Quand le banal devient extraordinaire

A l'heure où je prépare notre prochain voyage, je me replonge dans des souvenirs pas très lointains. Un moment magique qui m'a littéralement scotchée. Scotchée pour plusieurs raisons.

La première, évidente, fut la splendeur du spectacle que je vis ce jour-là. Je crois que je n'avais jamais pu admirer un tel flamboiement de couleurs, une telle exaltation de la lumière. Ce soir-là, le soleil, en se couchant avait produit un véritable feu d'artifice, dans les couleurs que sa lumière prit, toutes les teintes y passant, dans la durée du couchant. Ce soir-là, il fut aidé par les quelques nuages qui se promenaient dans le ciel et qui réfléchirent ses rayons, illuminant encore plus le paysage ...

La seconde raison fut la banalité du décor. Je n'ai pas assisté à ce spectacle à l'autre bout du monde, dans un pays exotique. J'ai assisté à ce spectacle dans une région que je connais par cœur et que je visite (à défaut d'y vivre), plusieurs fois par an. Je n'étais d'ailleurs pas là pour voir quoique ce soit. J'étais juste en train de rentrer d'une simple promenade dominicale.

La dernière raison pour laquelle je me rappellerai longtemps de ce coucher fut la temporalité. Ce fut le dernier jour de 2017 que j'admirais ce coucher de soleil ...







Commentaires

  1. C'est vrai que c'est d'une beauté à couper le souffle ma belle. L'extraordinaire se montre à qui veut bien le voir aussi.
    Merci pour ces superbes photos et ce rappel essentiel: ouvrir les yeux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as entièrement raison sur ce point : on ne peut admirer l'extraordinaire que si l'on ouvre les yeux ;)

      Je te souhaite un beau week-end. Bises

      Supprimer
  2. Superbes photos ! Ca me rappelle mon chez moi. Où as-tu pris ces photos exactement?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie pour les photos ! Le spectacle était vraiment magnifique ce soir là.

      J'ai pris ces photos dans le Champsaur, du côté de Gap, dans les Hautes Alpes, je ne sais pas si tu connais ?

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

On en discute ?