographe ... encore faut-il qu'elle soit attentive et concentrée quand elle lit :/ mais elle a oublié d'être bête donc je pense que ça va venir ;)

      Supprimer
  3. Je pense que je suis complétement d'accord avec ton point de vue :-)
    Les "C'était mieux avant / les profs sont tous nuls / l'école quelle catastrophe" me gonflent au plus haut point ! Tout n'est pas rose, rien n'est parfait; mais à un moment je crois que l'on a aussi l'école que l'on mérite ... Si au lieu de valoriser et mettre des salaires exorbitants sur des métiers qui ne servent à rien (ou pas à grand chose...) (coucou les publicitaires) (tiens coucou moi :-P) on valorisait plus les enseignants (entre autre !), peut être aurait-on aussi plus de qualité de ce côté là ! Personnellement j'admire les profs; qui font un métier qui est à mon avis loin d'être facile et tellement peu valorisé (aussi bien du point de vue financier que sociétal!).
    Bref je m'égare; et donc pour revenir à la dictée; j'avoue ne pas avoir d'avis tranché sur la question mais je constate comme toi que des personnes censées être le "haut du panier" ne sont absolument pas ceux dont l'orthographe est la meilleure; j'ai notamment eu un directeur (gros poste, grosse boite...) qui ne pouvait pas écrire 3 mots sans faire de faute ... Franchement parfois j'avais honte pour lui ... Il était bien plus âgé que moi donc la théorie du "si on revenait aux dictées à l'ancienne, ça n'arriverait pas;" ne se vérifie absolument pas ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu penses qu'à une époque, l'instituteur (ou l'institutrice), c'était Quelqu'un dans un village. Une personne respectée, que l'on écoutait ... Et aujourd'hui ? Juste un "larbin" chargé d'enseigner à ton enfant et que tu passes ton temps à dénigrer parce-qu'il a des horaires (devant les élèves) avantageux, parce-qu'il a son emploi à vie, parce-qu'il a des vacances ... (je dis "tu" mais, tu l'auras compris, ça ne te vise pas personnellement, c'est un "Tu", général) En oubliant allègrement les heures de préparation puis de correction, le temps à accorder aux parents quand, eux, sont disponibles, la fatigue d'être 6 h par jour face à une classe de 20 à 30 mômes pas toujours disposés à écouter (si en plus ce sont des maternelles, il y a le bruit) et réexpliquer encore et encore. Franchement ? Je les admire et pense qu'on devrait mieux les considérer. Après tout, c'est sur leurs épaules que repose l'avenir de nos mômes ...

      Pour la dictée, franchement, je suis mitigée car, comme tu le décris, ce n'est pas forcément les plus hauts diplômes, les plus anciens qui écrivent le mieux, avec le moins de fautes d'orthographe !!! Il y a un double problème (à mon sens mais je ne suis pas spécialiste) : attention/application/envie de se corriger/écrire bien et, parfois, aussi, dysorthographie (je connais quelqu'un qui, avec toute la bonne volonté du monde, même en se relisant, va faire beaucoup de fautes)

      Supprimer
  4. Je pense déjà qu'il faut supprimer cette p*tain de méthode globale qui n'a aucun sens, et apprendre à lire avec la méthode syllabique. Après, les je trouve que les dictées sont un excellent moyen de stopper les fautes bêtes de conjugaison, d'accords, voire d'orthographe. Mais bon, j'ai toujours été excellente en dictée, donc je suis sans doute un mauvais juge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien écoute, moi, de méthode globale, pour le peu que j'en connaisse sur la question, je ne la vois pas : ma fille a eu le B.A-BA, mon fils a commencé à voir ladite méthode syllabique dès la fin de moyenne section et mes amies qui ont des filles (dans d'autres écoles) du même âge que ma grande, ça a aussi été la méthode syllabique ! Donc, je ne suis pas sure que la méthode globale soit tant enseignée que ça ...
      J'étais également bonne en dictée. Je ne suis pas totalement contre, à mon sens, c'est un exercice comme un autre, mais ce que je pense c'est que ce n'est pas LA méthode pour avoir une bonne orthographe. C'est une méthode mais pas miracle : je vois tellement de fautes, souvent très bêtes, tous les jours, et par des personnes de mon âge ou plus âgées qui ont, forcément, eu des dictées, que je me dis que c'est plus parce-qu'on ne fait plus attention que parce-que les enfants ne font plus de dictées ...

      Supprimer
  5. Quel sujet passionnant ! Je n'ai personnellement pas d'enfants, mais ils m'intéressent énormément et je me penche souvent sur le sujet de l'école. Que je trouve élitiste, passéiste et incapable de se remettre en question (enfin..est-ce l'école ou le ministère de l'éducation nationale qui ne le fait pas, telle est la question ;) ). Pour moi, l'école c'est avant tout développer l'envie d'apprendre, mais aussi encourager la curiosité intrinsèque de chacun. Certain.e.s enseignant.e.s font un travail formidable et déplacent de véritables montagnes...quand leur hiérarchie les suit, ce qui, malheureusement, ne va pas toujours de soi. La dictée quotidienne, je n'y crois absolument pas. C'est contre productif. Il faut une pluralité des méthodes d'enseignement. Les dictées sont importantes et il faut en faire...de temps en temps. Je suis pour les exercices d'écriture (rédaction, notes, articles courts très utilisés dans la pédagogie Freinet), qui développent bien plus de compétences qu'ils n'y paraissent et qui inscrivent l'apprentissage dans le concret. Je suis contre la notation de ces exercices qui détruisent la confiance en soi à petit feu. Pour apprendre, je suis persuadée qu'il faut faire des erreurs, mais sans jugement de valeur. Pour ces gens qui disent que c'était tellement mieux avant, je connais, j'en ai aussi beaucoup dans mon entourage. Retour à la fessée, coup de règle en métal sur les doigts, punitions de 300 lignes etc, etc. Navrant. Moi, je crois qu'il faut se rendre à l'évidence, NON, ce n'était pas mieux avant. Et ce sont souvent ces mêmes personnes qui vont te soutenir que "plus personne ne sait écrire ni parler le français" mais qui vont eux-mêmes faire 3 fautes par ligne ! Je vois tous les jours des gens de tous âges écrire des trucs bourrés de fautes d'orthographe, de syntaxe, de conjuguaison et j'en passe. Et comme tu le dis justement, aucun rapport avec le niveau de diplôme. Donc je crois qu'il faut continuer à remettre nos modes de transmission des savoirs en question, en essayant ce qui marche et ce qui marche moins bien. Ahum, désolée pour le pavé, je pourrais continuer comme ça pendant longtemps ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuses surtout pas pour le pavé car il est extrêmement intéressant je trouve !!! Et je trouve super que tu t'intéresses à eux et à l'école alors que tu n'es pas concernée directement :)

      Je n'y avais pas pensé mais en effet cela relève d'une grande incapacité à se remettre en question ce genre de réflexion ... Personnellement, je pense qu'être enseignant, quand tu es passionné et motivé, est l'un des métiers les plus difficiles en France, entre la hiérarchie qui te met des bâtons dans les roues, qui ne te suit pas, et les parents qui savent toujours mieux que toi comment faire ton travail et qui pensent que tu ne le fais pas correctement ! Et, comme tu le dis si bien, il y a de nombreuses méthodes d'enseignement. Certaines fonctionnent très bien, d'autres non. Certaines vont très bien marcher avec certains enfants et complètement foirer avec d'autres. Il y a tellement de paramètres à prendre en compte !
      Et oui, faire des rédactions, des exposés font autant dans l'apprentissage de l'orthographe que l'apprentissage des mots et des règles d'orthographe et dictées ...

      Et pour les "plus personne ne sait écrire français", une amie nous a sorti l'autre jour une carte écrite en 1928 par quelqu'un qui avait été à l'école et qui était bourrée de fautes !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?