Complainte d'un mal-aimé

Un beau jour, ou bien une nuit, je me suis sournoisement glissé sur son fil Pinterest. Avec mes courbes et ma couleur chocolatée, j'étais sûr de mon coup : je lui taperais sûrement dans l’œil ! Et ce n'est pas sans une certaine fierté que je constatais que je ne m'étais pas trompé : à peine aperçu, elle me regarda et m'étudia de plus près, elle m'enregistra même dans ses favoris, THE place to be, THE tableau ... Dire que j'étais heureux serait bien faible par rapport aux sentiments que je ressentis à cet instant-là.

Mais ma joie fut de bien courte durée. Les nouveaux copains que je rejoignais alors s'empressèrent de dissiper tout malentendu : ça faisait des semaines, des mois voire des années qu'ils étaient là et très peu avaient eu l'honneur d'en ressortir un jour, d'être dégustés à leur juste valeur. Alors j'attendis.

Au bout d'un temps qui me sembla une éternité, un beau soir, j'eus la stupéfaction d'être appelé, ouvert et étudié. Allais-je pouvoir faire mes preuves ? Je n'osais espérer. Mais en même temps, que perdais-je à tenter le coup. Je me mis alors sur mon 31.

Nous descendîmes tous deux bras dessus, bras dessous vers la cuisine. Là, elle sortit le beurre, les œufs, le chocolat et se mit à l'ouvrage. Elle me mélangea, me fouetta, me cuisina et me passa au four. Au bout du temps imparti, ce fut lui qui vint et m'en sortit. Je lui susurrais alors des mots doux, embaumais la maison, pour l'attirer jusqu'à moi.

Elle vint, me démoula, m'examina et me remit au four. Au bout de quelques minutes, elle me rescruta sous toutes les coutures, coupa le four et m'y laissa.

Seul, désespéré, dans le noir de ce four qui refroidissait, je me sentais baigner dans un océan de solitude ... Je n'allais tout de même pas finir ainsi, oublié dans un four éteint ?

Une éternité plus tard, la lumière se fit, je fus sorti du four et placé bien en évidence sur la table du petit déjeuner. Quelle excellente idée !!! Je lui sortis alors le grand jeu, lui fis de l’œil, j'étais sûr que je lui ferais tourner la tête ... elle ne me résisterait pas bien longtemps ! Elle me regardait, sans réellement me voir. Je lui faisais comprendre que je n'étais pas jaloux et prêt à la partager : un ménage à trois, avec son thé ne me faisait pas peur ! J'étais ouvert à toutes les propositions.

Elle se leva et partit. Peut-être aurais-je plus de chance avec les enfants ? Ils ne m'ont même pas jeté un regard. Préférant les pâtes à tartiner et le pain. Quoiqu'il semblerait que le changement de pâte ne soit pas du goût de ces jeunes gens.

Je fus alors, encore une fois, abandonné. J’finirai seul !... Sans personne au monde... Une forteresse de solitude !... Sur la plaque du four... Pour la vie... Esseulé, seul et solitaire...

Des siècles plus tard, mon océan de solitude s'anima. Des cris, des bousculades, des agaceries. Une fin de journée parait-il ordinaire. Le plus petit de la bande criait famine. Le plus âgé répondait qu'il était trop tard pour manger. Et soudain, alors que je n'espérais plus rien, plus aucun miracle, je sentis la lame froide du couteau m'entamer. Une part, deux parts. Deux petites assiettes.

Les deux gourmands de la famille. La mère et le fils, en tête à tête pour le goûter : "Toutes façons, il faut bien le manger, maintenant, ce gâteau, n'est-ce pas Catboy ?" Je serais bien tenté de leur répondre qu'il n'est pas trop tôt : depuis le temps que j'attends ce moment ...

Gâteau au chocolat meringué, tel est mon nom. Je pensais être dévoré tout cru, je serai simplement mangé, petit à petit, tout doucement. Tout se perd ma brave dame !


PS : Cet article comporte une Référence Hautement Intellectuelle, saurez-vous la retrouver ?

Commentaires

  1. J'adore ! Moi, je ne l'aurais pas laissé dépérir bien longtemps ce gâteau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'a fait de la peine ce gâteau à attendre presque 24h avant d'être mangé :'D Honnêtement, je pense qu'en temps normal, il n'aurait pas attendu aussi longtemps ...

      Supprimer
    2. Euh l’Aigle noir ? Sinon il est juste canon ce gâteau et quel bonheur de savoir que vous avez changé de pâte à tartiner !!! À quand les envois express de gâteau à Perpignan ?

      Supprimer
    3. Sacrée Babidji ! Je vois que tu ne perds pas le nord ;-) C'est une photo libre de droit (je n'ai pas fait de photo de mon gâteau et n'ai pas osé piquer celles sur la recette) ...

      Il y a de l'aigle noir, en effet, mais non, ce n'est pas LA Référence Hautement Intellectuelle à laquelle je pensais :'D

      Pour la pâte à tartiner, ça fait bien longtemps qu'on a arrêté celle qui se vante d'être bourrée d'huile de palme pour la nocciolata mais là, j'ai voulu en tester une locale à la châtaigne et apparemment la mangeuse de nocciolata ne l'aime pas :/

      Supprimer
    4. Oh ! La phrase culte de l'Age de glace !!!!!

      Supprimer
    5. Yes, yes yes !!! Bravo les filles !!! Je vois que ça vole aussi haut que moi ;-)

      Supprimer
  2. Sid de l'Age de Glace t'a parlé dans l'oreillette ? ;)
    "J’finirai seul !... Sans personne au monde... Une forteresse de solitude !."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, Sid trainait dans le quartier :D

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?