Dans la peau d'une working woman

Elle tourne et vire dans le lit depuis un petit moment déjà ... Quelle heure peut-il bien être ? Ne devrait-elle pas essayer de se rendormir ? Elle veut en avoir le cœur net, alors, elle se lève et au moment où elle pose le deuxième pied à terre, le réveil sonne le tocsin, rameute les troupes : il est l'or, monseignore !!!!

5 h du matin, ça ne pique pas encore les yeux.

Elle descend, met le thé au micro-onde, se sert un jus d'orange, jette la bouteille vide et en remet une neuve au frigo, histoire qu'il ait un jus de fruit un peu frais. Elle s'installe à table et avale doucement son petit déjeuner, en tentant d'émerger. Puis monte s'habiller. Elle n'a rien préparé mais sait où tout se trouve et ce serait vite fait si ces p****s de tiroirs glissaient normalement ! Elle passe à la salle de bain et maquille vite fait ses yeux. En bas, elle met un peu de parfum, ça fait encore plus Working woman ! Puis elle quitte sa maison encore complètement endormie (homme et enfants).

5h30 du matin. Il n'y a pas un chat sur la route. Cette route où elle peut, une fois n'est pas coutume, rouler à la seule vitesse qui soit adaptée : pied au plancher ...

Trente minutes plus tard, elle ferme sa voiture. Elle se fait l'effet d'une vraie Working woman. Avec son chignon ses cheveux coiffés et volumineux, son maquillage, son long manteau noir, sa sacoche et son pas décidé en direction de l'aérogare. C'est qu'elle monte à la capitale, aujourd'hui, laissant l'homme gérer tout seul les gamins ! 

Une vraie femme libérée délivrée et émancipée ...

"Des bagages à enregistrer ?"
"Non, je n'ai pas de bagages".
"Je vous fais la carte d'embarquement pour ce soir ?"
"Oui, s'il vous plait."
En 3 minutes, l'enregistrement est réglé. Il ne reste plus qu'à attendre le décollage ...

Quelques heures plus tard, elle atterri à Paris. Elle connait le chemin, les étapes et les usages par cœur. Aucune perte de temps ... Elle est une working-woman (ou pas ?), après tout ! Comme son smartphone dernier cri ancestral portable a décidé qu'il ne se fatiguerait pas à essayer de capter un quelconque réseau dans le métro, elle vit par procuration la vie ultra-connectée du 21° siècle : elle regarde tous ces gens les yeux rivés sur leur écran.

La Défonse Défense, quartier d'affaire parisien. Quartier de quelques ministères également. Toujours la même rengaine : elle connait son chemin, pas une seconde de perdue à chercher. Elle n'est pas une vulgaire provinciale. Il est 10h, elle arrive juste à temps pour débuter la réunion, ça ne fait que 5 h que sa journée a commencé, elle est encore bien réveillée. 

Échanges constructifs et intéressants, surtout le matin. L'après-midi, c'est une autre paire de manches. Ce n'est pas que c'est inintéressant mais la Working Woman commence à accuser le coup : les yeux se ferment, la fatigue gagne du terrain ... Que va t'elle faire ce soir, après la réunion, en attendant l'avion ? 

Et si elle allait voir la Seine ? Cela fait si longtemps qu'elle n'a pas vu de rivière en crue ... Tout juste si elle sait encore ce que c'est. Et puis, c'est une attraction touristique comme une autre (tant qu'on reste à mater aux endroits où elle ne rentre pas dans les maisons). Elle mettra du temps à partir de Châtelet pour trouver cette fichue rivière. Elle est désormais une touriste. Après cette folle escapade, elle décide de se boire un café, toujours à Châtelet. Elle manque s'étouffer en voyant le prix de l'expresso : le triple du prix moyen sur son île (si l'on exclu ceux qui sont au prix prohibitif de 0€).

Puis il est déjà temps d'attaquer la dernière étape de son périple : le retour. Elle s'amuse à prendre en photo l'attente du RER qui est légèrement différente de chez elle ...


Puis elle embarque pour le dernier trajet. Dans l'OrlyVal, l'homme lui envoie une photo des enfants qui ont attaqué les hostilités envers les croque-monsieur. Elle lui répond par un Selfie ...

La Working-Woman a un coup dans l'aile !

Commentaires

  1. j'ai trop reconnu mes journées de déplacements...auxquelles j'ajoute les questions permanentes sur "comment se passe la journée de la famille?" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais t'avouer que, quand je pars seulement 1 jour, je ne me pose même pas la question une seule seconde :'D (je suis une mauvaise mère)

      Supprimer
  2. Un aller-retour express. Tu m'étonnes que la Working Woman avait un coup dans l'aile à la fin de cette journée. La Défense - c'est l'endroit où je déteste aller. Tout va trop vite la-bas.
    J'espère que ce fut toutefois productif.
    Grosses bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce sont vraiment de très grosses journées quand je fais comme ça l'aller-retour express ... Mais j'ai de la chance : j'ai un avion qui part à 7 h (les collègues du Continent sont parfois obligés de partir plus tôt, voire carrément la veille). Sinon, la Défense, honnêtement, je n'en vois pas grand chose parce-que je la traverse une fois le matin et une fois le soir, après, je suis dans ma tour de béton que je ne quitte pas ;) Oui, ce fut productif et très intéressant.

      Je t'embrasse

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?